Lecture

gif-mon-blog-se-nourrit-de-vos-coms.gif

Dans Lecture

Lectures d'Août 2021

Par Le 01/09/2021

* Livres

J'ai un peu de mal à aller au bout !!

Emprunté à la Bibliothèque de mon village, j'en suis la première lectrice...

Un vrai moment de bonheur auprès de personnages que j'aurais aimé rencontrer : les auteurs, les peintres, les artistes des années 30 à 70.

Je n'envie pas leur vie, faite de hauts et de bas, de folies, d'excès, de plongées en eaux troubles, mais chacun à son niveau avait de quoi séduire...

Je recommande.

Atypique, amusant, à faire lire absolument à des ados, sur l'acceptation de soi et l'amitié. Lecture facile au style décomplexé. J'ai passé un bon moment.

C'est mon "classique" de l'été !

Très court mais très dense, intense je dirais.

Deux mondes qui se croisent l'été des 17 ans de Grady, dans un New York surchauffé, au son du jazz. On se veut adultes, on prend des risques, mais....

Premier roman de l'auteur, retrouvé par hasard, pour notre plaisir.

Un Musso chaque été !!

Un bon moment de lecture-détente avec des personnages attachants et un dénouement surprenant.

La plume de l'auteur est toujours fluide et addictive.

Abandonné à la moitié : trop longuet, trop "délayé", le bon papa m'a un peu fatiguée...

Dans Lecture

Lectures de Juillet 2021

Par Le 31/07/2021

* Livres

Presque trop long dans la mise en place de l'intrigue et un peu cousu de fil blanc, mais du rythme sur la fin, des personnages attachants et le mélange réalité et fiction est réussi.

Assurément, je lirai le deuxième tome des aventures des soeurs Mitford !

Info intéressante sur l'auteur : Jessica Fellowes est la nièce de Julian Fellowes, le créateur de Downtown Abbey...

Une histoire intéressante avec plusieurs personnages attachants, bien campés. On les suit sur deux périodes : des années 20 à la fin de la seconde guerre mondiale, puis de nos jours.

On sent nettement l'attachement viscéral à un terroir, qui conditionne des choix de vie, (quasi) assumés, dont la descendance hérite et qu'elle doit élucider et admettre.

Une lecture que j'ai appréciée en somme, malgré quelques maladresses de premier roman, et que je recommande.

Excellent moment passé avec ces deux personnages : l'un, fulgurant, déroutant, un éclat brut et puis s'en va ! l'autre, cultivé, aventureux, parfois un peu iconoclaste, qui de sa plume maligne nous fait revivre le parcours éclair du premier.
Un régal de culture et de réflexion.
Je recommande !!

J'ai préféré cet opus au précédent, mais ce que j'aime, plus que l'histoire encore, c'est la plume de l'auteur que l'on imagine glisser de manière fluide sur le papier, et lui, souriant de ce qu'il écrit. Ce petit consul un peu ridicule est drôlatique mais un peu caricatural aussi... et l'intrigue cousue de fil blanc ! Roman d'été...

en cours...

en cours...

 

Dans Lecture

Lecture de Juin 2021

Par Le 01/07/2021

*Livres

abandonné momentanément...

Je salue la construction de ce roman qui est le récit d'une journée particulière pour neuf personnages principaux, récit conté à rebours, le dénouement étant dans l'épilogue.

La thématique : l'avortement et les mouvements anti aux USA, sujet douloureux, qui suscite beaucoup d'interrogations, de réflexion et de manifestations.

Comme dans tous ses livres, j'aime la justesse du ton et la finesse d'analyse de l'auteur.

Je recommande !!

J'ai appris, en commençant ce 7è tome que j'attendais avec impatience, que Lucinda est décédée le 11 juin. Elle avait 53 ans et 4 enfants, mais aussi un cancer qu'elle combattait depuis 4 ans. Je suis encore sous le choc...et tellement triste

Dans Lecture

Lectures de Mai 2021

Par Le 01/06/2021

* Livres

J'ai bien aimé  ce roman, malgré un début un peu lent. On passe en alternance de New York à la Suède.

Une écriture plaisante et des personnages attachants. Beaucoup d'émotions dans tous les chapitres se passant en Suède mais j'ai moins aimé Elin adulte.

Je vous le recommande.

Un assez bon moment de lecture pour ce roman (plus polar que thriller) au découpage chirurgical des chapitres de six pages avec un cliffhanger quasiment à chaque chapitre. Une contrainte d'écriture que c'était donnée l'auteur ?

J'ai trouvé les personnages relativement bien typés (mis à part Fabregas, caricatural) et la plume fluide. Quant au dénouement, il m'a un peu laissée sur ma faim..

Une lecture agréable, une période que je ne connaissais pas bien, des personnages parfois un peu clichés, une héroïne qui "grandit", une plume fluide.

Au final, je n'ai pas boudé mon plaisir et tourné rapidement les pages au rythme des pérégrinations d'Amy.

GROS, GROS COUP DE COEUR !! Une histoire magnifique, avec des personnages tellement vivants et attachants, une narration sensible et juste, un vrai talent pour mettre des mots sur les émotions et pour aborder les sujets de société, le tout servi par une plume infiniment addictive.

Quelle réussite !!!

Pas celui que j'ai préféré de l'auteur mais la plume était déjà prometteuse (premier roman). J'ai zappé de longs paragraphes sans perdre le fil de l'histoire pour autant. des problèmes de temps dans la narration, des imprécisions, dommage car l'idée de l'intrigue était intéressante.

Dans Lecture

Lectures d'Avril 2021

Par Le 01/05/2021

* LIVRES

Un roman tout en douceur qui raconte la Vie, au travers de l'histoire des trois soeurs, de leurs secrets, de leurs petites jalousies, de leur amour aussi. J'ai retrouvé beaucoup de moments vécus avec les miennes.

Une maison de famille qui est aussi un personnage à elle seule.

Une histoire qui fait passer un bon moment grâce à une plume fluide, un ton juste et la famille Carpentier au complet.

Encore un magnifique portrait qui nous est livré par Alexandra Lapierre. Elle a un talent fou pour nous rendre proches toutes les héroïnes qu'elle nous présente (Fanny Stevenson, Moura, la mère et la fille Cunard, Artemisia...) et encore une fois, je me suis laissée embarquer.

Belle Greene et son énergie jusqu'au-boutiste, son immense réussite, sa volonté de fer pour sortir du destin que sa naissance lui assignait.

Quel personnage et quel plaisir de la suivre dans son histoire extraordinaire !

Allez-y foncez, c'est que du bon !!

Un roman qu'on ne lâche pas car le suspense nous tient en haleine. J'ai entrevu la solution à peu près aux 3/4 du livre. Une plume vive et enlevée qui coule facilement, et de beaux passages émouvants, pleins de sentiments profonds.

Je conseille...

C'est intelligent, pédagogique, humoristique et profondément humain.

Malgré le sujet, un livre lumineux que j'ai choisi pour ce que ça dit aussi du transgénérationnel (un de mes sujets de prédilection). Ca suscite beaucoup de réflexion et ça demande de décaler un peu son regard.

Beaucoup de références, tout au long de ce parcours d'une vie d'accompagnement des endeuillés.

Je recommande !!

C'est érudit sans être pédant, c'est espiègle et amusant, ça parle de sport, de politique, d'amour, d'écologie... On (re)visite ce que l'on a tant aimé des programmes de 6è et 5è, dont il nous reste des souvenirs un peu nostalgiques, auprès des gens de l'Olympe ou de Rome.

Quelques réminiscences aussi de latin et des clins d'oeil à notre belle et riche langue française, le tout remis en perspective à notre époque. Judicieux...
Merci Monsieur l'Auteur de nous avoir offert ce petit banquet délicieux !

Encore un magnifique roman de l'auteur ! Là, nous mêlons vie et mort, égyptologie et physique quantique, Eau-Boston et Terre-Egypte, présent et passé, et... l'Amour. Avec la question centrale "Et si...", qui parle des choix que l'on fait et qui nous façonnent.

C'est magnifiquement orchestré, on apprend beaucoup sur les procédés de fouille et le bonheur des découvertes. La plume est fluide et l'auteur nous honore de quelques belles images littéraires ("il l'enveloppe de ses bras, se recroqueville autour d'elle, origami de chagrin" - "le soleil se hisse à l'horizon, drapant le désert d'un voile rouge sang, comme si la lune avait été massacrée pendant la nuit")

Je recommande vraiment !! c'est du tout bon.

Dans Lecture

Lectures de Mars 2021

Par Le 01/04/2021

* Livres

Un très joli roman, ode à la lecture et au pouvoir des livres. Outre l'histoire avec un grand H dans lequel il s'insère, ce roman parle de l'amitié, si précieuse quel que soit le contexte et de ses trahisons aussi. De très beaux personnages, et une langue très plaisante à lire.

Une découverte aussi : la librairie américaine de Paris ! Je recommande !!

Je n'oublierai ni Betty, ni son père, ni cette histoire dont je ressors éblouie. Parce qu'il s'agit seulement du 2è roman d'une auteur autodidacte, parce que c'est une fresque familiale, parce que ça parle de différence, d'amour, sans tomber dans le bisounours ni le glauque, mais avec tellement de justesse, de finesse. C'est fluide, on s'attache, on n'a pas vu passer les 700 pages...

A découvrir absolument !

Un roman que j'ai apprécié, tant par le sujet relatif à un auteur dont je ne savais presque rien, mais que j'avais beaucoup lu, et également par cette espèce de répétition conjugale, dans laquelle on se demande quelle place a l'amour. "il est atteint d'une courte durée d'attention" disaient certains.

L'alcool, la dépression, le côté viveur, le suicide et...chute du piédestal pour l'homme qui reste néanmoins un immense auteur.

Dans Lecture

Lecture de Février 2021

Par Le 01/03/2021

* Livres

Encore un très bon roman de Lucinda Riley, où on retrouve tout ce qui fait sa force : une histoire bien construite, des personnages complexes et une charge émotionnelle incroyable, cocktail parfait pour qu'on se laisse emporter au long des 700 pages qu'on ne voit pas passer...

Alors là, pas pour moi, j'ai abandonné vers la page 80 je crois. J'ai trouvé tout glauque : les personnages, les lieux, les faits...

Bonne lecture sans plus ! Heureusement, les lettres donnent un brin de rythme à ce roman qui s'étire un peu beaucoup en longueur. Je suis allée au bout mais ne me suis pas attachée aux personnages.

Un bon polar, mais j'ai assez vite vu où l'auteur nous emmenait. Pourtant Dieu sait qu'il y en avait des personnages ! J'ai été obligée de me faire un petit "guide-âne" pour m'y retrouver, d'autant que c'est un roman choral qui bien sûr varie les points de vue et les manières de raconter... 

Un excellent livre, lu dans le cadre de mon travail. Un outil donnant des clés sur archétypes et symboles autour des 22 arcanes majeurs du tarot de Marseille mis en lien avec les runes, les cristaux, les couleurs, les dieux grecs, les hexagrammes du Yi Jing... Un pont dans lequel l'auteur a fait des choix et les assume, mais que j'ai trouvés hyper pertinents. En tout cas, un ouvrage unique en son genre, pour lequel il a consulté des spécialistes de chacun des sujets abordés. Moi je dis : Bravo !!

Encore un très bon livre, lu pour mon travail, suite au visionnage d'une conférence Tedx Talks de Simon Sinek, qui nous explique ce qui rapproche la firme Apple,  Martin Luther King et les frères Wright, pionniers du premier vol motorisé en décembre 1903.

En fait, un raisonnement qui a fait leur succès à tous : trouver son pourquoi on va faire ou créer quelque chose, puis dire comment on le fait et enfin ce que c'est. A l'inverse des entreprises qui commencent par dire ce qu'elles font, comment elles le font, mais rarement pourquoi elles le font. Elles s'adressent uniquement au mental de l'acheteur, pas à ses émotions et à ce qui les relient à lui.

 

 

Dans Lecture

Lecture de Janvier 2021

Par Le 01/02/2021

* Livres

Terminé

Roman édifiant quant au sort de ces femmes et de ce qu'elles ont à supporter, des extrêmes jusqu'où elles doivent aller pour simplement vivre. Cela dit je ne me suis pas attachée à leurs personnages de papier. L'incompréhension face à de telles pratiques l'a emporté sur la compassion que j'aurais pu ressentir pour elles. Lecture uniquement informative, autres croyances et traditions...

Ca se lit vite, très vite... Original sur le principe et l'histoire, mais je crains que ce roman ne me laisse pas plus de souvenir que ça !! Les personnages sont somme toute assez prévisibles et sans épaisseur, la plume plutôt banale et les fragrances proposées bof. Dommage que le monde du parfum ne soit pas mieux exploité...

Enfin la jolie couverture sauve un peu le tout. 

J'ai bien aimé cette histoire, l'atmosphère du palace, les dilemmes cruels sur l'attitude à avoir avec l'occupant, les tiraillements entre Blanche et Claude, quand chacun s'arrange comme il peut de cette période éminemment troublée et dangereuse. Outre le couple Auzello, quelques personnages intéressants dont le Ritz...

Même si parfois, il m'a manqué un peu de rythme, j'ai passé un très bon moment.

Un gros pavé... En fait comme j'ai vu le film qui est très fidèle au roman, j'ai arrêté à la page 235. C'est une très belle histoire avec de merveilleux personnages, dont le contexte historique, géographique et politique est très bien rendu. Je vous le recommande chaudement !

Dans Lecture

Bilan Lecture 2020

Par Le 03/01/2021

BILAN DE MES LECTURES 2020

(hors mes lectures professionnelles qui furent nombreuses cette année en raison de la formation de coach en développement perso et pro, que j'ai suivie)

J'ai donc lu 58 livres (57 romans dont le dernier est en cours, et 1 essai : réenchanter l'Occident)

dont 4 abandons, souvent aux alentours de la page 100 : hé oui, je suis un peu tenace tout de même, j'essaie de donner la "chance" à l'ouvrage et à son auteur, par respect pour le travail que demande l'écriture.

et 6 coups de coeur à savoir :

Le loup des Cordeliers d'H. Loevenbrück (j'ai déjà le T2 mais je le lirai quand le T3 sera sorti), Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa, Journal d'un amour perdu d'Eric-Emmanuel Schmitt, La femme au manteau violet de Clarissa Sabard, La soeur du soleil de Lucinda Riley et L'alchimiste de Paulo Coelho.

Chacun de mes livres voyage ensuite chez mes amies avec lesquelles nous faisons une fois par mois un Balithé (du nom du thé dont nous avalons des litres lors de nos échanges !) et une infime partie rejoint ma bibliothèque déjà trop pleine, et l'autre est donnée chez Emmaüs, pour le plaisir de partager encore avec d'autres personnes mon amour de la lecture.

Dans Lecture

Lecture de décembre 2020

Par Le 02/12/2020

* Livres 

Entendu les deux soeurs auteurs en interview avec Augustin Trapenard il y a deux ou trois ans et j'avais noté la référence de ce roman sur ma loooonnngue liste à lire !! Très intéressant, même si parfois j'ai eu l'impression de lire un essai... Cependant, la période foisonnante de créativité est bien retracée et ça m'a donné l'envie de chercher plus de renseignements sur tous les personnages croisés dans cette biographie familiale.

J'ai beaucoup aimé ce roman dont j'ai découvert à la fin qu'il est le 2è tome d'une trilogie. Ca ne m'a pas gênée du tout, je n'ai pas eu l'impression de manquer d'infos.

Nous sommes dans le monde de l'édition, une affaire familiale, entre Angleterre et Etats-Unis, de 1928 à 1946. Vicissitudes, rebondissements, querelles et alliances nous font tourner les 750 pages à toute allure.

Une narration très fluide, ce qui est un exploit, vu le nombre important de personnages (auxquels on s'attache très vite) et la longue période sur laquelle se déroule le roman. On ne relâche pas l'attention.

Malheureusement le tome 3 n'a pas été traduit...   Je vous conseille cette lecture très plaisante !!

Une très belle histoire contée d'une plume fluide, très agréable à lire. Un épisode de l'histoire de ces émigrés russes installés en Corrèze que je ne connaissais pas, porté par des personnages que j'ai eu peine à quitter, notamment Vania qui m'a émue.

Je vous recommande ce roman dont je ne sais pas s'il est autobiographique, mais que j'ai beaucoup aimé.

Un premier tome de 576 pages, trois ou quatre autres vont suivre que je ne lirai probablement pas.

En effet, dans ce tome -étés 1937 et 1938- on suit trois familles anglaises dans leur vie quotidienne . Beaucoup de personnages (mais un guide-âne au début, ce qui fut bien utile avant d'avoir fixé qui est qui) mais aucun auquel je me sois attachée, beaucoup (trop ?) de détails : les repas, les vêtements, les logements... et au final, peu d'action, plutôt des tableaux de vie.

Ce qui fait que je me suis assez largement ennuyée, même si tout m'avait séduite en lisant la 4è de couv'. Un peu déçue...

 

 

Dans Lecture

Lectures de Novembre 2020

Par Le 01/12/2020

*LIVRES

Cathares contre catholiquues, intrigues politiques, trahisons, courses poursuites dans les rues du Paris médiéval et amour naissant de Louis IX pas encore couronné, juste à la mort de son père, assassiné, le tout autour des mines d'or de la Montagne Noire : pas de répit pour notre plus grand bonheur de lecteur !!

Comme d'habitude, Mireille Calmel nous offre un roman haut en couleurs avec des personnages attachants, une intrigue bien ficelée, le tout servi par une plume des plus agréables à lire.

Le seul bémol est qu'il nous faut désormais patienter pour le tome 2.

J'ai eu la référence de ce roman dans une vidéo de NuréaTv sur YouTube.

Sceptiques et conformistes s'abstenir !

C'est très différent de ce que je lis habituellement mais j'ai adoré ce roman qui nous propose voyage astral (de l'âme), exploration du champ quantique autour d'une équipe de scientifiques. Il y est aussi question d'éthique, et de politique. Très intéressant, porteur de questions... je recommande.

Brillant, époustouflant, je recommande pour une plongée dans le grand questionnement !! Réalité scientifique étayée, mais est-on prêts à l'admettre ?...

Un petit roman vite lu, vite oublié, dont, dès la page 30 on pouvait écrire la dernière !

Personnages fades, situations "téléphonées", ça se laisse lire, bien sûr, mais on n'attrape pas une méningite à comprendre l'intrigue !!

Lecture abandonnée :

Je me demande quand ce livre a atterri dans ma PAL ! je ne m'en souvenais pas, mais la 4è de couv. dit 1890, alors j'ai dû penser Belle Epoque.... On va bien voir ce que ça raconte !! 
            </div>
                    </div>
                <div class= 0 commentaire

Dans Lecture

Lectures d'Octobre 2020

Par Le 09/11/2020

*Livres

J'ai bien aimé ce roman qui sort de l'ordinaire et sent le vécu !

Ca se lit vite, et on suit plusieurs collaborateurs de l'étude, plutôt bien typés. C'est caustique, voire même cruel à certains moments, mais je crains qu'il n'y ai beaucoup de véracité là-dedans. Un bon moment de lecture !

Ouhlala, que c'était longuet... J'ai eu beaucoup de mal à aller au bout de ma lecture. On ne sent pas vraiment ce que veut raconter l'auteur, pas de plan, et les personnages sont somme toute ennuyeux

Dans Lecture

Lectures de Septembre 2020

Par Le 01/10/2020

*LIVRES

Petite déception malgré la belle langue et tout ce qu'explique l'auteur sur la construction hyper-réfléchie du roman dans ses différentes interviews. Pour moi, trop"saucissonné", sautant d'une période à une autre dans de très courts chapitres, il m'a perdue !! Dommage...

Terminé ma deuxième lecture, 25 ans après la première !! et j'ai encore aimé cette histoire de Santiago et de tous les enseignements qu'il reçoit au cours de la recherche de son Trésor. J'ai retrouvé le concept de Légende Personnelle que je préfère personnellement à celui de Mission de Vie.

Certes c'est du Frédéric Lenoir, alors c'est bien écrit, documenté, avec citations et tout et tout.. Mais il n'y a pas d'analyse, juste des faits et des remarques.

Alors oui ce sont des perles, mais en plastique cette fois, car pas de hauteur, juste un enfilage bien ordonné.

On écrit vite quelque chose qui colle à l'actualité... J'attendais plus !! Un peu déçue...

Une auteure dont j'avais aimé mes précédentes lectures : Grâce et dénuement, L'élégance des veuves, et Les autres. Là, encore une réussite avec des personnages attachants, finement cernés et une histoire qui m'a emportée, même si commençant par un drame. 
La plume de l'auteur, la structure de l'histoire et les thèmes abordés, tout est bon à prendre...et j'ai pris !!

Dans Lecture

Lectures d'Août 2020

Par Le 01/09/2020

* LIVRES

en cours...

Une lecture vite fait bien fait, amusante tant le personnage du consul est atypique. Même si ce n'est pas le polar de l'année, c'est un bon moment de lecture grâce à la plume soignée de l'auteur qui a noué là les fils d'une intrigue plaisante et cohérente.

Un rythme beaucoup trop lent, des personnages auxquels je ne me suis pas attachée, une héroïne un peu terne...le tout pour un roman que je me suis forcée à terminer...

A vous de vous faire votre opinion !!

Encore un excellent roman de l'auteur, porté par une plume magnifique. On aurait envie de noter toutes les belles expressions, les passages qui nous touchent. L'histoire est difficile à résumer, mais ça nous parle de transmission, de la condition de femme, d'écriture, le tout dans un kaléidoscope tout à la fois onirique et bien ancré dans la réalité. 
Je me suis laissée porter, attachée aux mots, et envelopper dans un cocon bienfaisant.

Je vous le recommande, vraiment !!

Dans Lecture

Lectures de juillet 2020

Par Le 01/08/2020

Vite lu, vite posé ! Bientôt oublié ? 
Assez déçue moins par l'histoire qui peut "passer" que par le niveau de langue : des répétitions (parfois 3 lignes plus loin), des énumérations qui n'apportent rien, un vrai relâchement... 
Que s'est il passé ??

Une très belle histoire, pleine d'humanité, très bien écrite, émouvante à souhait. Impossible de poser le livre une fois commencé, tellement ces deux personnages sont attachants !!

Mon coup de cœur de l'été assurément... Je recommande chaudement !

Un très bon moment passé avec ce roman foisonnant de personnages touchants. J'ai aimé la forme épistolaire et la construction qui leur donnent vie simplement, sans blabla ni longues explications. On voyage pas mal et on vit au rythme des amitiés qui se nouent. Bel hommage au livre et à tout ce qu'il peut changer dans une vie. Je recommande.

Roman sans grande surprise (on pourrait écrire la fin dès les premiers chapitres !) mais qui se lit facilement. Le cadre breton du port d'Erquy est d'autant plus plaisant qu'il m'évoque des souvenirs personnels...

La plume de l'auteur est légère et les personnages sympathiques, mais sans relief particulier.

Roman d'été...

Dans Lecture

Lectures de Mai 2020

Par Le 01/06/2020

* Livres

Un sujet intéressant MAIS l'auteur s'est mélangé les pieds et intervient autant dans les parties "racontées" que dans les "encarts explicatifs". Très maladroit comme construction !!

Du coup, de l'agacement, quand il nous explique ce qu'on doit comprendre... et du mal à aller au bout alors qu'il y a moins de 300 pages.

Assez déçue de ce roman dont j'attendais peut-être trop tellement j'avais aimé ceux précédemment lus de cet auteur. Le mix entre la vieille dame et l'homme en réflexion sur son couple me paraît un peu improbable.

Je me suis un peu ennuyée. J'apprécie ce style d'écriture cependant, rapide, nerveux, avec de courts chapitres.

Roman intéressant pour l'uchronie (mais en est-elle vraiment une ?) que l'auteur nous présente, mais j'ai été un peu déçue par la fin...

Roman un peu décevant. Le récit a pris le pas sur les personnages pas assez fouillés qui ne m'ont pas touchée sauf peut être la jeune Véronique. Quant aux tergiversations d'Hélène et Alexandre, c'est un peu too much. La lecture est facile cependant, car la plume de l'auteur est fluide, ce qui rattrape un peu, mais bien peu d'émotions... 

 

 

 

Dans Lecture

Lectures d'Avril 2020

Par Le 01/05/2020

* Livres

Ouais, bon !!!

Je n'ai pas détesté mais pas été emballée non plus. Le sublime objet-livre et l'époque historique qui est parmi mes préférées, ne font pas tout.

Le rythme est assez lent et les personnages assez mièvres n'ont pas fait progresser l'histoire assez vite à mon goût. Il n'est pas donné à tous de tenir le lecteur accroché pendant plus de 500 pages.... Quand je pense qu'il y a un tome 2 !! inutile de préciser que je ne le lirai pas.

Un deuxième tome qui vient boucler la boucle, sans surprise mais cependant bien agréable à lire.

Les personnages masculins, à part Will, sont un peu relégués dans l'ombre face à la force de caractère et le courage dont fait preuve Clarissa. Elle est portée par un amour inconditionnel des autres au risque de s'oublier elle-même, mais quelle trempe !! Tomber 7 fois, se relever 8...

Un page-turner qui nous fait passer de l'Inde luxuriante au Nord de l'Angleterre grâce à une plume déliée et agréable à suivre.Un bon moment de lecture.

Un bon moment de lecture qui nous fait faire un grand bond dans le passé nous menant d'Alexandrie à Rome, dans une époque charnière. J'ai bien apprécié qu'on me raconte la grande Histoire en rendant vivants les personnages auxquels on s'attache bien vite. La plume est fluide et on se laisse porter sur les 500 pages sans se lasser.

Dans Lecture

Lectures de Mars 2020

Par Le 01/04/2020

* Livres

Un sentiment mitigé, le livre refermé !
J'ai beaucoup aimé les pages sur Hélène et son cheminement vers son soi profond, son retour à la lumière. Par contre le parcours de Sébastien m'a paru pénible, moins dense, et surtout "parasité" par de trop longues pages sur son métier, même si ça participe à son chemin également. Avis aux amateurs de réflexion sur le 11 septembre et le journalisme.
Bref, le dernier tiers m'a presque pesé... et je le regrette, mais tout va bien, l'amour triomphe !!

L'écriture à rebours donne un peu de sel à cette lecture, car l'histoire est assez banale (même si le thème abordé est douloureux pour ceux qui y font face) et les personnages bien fades, un brin caricaturaux. Une déception après Fidèle au poste lu précédemment de la même auteur.

Un roman qui m'a "chopée" et ne m'a pas lâchée. La plume de Laurence Peyrin court habilement sur la page, nous entraînant d'Irlande à Paris, aux Etats-Unis. La dernière page tournée, j'ai encore le sourire en pensant aux personnages. Je me disais que je n'aurais pas dû lire l'épilogue, car j'avais aimé la manière qu'avait Hannah de vivre pleinement, et puis j'ai découvert qu'il y a un 2è tome...​

Abandonné ! Quelle déception !! Pas pu aller au-delà de la page 125 et encore je me suis trouvée bien patiente... c'est longuet, ça n'avance pas... Humour ? pas tordue de rire, ni même souri...

Ce roman se laisse lire facilement et j'ai beaucoup aimé l'ambiance années 30, même si je commence à me lasser un peu de cette "technique" très (trop ?) utilisée de l'objet découvert aujourd'hui et qui se rapporte au passé. Je me suis un instant demandé si la seule histoire de Charlotte ne se serait pas suffi à elle-même, sans autres artifices... La plume est agréable et l'histoire documentée.

Dans Lecture

Lecture de Février 2020

Par Le 01/03/2020

* Livres

Pas pu aller au-delà de la page 161, jeté l'éponge. Bien écrit mais trop linéaire... Je me suis ennuyée.... 

Une histoire noire menée de manière linéaire, chronologique et finement construite psychologiquement parlant. L'alternance des modes entre récit, fiction, lettres...rythme ce roman touchant par l'exposition des blessures intimes des personnages. Je recommande ! 

Pas vraiment aimé ce roman, pas entrée dans l'histoire...

Pour moi, pas le meilleur Bussi ! Ou peut être que je commence à me lasser de son style... Le fait aussi qu'il y ait beaucoup de personnages : du coup ils sont moins fouillés et assez peu attachants. Un bon point toutefois pour le choix géographique, on y apprend des choses sur l'histoire et les coutumes.

Dans Lecture

Lectures de Janvier 2020

Par Le 01/02/2020

*Livres

Mon écrivain chouchou a encore réussi un tour de force : cette fois, m'embarquer à l'époque de la Révolution française, période que je ne prisais pas jusque-là, mais qu'il nous fait vivre comme si on y était. Et que l'on comprend tellement mieux avec Gabriel Joly qu'en cours d'histoire quand on a 14 ans !!
C'est documenté, la plume est belle et soignée, on vibre avec les personnages. De fait, j'attends la suite avec impatience...

Qu'est-ce que j'ai aimé cheminer avec l'adorable Enzo ! Plein de réflexions de bon sens et d'humilité. Par contre, j'ai trouvé la fin trop cliché, bâclée à mon avis.

Mais dans l'ensemble, je recommande.

Un bon petit livre pour découvrir ce concept japonais, cette expérience personnelle, qui aide à identifier le sens de sa propre existence au terme d'une exploration de "ce que j'aime, ce pour quoi je suis doué, ce pour quoi je pourrais être payé, ce dont le monde a besoin".

Une bonne façon de prendre du temps pour soi, pour se recentrer et s'observer.

Petite déambulation dans Paris qui a donné lieu à des fragments sur des situations vécues, ou imaginées. Agréable.

Un bon moment de lecture, envoûtant et déroutant, même si parfois c'est un peu prévisible. Le personnage de Diane est intéressant, celui de Soann un peu caricatural. La plume est facile à lire. Je recommande.

J'ai bien aimé l'histoire de ce personnage de Violet/Eliza, et tout ce qu'on apprend sur le Chicago de cette époque. C'est le 3e roman de l'auteur que je lis et j'apprécie sa plume qui court aisément. Je recommande. 

Dans Lecture

Bilan Lecture 2019

Par Le 16/01/2020

MON BILAN DE L'ANNÉE 2019

 

 92 livres - 31214 pages

*10 coups de coeur 

Dans Lecture

Lectures, Magazine et Série de décembre 2019

Par Le 01/01/2020

 

* Livres

Une saga à laquelle il a manqué un petit quelque chose pour m'embarquer. Dans le rythme sans doute que j'ai trouvé trop linéaire, créant des longueurs et aussi parce qu'au milieu de la myriade de personnages, très peu m'ont convaincue, sauf peut être Conchetta et Maria Grazia. Bref, loin d'être un coup de cœur, juste une bonne lecture

  et  

Comme tous les ans, mes lectures "régressives" de la période de Noël !!

en cours...

*Magazine

 Toutes les France qui racontent la France

C'est fait par Eric Fottorino, le créateur du Un (le Journal pour comprendre le monde) et d'America, la Tribune des écrivains (en collaboration avec François Busnel de La Grande Librairie). Il y a de quoi lire, c'est intelligent, ça stimule les neurones et bon sang, que c'est bon !

*Série

 ALTA MAR

C'est une comédie dramatique espagnole qui se passe sur un paquebot transatlantique reliant l'Espagne au Brésil dans les années 40.

Luxe, secrets, morts mystérieuses, enquête et des twists de ouf qui nous prennent par surprise...

Ouh lala c'est terriblement addictif !!! Je viens de finir la saison 1 et vais commencer la saison 2 début janvier parce qu'une autre me fait de l'oeil...

en cours...

 

Dans Lecture

Lectures de Novembre 2019

Par Le 01/12/2019

* LIVRES

Un bon roman sur les possibles qui émergent, lorsque l'on sait écouter la petite voix en soi et suivre sa joie. Moment d'optimisme, de bien-être et d'incitation à vivre pleinement son existence. Le Féminin Sacré retrouvé...

Le style est simple, sans recherche ni fioritures, mais j'ai aimé le propos et cette évocation d'une de mes héroïnes, Aliénor !

Un bon démarrage mais des longueurs qui nous font tourner en rond et une fin pas si éblouissante que le pitch pouvait nous faire supposer.

Une vraie déception ! c'est un bel objet avec sa couverture "class" mais ça ne m'a pas suffit...

Un sujet hélas toujours présent dans l'actualité, traité sobrement dans un roman qui se lit vite.
Malgré une plume facile à lire, il m'a cependant manqué un petit quelque chose au niveau des personnages : Mathilde ne m'a pas touchée plus que ça et sa famille encore moins.
Une petite déception...

Trois destins de femmes, parallèles mais en lien.
Quelques clichés, une fin attendue, mais néanmoins un livre plein d'humanité et dans lequel on apprend des choses.
J'ai bien aimé la "comptine" de la tisseuse qui rythme le roman et l'écriture très visuelle.
Au final, pas un coup de cœur, ni la "claque" annoncée dans certains commentaires, juste un plaisant moment de lecture sur un sujet original.

Une plongée dans l'atmosphère de Docteur Jivago qui m'a vraiment donné envie de revoir le film.
J'avais presque oublié que c'était un roman à la base et ai apprécié de découvrir la personnalité de Boris Pasternak, l'auteur.
Jolie plume que celle de Vladimir Fedorovski, élégante et érudite.
Je recommande pour la neige et les traineaux... :-)

Je ne lis pas beaucoup d'essais, mais quand j'en trouve un traitant de sa profession par un écrivain, je me laisse tenter.
Je n'ai pas apprécié 1Q84, mais par contre j'ai aimé ce livre où Murakami nous dévoile une foule de choses sur lui.

 

 

Dans Lecture

Lectures et Film de Septembre 2019

Par Le 01/10/2019

*LIVRES

 

Roman coup-de-poing, intelligent, porté par une plume moderne et "punchie".
Les sujets mais aussi l'état de la société, la manière dont c'est traité, les personnages, tout est juste et magistral.

Une lecture addictive, haletante, matière à réflexion, qui mériterait d'obtenir un prix prestigieux.
Je recommande vivement !!

  

Une histoire dont on devine la fin assez vite mais on a plaisir à suivre les personnages et on se laisse porter par l'écriture fluide. Pas un coup de coeur mais un bon moment de lecture !

 

audio : en cours...


J'ai beaucoup aimé l'histoire et la plume inventive et tellement poétique de l'auteur, j'avais tout le temps le crayon à la main pour noter les belles expressions qu'elle invente. De belles heures en compagnie de Leena (avec 2 e, ça porte bonheur !) si généreuse, et de ceux qui l'entourent.

Assurément, un roman que je relirai pour le plaisir de savourer à nouveau les mots de l'auteur.

A la fois très long et addictif !! J'ai été tentée plusieurs fois d'abandonner le roman, mais je le reprenais très vite car envie de suivre ce personnage connu de nom mais dont je ne savais pas trop avant qui elle était. Bonne re-découverte de la mythologie grecque que j'ai tant aimée "a long time ago"... 

Dans Lecture

Lectures et Film d'Août 2019

Par Le 01/09/2019

*LIVRES

Une écriture fluide et addictive avec deux personnages principaux bien campés. Le sujet de l'abandon à la naissance est fort et il était intéressant d'entendre alternativement la voix de la mère et de la fille. Un très bon moment de lecture que je recommande.

   

Quelques heures (trop courtes) d'immersion complète dans l'atmosphère populaire et artistique du Montmartre de la Belle Epoque. J'ai découvert Steinlen, cet artiste dont je ne connaissais que l'affiche du Chat noir. L'auteur a une plume infiniment poétique, et j'ai eu beaucoup de plaisir à passer du temps avec Masseïda et les chats. Je vous le recommande !!

 

Désolée d'apporter un bémol à toutes Les appréciations dithyrambiques !! L'histoire en elle-même est agréable j'en conviens, mais malheureusement le roman n'a pas été suffisamment corrigé par la maison d'édition : de grosses fautes de français émaillent les pages.... Dommage !!

 

passée à côté de ce livre...me suis ennuyée... j’ai buté contre le style d’Olivia Elkaim qui ne m’a pas séduite et le schéma narratif trop confus pour moi.

  

Un roman où il ne se passe "rien", juste la contemplation de la nature au fil des saisons : les lucioles, le vent, la neige, les abeilles, le chat, les champignons, les huîtres... et le temps qui passe...Le rythme lent, loin de Tokyo, est une réflexion sur ce qui compte vraiment dans la vie. C'est poétique, c'est contemplatif, pas vraiment mon genre de lecture mais ce fut une belle découverte.

   coup-de-coeur-1.jpg

Coup de coeur pour ce roman prenant, poignant, qui m'a embarquée totalement, que je n'ai pu lâcher tant j'étais immergée dans l'intrigue. Intelligemment construit, avec des personnages auxquels on s'attache, et le plaisir d'en apprendre un peu plus sur la psychologie de ces grands animaux, notamment la relation mère-enfant. Passionnant et je recommande !!

 coup-de-coeur-1.jpg

Waouh, quel plaisir cette lecture !! une construction très travaillée, des personnages super attachants qu'on ne veut pas quitter, des rebondissements à gogo avec le coeur qui fait des montagnes russes... et une pincée de paranormal qui ne gâte rien à l'affaire. Bref, sitôt commencé on ne peut plus le lâcher et je vous le recommande++ 

 coup-de-coeur-1.jpg

Très bon moment de lecture en Australie, au milieu des fleurs. 
Roman élégant, qui traite de thèmes difficiles sans pathos et de manière positive grâce à une héroïne résiliente et forte, qui va de l'avant avec certes quelques maladresses, mais l'énergie de conduire sa vie. 
Il m'a juste manqué une petite touche de plus sur les aborigènes dont il est question.
Objet-livre magnifique ! Je vous recommande ce premier roman.

  coup-de-coeur-1.jpg

Plongée au coeur de l'histoire de Victor et de son "package". Pas de parents, mais toute une cour autour de ce petit bout d'homme tellement attachant qu'on l'admire pour sa force et sa soif d'être aimé. 
Une belle lecture pleine d'humanité, de moments drôles, de passages poignants, mais qui sonnent très justes ! 
Je recommande ++

L'histoire se déroule à travers le regard de chacun des personnages.
L'idée était bonne d'étudier ce que le retour de l'enfant disparu bousculait encore chez les uns et les autres, et quelle suite était donnée à cette longue disparition.
Mais J'ai eu bien du mal à aller au bout de ce roman, tant le rythme est lent, et l'écriture manque de pep's. Dommage car les personnages sont attachants et leur psychologie bien étudiée.
Alors je vous laisse vous faire votre opinion.

*FILM

J'ai beaucoup aimé : la thématique (celle du roman que j'écris...) et le jeu des acteurs, très juste, poignant, sans pathos aucun. 

Dans Lecture

Lectures, film, série de Juillet 2019

Par Le 01/08/2019

* Livres

      

    

   

    

* Film

* Séries Netflix

  

Dans Lecture

Lectures, séries, films de Juin 2019

Par Le 01/07/2019

* Livres

    

    

    

* Films

 Good Sam de Kate Miles Melville (2019)

  Murder Mystery de Kyle Newachek (2019)

Dans Lecture

Lecture, série et films de Mai 2019

Par Le 01/06/2019

* Livres

     (audiolivre)

  

* Série

*Film

  

 

Dans Lecture

Lectures, Films et Séries d'Avril 2019

Par Le 01/05/2019

* Livres 

    

    

    

* Film

   

Dans Lecture

Lectures, Films et Séries de Mars 2019

Par Le 01/04/2019

* Livres

    

    

    

* Film

Dans Lecture

Lectures, Films et Séries de Février 2019

Par Le 01/03/2019

*Livres

     

     

*Série

Dans Lecture

Lectures et films de Décembre 2018

Par Le 01/01/2019

* Lectures

      

​    

 

* Films

C'est bien connu, chaque Noël, j'ai ma période régressive... 

     

 

Dans Lecture

Lectures et Série de Novembre 2018

Par Le 01/12/2018

* Série

* Lectures

    

* Film

 

 

Dans Lecture

Lectures et Film d'Octobre 2018

Par Le 01/11/2018

*Lectures

      

    

  

* Cinéma

Dans Lecture

Lectures et Série de Septembre 2018

Par Le 30/09/2018

*Lectures 

    

  

*Série

Dans Lecture

Lectures d'Août 2018

Par Le 01/09/2018

      

    

    

Dans Lecture

Lecture de juillet 2018

Par Le 01/08/2018

   

 

    

    

Dans Lecture

Lectures de Juin 2018

Par Le 01/07/2018

    

     

Dans Lecture

Lectures de Mai 2018

Par Le 01/06/2018

      

     

    

Dans Lecture

Lectures d'Avril 2018

Par Le 01/05/2018

    

    

  

 

 

 

 

 

 

 

Dans Lecture

Lectures, films et séries _ Mars 2018

Par Le 01/04/2018

    

  

* Films 

* Série

 

Dans Lecture

Livres, films et séries de Février 2017

Par Le 01/03/2018

* Livres 

    

  

* Films

    

* Séries

Dans Lecture

Lectures, Films de Janvier 2018

Par Le 31/01/2018

* LIVRES          

     

   

    

    

* FILMS NETFLIX

 Noël à Snow Falls    A Christmas Prince

N'oublie jamais    Un bonheur n'arrive jamais seul

Dans Lecture

Bilan 2017

Par Le 07/01/2018

Un bilan assez tristounet pour 2017 !

(seulement !) 68 livres lus ou écoutés  - il faut dire que j'ai repris le travail en mai (après 3 ans d'arrêt) donc j'ai eu moins de temps pour lire. Par contre, le temps de faire la route pour aller au travail, j'écoute des livres audio et j'avoue y prendre plaisir !

(seulement !) 4 vrais grands coups de coeur 

        

et quelques 8 livres que j'ai bien aimés  :

       

      

et quelques 5 ou 6 gros flops que je préfère oublier...

J'espère que 2018 sera plus satisfaisante !!

Dans Lecture

Résolutions 2018

Par Le 04/01/2018

Cette année, j'ai pris quatre résolutions par rapport à la lecture. Plus, je n'étais pas sûre de tenir.

* sortir au moins 2 livres chaque mois, parmi les plus anciens de ma PAL

* toujours lire les premières pages d'un livre, avant de l'acheter. Pour moi, en effet, le début est déterminant...

* limiter mes achats à 4 maxi par mois

* trouver que faire des milliers (hé oui !) de livres que je possède et dont je sais que je ne les relirai pas. Donc vide-greniers peut-être, parce que les vendre sur Amazon, Momox, Gibert... c'est vendre à perte (à cause des frais d'envoi, toujours plus élevés...)

Bien entendu, j'essaierai de venir noter mes progrès ici :-)

Dans Lecture

Lectures et Séries de Décembre 2017

Par Le 31/12/2017

*LIVRES              

    

  

* SERIES         

Dans Lecture

Lectures et Films de Novembre 2017

Par Le 02/12/2017

*lectures     

*film 

Dans Lecture

Lectures d'Août 2017

Par Le 31/08/2017

    

    

Dans Lecture

Lectures de Juin 2017

Par Le 02/07/2017

    

  

Dans Lecture

Lectures de Mai 2017

Par Le 03/06/2017

  

    

Dans Lecture

Lectures d'avril 2017

Par Le 30/04/2017

    

  

  

Dans Lecture

Lectures de Mars 2017

Par Le 01/04/2017

   

  

    

 

Dans Lecture

Lectures de Février 2017

Par Le 01/03/2017

    

    

Dans Lecture

Lectures de janvier 2017

Par Le 31/01/2017

    

    

  

Dans Lecture

Citations

Par Le 19/11/2016

“On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent.

Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ?” Franz Kafka

 

"Il ne faut écrire qu’au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l’encre, un morceau de ta chair reste dans l’encrier. » Léon Tolstoï

 

"Le hasard est une loi qui voyage incognito » Xavier Durringer

 

"La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil " . Christian Bobin

Dans Lecture

Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits - Salman Rushdie

Par Le 04/11/2016

Editions Actes Sud - Date de sortie : 7 septembre 2016 - ISBN 9782330 066604 - 312 pages - traduction de Gérard Meudal

4è de couv'

«Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits» est un conte merveilleux qui interroge notre vie contemporaine à la lumière de l'histoire et de la mythologie. Échappés de leur univers aussi fabuleux qu'ennuyeux, des djinns viennent mêler leur immortalité fascinée à la finitude des hommes, et partager la folle aventure de leur active et permanente déraison. À la fois inspirée par une tradition narrative deux fois millénaire et enracinée dans les multiples préoccupations du temps présent, portée par une langue où l'épique le dispute au comique et la légende à la méditation philosophique et politique, une fiction fastueuse et envoûtante, d'une puissance narrative et imaginaire à couper le souffle.

Mon avis 

Que dire de cet OLNI dont je n'ai pas pu atteindre la fin ! Je me suis arrêtée au 1/3 du livre (et encore, c'est parce que j'avais lu l'article du Magazine Littéraire dans lequel j'espérais comprendre l'intention de l'auteur...) Je lisais et tournais (très lentement...) les pages, mais je ne savais pas ce que je lisais, tant c'est foutraque

Je vais sans doute me mettre à dos plein de monde, être traitée d'iconoclaste. Pensez bien ! oser dire que Sir Salman Rushdie écrit quelque chose d'excentrique, inclassable, fouillis, c'est impardonnable, surtout quand on lit la 4è de couv' qui encense tellement le livre qu'on est gêné de ne pas y trouver  ce qui est promis. Alors je ne nie pas l'érudition de l'auteur qui l'étale page après page, de références en références, mais définitivement, je suis passée à côté du propos. Dommage sans aucun doute, tant Les contes des Mille et une nuits avaient été pour moi une lecture merveilleuse, dans lesquels je me plais à piocher de tant à autre !

A vous de vous faire votre propre opinion...

Ma note 10 

L'auteur  

Dans Lecture

La fierté des MacGregor - Nora Roberts

Par Le 02/11/2016

Editions Harlequin - Date de sortie : Octobre 2016 - ISBN 9782280365475 - 242 pages - Traduction de Jeanne Deschamp

4è de couv'

Tétus, originaux, imprévisibles, les MacGregor forment un clan à part. Dans leur fief de Cape Cod, Daniel MacGregor, le richissime patriarche, a élevé ses enfants dans la fierté de ses racines écossaises.
A commencer par Serena qui, par défi, embarque à bord d'un luxueux paquebot de croisière pour travailler dans un casino. C'est là qu'elle croisera le séduisant Justin, au passé solitaire et tourmenté.

Mon avis

Un roman de Nora Roberts est l'assurance de passer un bon moment de lecture, tant l'auteur a la plume facile et aime ses personnages.

En l'occurence, nous faisons la connaissance de Serena, croupière au casino d'un paquebot, job d'autant plus surprenant qu'elle est la fille d'un richissime milliardaire. Mais elle souhaitait faire cette expérience de la liberté de choisir son activité pour une année. Alors, nous sommes bien d'accord que tout est prévisible, l'antagonisme envers Justin se transformera en belle histoire à la fin, mais il y a du rythme, de l'humour, notamment dans les dialogues 'ping-pong' que l'auteur maîtrise à merveille. 

Alors, juste pour le plaisir, je vous recommande ce roman, qui est le premier de la saga.

Ma note 15.5

L'auteur 

Dans Lecture

Les murmures de l'olivier - Frédérick d'Onaglia

Par Le 01/11/2016

Editions France Loisirs - date de sortie : octobre 2016 - ISBN 9782298 118445 - 295 pages

4è de couv'

Dans un petit vallon des Alpilles nommé Valleraugue, Marie Jourdan rêve que son exploitation bio d'oliviers connaisse enfin une bonne année de récolte. Pour se sortir de ses difficultés financières, la jeune femme projette d'ouvrir une petite pension équestre à Maison Vieille. Mais cette partie du domaine est depuis longtemps revendiquée par son voisin, le vieux Trophime Mourgues. 
Victime d'incessantes attaques, Marie compte bien braver tous les obstacles pour parvenir à ses fins. Mais la découverte d'un squelette dans une remise abandonnée vient bouleverser la vie de tout le village et réveille des secrets profondément enfouis....

Mon avis 

Une histoire bien racontée, dont j'aurais pensé qu'elle serait un peu plus fouillée, car cela va très vite (trop ?) dans le dernier tiers du roman.

Des personnages vivants, sympathiques, dans un cadre magique : ciel bleu et murmure du vent dans les branches d'oliviers aux alentours des Baux de Provence.

Au final, une romance prévisible mais très agréable pour passer quelques heures de lecture-plaisir.

Ma note 15.5

L'auteur  

Dans Lecture

Le cas Noah Zimmerman - Sharon Guskin

Par Le 28/10/2016

Editions Calmann-Lévy - Date de sortie : 11 mai 2016 - ISBN 9782702 158869 - 377 pages - Traduction de Pascal Loubet

4è de couv'

Janie est une célibataire endurcie, alors rien de surprenant à ce qu’elle décide de garder le bébé conçu avec un parfait inconnu sur une plage en vacances. Mais quatre ans plus tard, élever seule le petit Noah ne s’avère pas être une mince affaire : cauchemars à répétition et troublantes références à des scènes de violence perturbent terriblement le garçonnet. Quand Janie le couche le soir, il réclame sa vraie maman et demande à rentrer chez lui… Aucun médecin n’est capable de diagnostiquer ce mal, alors quand Janie découvre l’existence d’un certain Dr Anderson, psychiatre ayant fait de nombreuses recherches sur la réincarnation, elle tente sa chance auprès de lui. Elle ignore cependant qu’Anderson est atteint d’aphasie (un trouble du langage assez rare) et qu’il est sur la sellette. Pour le docteur, le cas Noah Zimmerman pourrait renverser la tendance et lui permettre de briller enfin aux yeux de tous. Encore faut-il découvrir si Noah est véritablement habité par l’esprit d’un autre…

Mon avis

Ce roman fait partie de ceux dont je ne sais dire si j'ai aimé ou non.

L'histoire en elle-même est intéressante et fait tomber dans des réflexions vertigineuses sur la réincarnation, la transmigration des âmes... et malgré cela, j'avais l'impression de ne pas avancer dans ma lecture ! Incompréhensible, non ? 

On suit donc l'enquête d'Anderson qui souhaite achever son livre sur les cas d'enfants se souvenant de leurs vies antérieures, par celui d'un enfant américain. En parallèle, on découvre Noah et sa difficulté à vivre l'instant présent car parasité sans cesse par sa vie d'avant. Et enfin, on accompagne Denise dans le difficile deuil de Tommy.

Bien sûr, tout cela va se tricoter ensemble, mais sur un rythme trop lent (?), trop hâché (?), je ne sais dire, seulement avouer que j'avais hâte d'arriver à la fin... malgré mon intérêt pour le sujet qui est ici bien documenté.

A vous de vous faire votre opinion !!

Ma note 14.5

L'auteur  

Dans Lecture

Novecento: pianiste - Alessandro Baricco

Par Le 26/10/2016

Editions Folio - Date de sortie : 7 février 2002 - ISBN 9782070419876 - 84 pages - Traduction de Françoise Brun

4è de couv'

Né lors d'une traversée, Novecento, à trente ans, n'a jamais mis le pied à terre. Naviguant sans répit sur l'Atlantique, il passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d'un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n'appartient qu'à lui: la musique de l'Océan dont l'écho se répand dans tous les ports.

Mon avis

Un très court roman à l'intrigue originale, porté par l'écriture magique de l'auteur.

A lire sans hésiter !

Ma note 16

L'auteur 

Dans Lecture

Te laisser partir - Clare Mackintosh

Par Le 22/10/2016

Editions Marabout - Date de sortie : 3 février 2016 - ISBN 9782501096331 - 451 pages - Traduction de Mathieu Bathol

Logo prix litteraire  Prix du meilleur roman international Festival Polar de Cognac 2016

4è de couv'

Un soir de pluie à Bristol. Un petit garçon échappe à la vigilance de sa mère. Une voiture surgit et le chauffard s'enfuit.

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.
Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie.

Mon avis

Un véritable "tourne-pages", qui m'a laissée scotchée à la page 200 car je n'avais rien vu venir, et que j'ai dévoré en moins de deux jours.

L'histoire alterne le récit de l'enquête par un narrateur omniscient, et celui de sa nouvelle vie par une voix féminine au JE, alternés avec une voix masculine qui s'adresse à cette femme. Une construction particulière et agréable qui nous permet d'être au plus près des émotions et des ressentis.

Le rythme est soutenu, faisant la part belle aux dialogues. On peut juste mettre un bémol sur les personnages qui auraient pu être un peu plus fouillés, mais visiblement le parti-pris de l'auteur était l'histoire racontée et sa cohérence, ce qui est réussi.

Un très bon moment de lecture.

Ma note 17.5

L'auteur 

Dans Lecture

Retour sur terre - Melanie Rose

Par Le 21/10/2016

Editions Pocket - Date de sortie : 5 octobre 2016 - ISBN 9782352879275 - 434 pages - Traduction de Danièle Momont

4è de couv'

Michaela Anderson, une jeune Anglaise de 25 ans travaillant dans une compagnie d’assurances, a accepté de participer avec quelques collègues à un baptême de saut en parachute. Au moment de s’élancer dans le vide, la dernière, elle est emportée par une bourrasque qui l’éloigne des autres… Quand elle retrouve la terre ferme, l’aérodrome est désert, sa voiture a disparu et il fait presque nuit. C’est alors qu’elle découvre avec stupeur sa photo sur des affichettes prétendant qu’elle a disparu… il y a six ans et demi ! 

Mon avis 

Après une lecture décevante, j'avais besoin d'un roman facile à lire et "léger". Objectif atteint !

Dès les premières pages, on est au coeur de l'intrigue. On va chercher comme Michaela le pourquoi du comment, ce qu'il s'est passé pendant ses 6 ans et demi dont elle ne se rappelle rien. On va tenter de comprendre quel a été le rôle de chacun de ceux qui gravitent autour d'elle. L'histoire n'est pas sophistiquée, pas complexe, d'autant que la fin n'est pas aboutie à mon sens, mais ça se laisse lire avec un certain plaisir grâce à la plume fluide de l'auteur.

Ma note 15.5

L'auteur 

Dans Lecture

La concordance des temps - Vladimir de Gmeline

Par Le 12/10/2016

Editions du Rocher - date de sortie : 25 août 2016 - ISBN 9782268 084831 - 495 pages

4è de couv'

À Bornéo, une équipe de spéléologues s'apprête à explorer une rivière souterraine. Leur chef s'inquiète. L'expédition s'annonce difficile et la mousson s'éternise. Mais les obstacles ne viendront pas seulement de la nature, ni des traumatismes anciens que certains lui ont cachés. Dans la ville côtière de Balitan, où ils séjournent avant leur départ, une histoire d'amour interdite va dérégler la vie d'une communauté employée par une compagnie pétrolière. L'humidité, la chaleur et l'ennui engourdissent les corps. La jalousie d'un homme trahi fait basculer cette immobilité dans une violence inattendue. Les spéléologues s'y trouvent mêlés malgré eux. Commence alors une course poursuite au coeur de la jungle, tandis que le temps détraqué ne leur laisse aucun répit.
 

Mon avis 

Il y a la chaleur, la moiteur, les coups tordus, la passion pour l'aventure, des femmes qui s'ennuient et des personnages hyper-testo. Mais il y a aussi l'esprit d'équipe, les tentations, la violence latente, la tension l'on sent monter. A chaque page que l'on tourne, on se demande quand ça va péter, parce que ça va péter ! Dans tous les domaines... 

Le roman est super bien construit, les personnages bien vus, bien rendus, l'état psychologique du mari cocu magnifiquement présenté. La plume est fluide, addictive. J'ai bien aimé aussi le format du livre et sa couverture un peu nacrée, élégante.

En bref, un très bon moment de lecture que je vous recommande vivement.

Ma note 17.5

L'auteur  

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #71

Par Le 10/10/2016

Cette semaine,  j'ai très peu lu (environ 500 pages) : les soucis administratifs sont peu propices à un état serein, propre à la lecture...

*j'ai terminé

*j'ai lu  (cliquer sur les images pour voir mes billets)

      

j'ai commencé 

   Un très chouette roman d'aventures ! Déjà lu 56 %

 

La semaine prochaine, j'ai prévu de

*terminer : La concordance des temps de Vladimir de Gmeline

*lire :  Un parfum de cèdre d'Ann-Marie Mc Donald

*commencer : Le cas Noah Zimmerman de Sharon Guskin

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

La ballade du calame - Atiq Rahimi

Par Le 06/10/2016

Edition L'iconoclaste - Date de sortie : 26 août 2015 - ISBN 9782913 366763 - 183 pages

4è de couv'

« L’exil ne s’écrit pas. Il se vit. 
Alors j’ai pris le calame, ce fin roseau taillé en pointe dont je me servais enfant, et je me suis mis à tracer des lettres calligraphiées, implorant les mots de ma langue maternelle. 
Pour les sublimer, les vénérer. 
Pour qu’ils reviennent en moi. 
Pour qu’ils décrivent mon exil. »
Ainsi a pris forme cette ballade intime, métissage de mots, de signes, puis de corps.

Mon avis

Magnifique et intelligent, ce court livre dans lequel l'auteur médite sur l'exil, l'éloignement de sa terre d'enfance !

J'aime par-dessus tout les livres qui nous apprennent quelque chose et avec celui-ci j'ai été servie. Il est émaillé de citations qui à chaque instant me donnaient envie de fouiller, d'aller plus loin que le texte lui-même. Il y a, entre autres, des lignes très belles dans le chapitre "Va t'en" sur le premier exil, lorsque l'enfant quitte le corps de la mère.

Que l'auteur évoque son errance ou ses callimorphies, c'est intime, profond, poignant, mais en même temps lumineux. Un livre-doudou (je ne trouve pas d'autre mot) que je ne pourrai pas prêter, que je garderai à portée de main, en cherchant pourquoi il m'a autant touchée, quel est mon exil à moi. Mais aussi il m'a interrogée sur mon rapport au geste d'écrire, que j'aime tant (j'écris avec un précieux stylo plume), à cette trace que je laisse de moi.

C'est inclassableau-delà du coup de coeur et il va sans dire que je vous le recommande ++.

Citations

*Enfants, nous sommes tous des Shéhérazade. Nous inventons des contes non pas pour passer le temps, mais pour survivre. (p. 50)

*Comme tout exilé, je suis un homme d'ailleurs. (...) Ailleurs, c'est l'espace de mon errance. Là où se perd mon corps : je suis là où je ne suis pas. Là où s'avedent mes souvenirs, mes rêves, mon désir... (p. 180)

*La calligraphie est un geste de l'esprit, la callimorphie, une geste du désir. (p. 161) 

*La calligraphie a des règles. C'est une discipline, une grammaire, une langue, une idée, un texte. Rien de tout cela en callimorphie. Celle-ci est sauvage, sans loi ; sa langue est corporelle, le mouvement est sa grammaire ; il n'y a aucune idée, mais des sensations. (p.164)

Ma note 17

L'auteur  

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #70

Par Le 03/10/2016

Cette semaine,  j'ai  peu lu (environ 500 pages) : nombreux rendez-vous médicaux pour mes genoux, l'écriture et la série TV Revenge, le soir...

*j'ai terminé

*j'ai lu  (cliquer sur les images pour voir mes billets)

    

j'ai commencé 

   Sur le thème de l'exil, ballade intime, métissage de mots, de signes, puis de corps.

 

La semaine prochaine, j'ai prévu de

*terminer : La ballade du calame d'Atiq Rahimi

*lire :  Un parfum de cèdre d'Ann-Marie Mc Donald

*commencer : Le cas Noah Zimmerman de Sharon Guskin

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

L'absente - Lionel Duroy

Par Le 02/10/2016

Editions Julliard - Date de sortie : 18 août 2016 - ISBN 9782260 029229 - 352 pages 

4è de couv'

Peu après son divorce, Augustin doit se séparer de sa maison. Bouleversé par le spectacle du déménagement, il s'enfuit en voiture avec pour tout bagage quelques photos, un ordinateur et ses deux vélos, puis se lance dans une course folle à la recherche d'un refuge, butant sur les personnes que le hasard place sur sa route – dont une femme qui le poursuit d'hôtel en hôtel. Revivrait-il le même effondrement psychique que sa mère, expulsée de son bel appartement de Neuilly un demi-siècle plus tôt ? Égaré, furieux et magnifique, Augustin entreprend alors de reconstituer l'histoire de cette femme qu'il a enterrée sans une larme. Au fil de ses rencontres, son regard sur elle commence à changer.

Mon avis 

Il est formidable de voir comme certaines lectures arrivent à point nommé dans nos vies ! Ce nouveau roman de Lionel Duroy, dans ce qu'il nous offre comme réflexions sur l'écriture, les lieux, la mère, le désir, en est l'exemple pour moi, même si le propos n'est pas ici de dire en quoi...

Augustin Trevel est à un moment de sa vie où il est complètement largué : plus de maison, divorcé deux fois, pas très proche de ses enfants, il maraude sur les routes de France, à la recherche de l'endroit où il pourra écrire son prochain roman. La Bretagne ? Verdun ? Moulins ? non, finalement ce sera le lieu d'enfance de sa mère pour marcher sur les traces de celle qu'il a toujours appelée l'idiote, mais dont il découvre la souffrance, tellement semblable à la sienne en ce moment. Sur sa route, il rencontrera Sarah, véritable stalker, traqueuse qui a décidé qu'elle l'aime et qu'elle ira où il ira, mais quid de la suite de cette relation ?

J'ai adoré cette longue introspection du personnage, au fil de son cheminement vers la connaissance de "la mère". Il y a des phrases terribles comme : "la pensée lui était venue que le héros de 14-18 aurait pu reposer sous l'une de ces croix et qu'en ce cas la mère n'aurait pas vu le jour, ce qui l'avait précipité dans un conte enchanteur (...) Mais le héros de 14-18 avait survécu à ses blessures et sa mère était née. Il était malheureusement impossible de revenir là-dessus." (p.50) et bien d'autres, mais on peut penser à la fin que le roman sur elle qu'il écrira, et dont il peine à trouver la première phrase, sera bien différent...

Duroy et sa famille, c'est une longue histoire, sans fin ? mais je l'ai senti sur la voie de l'apaisement. J'ai énormément apprécié ce road movie aux quelques scènes improbables (le déballage dans le parking de l'hôtel par exemple) dont j'ai souri. 

En bref, un très bon moment de lecture, pas loin du coup de coeur qui a fait écho en moi et que je vous recommande.

Ma note 18.5

L'auteur  

Dans Lecture

Mes achats de Septembre 2016

Par Le 30/09/2016

Ce mois-ci a été un mois raisonnable . Ce sont   15   livres qui sont entrés dans ma PAL, dont   5   déjà lus et   2   en cours.

     

      

     

    

    

Dans Lecture

L'atelier des poisons - Sylvie Gibert

Par Le 27/09/2016

Editions Plon - Date de sortie : 17 mars 2016 - ISBN 9782259 230599 - 352 pages 

4è de couv'

Paris, 1880. A l'académie Julian, le premier atelier à ouvrir ses portes aux femmes, la vie n'est pas facile. L'apprentissage du métier de peintre est ardu, long et coûteux. Seules les jeunes filles dotées d'un véritable talent et, surtout, d'une grande force de caractère, parviennent à en surmonter les obstacles. 
Du talent, Zélie Murineau n'en manque pas. De la force de caractère non plus. N'a-t-elle pas déjà prouvé qu'elle était prête à tout pour parvenir à ses fins ? Pourtant, lorsque Alexandre d'Arbourg, le commissaire du quartier du Palais-Royal, lui demande de faire le portrait de sa filleule, sa belle assurance est ébranlée : comment ne pas croire que cette commande dissimule d'autres motifs ? Même si elle en connaît les risques, elle n'est pas en mesure de refuser le marché que lui propose le beau commissaire : elle sera donc " ses yeux ". 
Des auberges mal famées jusqu'aux salons de la grande bourgeoisie, elle va l'aider à discerner ce que les grands maîtres de la peinture sont les seuls à voir : les vérités qui se cachent derrière les apparences.

Mon avis

Roman d'une époque, les débuts de la IIIè République, dans laquelle la place de la femme n'est pas enviable, celle de la femme peintre encore moins. Roman d'une rencontre entre un commissaire de police et Zélie, élève de l'Académie Jullian pour femmes, autour de la commande d'un portrait d'enfant. Roman d'une enquête autour de la disparition d'un bébé. 

Tout cela mené tambour battant avec de nombreux personnages, des anonymes mais pas que ; on y croise en effet Degas, Alphonse Allais, Maupassant... On y parle de l'art, de l'émergence de l'impressionnisme, de la condition de la femme, d'amitié. C'est bien écrit, historiquement exact (même si Zélie est un personnage créé par l'auteur) et très rythmé

Un vrai bon moment de lecture !

Ma note 16.5

L'auteur  

Dans Lecture

L'amie prodigieuse - Elena Ferrrante

Par Le 23/09/2016

Editions Folio - Date de sortie : 1er janvier 2016 - ISBN 9782070 466122 - 430 pages - Traduction d'Elsa Damien

4è de couv'

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.

Mon avis

L'amie prodigieuse est le premier tome d'une saga, dont le deuxième tome est sorti chez Gallimard, en janvier 2016, sous le titre Le nouveau nom.

Ce livre m'a donné du fil à retordre ! Arrivée à la page 150, on en est encore à planter le décor... Alors certes l'époque, le lieu, l'ambiance sont bien dépeints dans une langue soignée, mais le récit est trop linéaire, et je m'ennuie... Et puis cette sorte de "soumission" d'Elena à Lila m'agace un tantinet.

Bref, je pose le livre que d'aucuns ont qualifié de chef d'oeuvre et y reviendrai peut-être un jour, mais pour l'heure j'ai envie, besoin, d'action !

Ma note /

L'auteur souhaite rester dans l'anonymat de son pseudonyme.

Dans Lecture

Lettres à Stella - Iona Grey

Par Le 21/09/2016

Editions Les Escales - Date de sortie : 12 mai 2016 - ISBN 9782365 691628 - 486 pages - Traduction d'Alice Delarbre

4è de couv'

À la nuit tombée, fuyant la violence de son compagnon, une jeune femme court dans les rues glacées de Londres. Jess n'a nulle part où aller. Surgissant dans une ruelle déserte, elle trouve refuge dans une maison abandonnée. Le lendemain matin, le facteur glisse une lettre mystérieuse par la porte. Incapable de résister à la tentation, Jess ne peut s'empêcher de la lire et se retrouve plongée dans une histoire d'amour d'un autre temps.
1943. Dans une église de Londres bombardée par le Blitz, Stella rencontre Dan, un aviateur américain. Très vite, ils sont irrésistiblement attirés l'un par l'autre. Leur histoire est a priori impossible. Rien ne joue en leur faveur : elle vient de se marier à un pasteur, lui n'a qu'une chance sur cinq de sortir vivant de cette guerre. Perdus et sans repères, la seule chose à laquelle les deux amants peuvent s'accrocher sont les lettres qu'ils s'écrivent, promesses d'un bonheur à venir.
Le temps a passé, le destin est cruel, mais Jess est déterminée à savoir ce qui leur est arrivé. Inspirée par cet amour, portée par son enquête, elle trouvera à son tour les clefs d'un avenir meilleur.

Mon avis

Un roman comme je les aime !

Deux périodes, deux femmes, Stella et Jess, personnages phares qui vont se rejoindre grâce à des lettres écrites par Dan, un pilote américain, lors de la Seconde Guerre Mondiale.

De beaux personnages que l'on a plaisir à accompagner au fil des pages dans une histoire d'amour très forte qui court de 1943 à 2011. Le parallèle entre les deux histoiresLa vie dans la petite paroisse lors de cette période trouble bien retracée. L'écriture fluide qui nous fait tourner les pages pour connaître l'issue de la quête de Jess et Will. Autant d'atouts pour ce roman que je vous recommande chaudement.

Ma note  18

L'auteur  

Dans Lecture

Beaux rivages - Nina Bouraoui

Par Le 17/09/2016

Editions JC Lattès - Date de sortie : 24 août 2016 - ISBN 9782709 650526 - 245 pages

4è de couv'

C’est une histoire simple, universelle. Après huit ans d’amour, Adrian quitte A. pour une autre femme : Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.
J’ai écrit Beaux rivages pour tous les quittés du monde. Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l’amour triomphera toujours. En cela, c’est un roman de résistance.

Mon avis

Des mots très justes pour parler de la rupture amoureuse, des failles qu'elle creuse au plus profond, du doute qu'elle sème chez celui (celle en l'occurence) qui est quitté.

L'histoire de la rupture est (hélas) banale, mais l'auteur analyse finement tous les états d'esprit que traverse A. au cours de l'année qui suit, jusqu'à son retour à la vie amoureuse. On trouve toutes les étapes du deuil, deuil d'une histoire à deux, de complicité, d'habitudes, d'un couple que l'on croyait acquis. 

L'écriture est fluide, et on passe un bon moment de lecture.

Ma note 15.5

Citations

*L'amour est imprévisible. Il survient quand on ne l'espère plus, disparaît alors qu'on le jugeait acquis. (p. 15)

*Les sentiments réprimés se vengent tôt ou tard. (p. 18)

*Je ne pourrais vivre sans Adrian, sans l'idée d'Adrian, en dépit de mes efforts ; je le porterais, je le savais, comme une plaie sous mes vêtements. (p. 25)

*On sera toujours seuls, quoi qu'il arrive, c'est ainsi, c'est le destin de tous les humains, au départ comme à l'arrivée, c'est pour cette raison que l'on a inventé l'amour, tantôt comme une distraction, tantôt comme un graal à conquérir. (p. 142)

*Il a toujours préféré les femmes plus âgées, les jeunes l'indiffèrent, elles ne sont pas terminées, c'est son mot. (p. 221)

L'auteur  

Dans Lecture

Les pétillantes - Didier Fourmy

Par Le 15/09/2016

Editions Pocket - Date de sortie : 5 mars 2015 - ISBN 9782266 253222 - 331 pages

4è de couv'

Le Patio Secret vit au rythme des pas de danse andalouse, des exubérances de ses pensionnaires et des expéditions au zinc des Halles. Dans cette auberge espagnole pour retraitées, la vie est pleine de fantaisies. Et si les hommes sont interdits, les escapades amoureuses, elles, ne manquent pas d'animer le quotidien. 
Une folle ambiance qui donne le tournis. Une cure de jouvence à coup de sangria, de brushing parfumés et de noms d'oiseaux à tout va. Et Chloé, qui réalise sa première enquête de journaliste, ne s'attendait vraiment pas à trouver une telle manne d'histoires croustillantes auprès de ces grands-mères pétillantes : la joyeuse troupe n'en a pas fini de croquer la vie à pleines dents ! 

Mon avis 

Le pitch était aguicheur, je pensais avoir acheté là un "feel-good book". Eh bien, quelle déception !!

Pas forcément sur l'histoire, quoique... Mais le style, l'écriture... C'est truffé d'expressions familières, de dialogues sans intérêt, de descriptions ineptes. Où est l'humour promis ? Le trop est l'ennemi du bien.

J'ai donc abandonné le livre à la page 105 après avoir feuilleté les dernières pages et vu que ce serait du même jus jusqu'à la fin. D'autres bons romans m'attendent, je ne perds donc pas de temps sur celui-ci, dont j'ai vu que l'auteur avait commis une "saison 2"...

Ma note  8

 

Dans Lecture

La nuit avec ma femme - Samuel Benchetrit

Par Le 13/09/2016

Editions Plon/julliard - Date de sortie :  25 août 2016 - ISBN 9782259 223454 - 170 pages

4è de couv'

" J'ai passé plus de temps que toi sur cette Terre. Et notre différence, c'est que moi, je t'ai perdue. C'est parce que j'ai continué à vivre que je le sais. J'ai voulu être seul souvent pour être avec toi. Il faut bien donner son temps aux amours invisibles. S'en occuper un peu. Encore maintenant je me demande comment tu vas. Ce que tu fais. Je cherche de tes nouvelles. J'invoque la colère pour que tu la calmes. Quelques rires où tu me rejoindrais. Et le soleil a changé, puisqu'il manque une ombre. Mais je suis heureux. Et c'est à ton absence que je dois de le savoir. " 

Mon avis

On sait qu'il s'agit là du triangle amoureux Samuel Benchetrit-Marie Trintignant-Bertrand Cantat, dont les média ont largement parlé à l'époque de ce fait divers dramatique. Dans ce récit, la femme vient "visiter" l'auteur le temps d'une nuit et il évoque avec elle tout ce qu'ils ont vécu ensemble, notamment ce qui les lie à jamais, leur fils Jules. 

C'est très surprenant d'entrer ainsi dans l'intimité d'un couple, dans les souvenirs de celui qui a été quitté, dans ce cri d'amour. Tout est dit, raconté, étalé, il y a cependant une vraie pudeur dans l'impudeur. Par la force des choses, on a une seule voix, celle de l'homme qui s'adresse à "la morte de sa vie", la femme ayant succombé aux coups de celui pour qui elle a quitté l'auteur. Le manque est évident, poignant.

Le texte de cette déambulation est poétique, plein d'émotions, mais sans animosité. Rien n'est sordide, si ce n'est la mort elle-même. C'est un cri d'amour magnifique, amour que j'ai senti apaisé, porté en lui, à jamais, comme un trésor, par un homme qui s'autorise cependant à vivre pleinement sa vie, sans elle.

Je sais déjà que ce petit livre aura une place particulière dans ma bibliothèque. J'aurai souvent envie de le relire car c'est beau et je vous le recommande chaudement.

Ma note  18.5

coup-de-coeur-1.jpg

Citation

*Je souhaite aux gens de mourir en aimant. D'aimer mille fois et toujours plus. De tout oublier sauf qu'ils ont aimé comme on les aimait. 

L'auteur  

Dans Lecture

A l'endroit où elles naissent - Diane Peylin

Par Le 09/09/2016

Editions Pocket - Date de sortie : 3 mai 2012 - ISBN 9782266 226059 - 404 pages

4è de couv'

Le 5 novembre 1978, Eva et Miangaly naissent à des milliers de kilomètres l'une de l'autre.
De France à Madagascar, de l'enfance à l'âge adulte, chacune avec ses chances et ses manques, elles vont faire l'apprentissage de la vie.
Deux destins parallèles que tout sépare et que, pourtant, tout rapproche : plus qu'une date de naissance, Eva et Miangaly partagent une même rage de vivre, une même soif d'espoir et d'amour.

Mon avis

Deux trajectoires parallèles bercées par les mots de Maxime Le Forestier "être né quelque part" et les grandes dates de l'histoire mondialeDeux destins qui montrent que les plus défavorisés ne sont pas forcément ceux que l'on croit. Une alternance de chapitres très rythmés pour raconter les vies de Miangaly et d'Eva. Tout le début et notamment Naissance et Adolescence sont pleines d'émotions et de belles expressions. Mais la suite n'est pas tout à fait à la même hauteur et la fin est un peu bisounours...

L'auteur a une très belle plume poétique et inventive, très imagée. Beaucoup de références musicales, des personnages très bien saisis.

En bref, un bon moment de lecture.

Ma note 15.5

Citation

*-J'aime quand il fond dans ma bouche.

Le chocolat. Et ses petits carreaux précieux. Un pour toi, un pour moi. Surtout le savourer (...) Garder caché au creux de son palais la saveur merveilleuse de ce trésor cacaoté. La tablette parée de sa robe d'argent se déshabille doucement. Voluptueusement. Les bouches salivent. Les poitrines suffoquent. Les regards vacillent. Un seul petit carré pour une seconde d'éternité. (p. 258)

L'auteur   

Dans Lecture

Rêver - Franck Thilliez

Par Le 07/09/2016

Editions Fleuve Noir - Date de sortie : 26 mai 2016 - ISBN 9782265 115583 - 597 pages

4è de couv'

Si ce n'étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d'Abigaël qu'elle est une femme comme les autres. 
Si ce n'étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu'Abigaël dit vrai. 
Abigaël a beau être cette psychologue qu'on s'arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l'emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l'un de l'autre, elle n'a pas trouvé mieux que la douleur. 

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l'accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s'exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l'enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

Mon avis

C'est le premier Thilliez que je lis et dans l'ensemble je ne suis pas déçue, même si parfois il y a des situations limites, comme la description des tortures faites aux enfants, ou invraisemblables comme tout ce que peut faire Abigaël malgré sa maladie.

Cela dit, ce roman est un véritable "tourne-pages" dans lequel j'ai plongé le temps du week-end, avec bien du mal à le poser le temps d'un spectacle au théâtre (que j'ai presque regretté d'avoir réservé..., enfin presque !). Nous suivons Abigaël et l'équipe d'enquêteurs, nous nous demandons régulièrement, en raison de l'agencement du roman, si nous sommes dans les rêves ou dans la réalité, et découvrons petit à petit comment l'héroïne a pu sortir indemne de cet accident qui a tué son père et sa fille et réduit la voiture en bouillie .

 Je ne me suis pas attachée aux personnages que j'ai trouvés sans grand charisme, mais l'intrigue est bien ficelée (d'autant qu'avec un code on a le chapitre manquant et l'ordre réel des chapitres pour le cas où on voudrait faire une deuxième lecture, mais n'exagérons pas !!), et l'écriture fluide, avec un rythme soutenu

Au final, une lecture agréable pour un bon moment de lecture.

Ma note  15.5

L'auteur   

Dans Lecture

La rentrée n'aura pas lieu - Stéphane Benhamou

Par Le 04/09/2016

Editions Don Quichotte - Date de sortie : 25 août 2016 - ISBN 9782359 495676 - 170 pages

4è de couv'

Comme chaque année, pour les traditionnels retours des vacanciers, Bison futé avait prévu que les 26 et 27 août seraient des journées noires sur les routes. Mais aux péages, comme dans les gares et les aéroports, on ne vit personne revenir. Onze millions d’Aoûtiens avaient, semble-t-il, décidé de faire la rentrée buissonnière.

Cette année-là, sans se concerter, sans obéir au moindre mot d’ordre, 11 millions d’Aoûtiens ne reprirent pas le chemin du travail et de l’école à la fin août.

Pandémie de burn-out face à la crise qui n’en finissait plus, au terrorisme qui, on ne cessait de le répéter, ne manquerait pas de frapper encore, abstention généralisée devant la menace de moins en moins fantôme d’une élection présidentielle terrifiante ?

Mon avis 

Un récit amusant, cynique, aux forts accents de possible (ex : la panique dans les ministères, où ne connaissant pas les agents, on met la main sur le lambda pour l'envoyer en mission). Beaucoup, de tous ordres, sont égratignés au passage, souvent à juste titre,  c'est fait avec légèreté et humour au début. Malheureusement, à mon goût, la fin fait "pschitt" comme le pétard mouillé d'un feu d'artifice que l'on aurait aimé plus fou, plus flamboyant.

C'est très court (trop), ça se lit vite, et au final, ça laisse un petit goût de déception

Ma note 14

L'auteur   

Dans Lecture

Deux-pièces - Eliette Abécassis

Par Le 03/09/2016

Editions Steinkis - Collection Incipit - Date de sortie : 2 juin 2016 - ISBN 9782368 460139 - 89 pages

4è de couv'

"Elle était là, presque nue, devant la piscine, à Molitor. Exposée aux yeux de tous, dans ce grand "paquebot" aux façades couleur terre de Sienne, à l'architecture des années trente..." Lors d'un défilé, la France de 1946 découvre la bombe atomique du couturier Louis Réard : le bikini. Dans le public, Gaby, une jeune fille "toute frêle, à la peau diaphane" prend des notes. Un jeune homme l'interpelle. C'est Antoine, son grand amour qu'elle n'a plus revu depuis l'Exode. Il a participé à la conception du premier maillot deux pièces... 
A travers cette fiction aux couleurs pâles, Eliette Abécassis explore les non-dits qui ont plané sur 1a Libération de la France - et de la femme.

Mon avis

La collection Incipit laisse à des auteurs le soin de raconter des "Premières fois". Pour Eliette Abécassis, le choix fut celui du défilé de maillot de bain, où apparut le bikini pour la première fois, en 1946.

La France sort juste de la guerre et l'idée du créateur était de permettre aux femmes d'assumer leur corps, d'oser le montrer, de les libérer. C'est une danseuse nue qui l'arborera puisqu'aucun mannequin n'avait voulu s'y risquer.

L'auteur a choisi deux personnages : Gaby et Antoine, autrefois follement amoureux, et qui se sont perdus de vue au moment de l'exode. Ils se revoient pour la première fois à ce défilé. Ce qui m'a gênée dans ce très court roman (j'aurais plutôt dit nouvelle), c'est la place prise par le récit fait par Antoine, de sa guerre, la clandestinité après le STO. J'ai trouvé que cela faisait un peu plaqué là, quand le sujet était tout autre. Par ailleurs, c'est trop court pour que l'on s'attache à eux dont on ne sait pas grand chose et dont la psychologie est à peine perceptible.

Ma note 14

L'auteur  

Dans Lecture

Le chant du rossignol - Kristin Hannah

Par Le 02/09/2016

Editions Michel Lafon - Date de sortie : 7 avril 2016 - ISBN 9782749 927787 - Nombre de pages : 523 - Traducteur Matthieu Farcot

4è de couv'

France, 1939. Dans le village de Carriveau dans la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Elle ne peut imaginer que les nazis vont envahir le pays. Pourtant, lorsqu'un capitaine allemand réquisitionne sa maison, elle est forcée d'accueillir un officier sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays... Sa sœur Isabelle, 18 ans, a passé son enfance dans des pensionnats depuis la mort de leur mère, et son père décide de l'envoyer vivre avec Vianne. Mais son tempérament rebelle met en danger leurs vies à toutes. Isabelle décide donc de partir vivre à Paris, le jour de l'entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d'idéaux, elle s'engage très vite dans la Résistance sous le nom de code " Le Rossignol " et fait régulièrement passer des aviateurs anglais en Espagne.

Mon avis

J'ai remarqué qu'Ingrid et moi avons pas mal de goûts communs en matière de lecture et celui-ci fait partie de ceux qu'elle a beaucoup aimés. Alors je me suis lancée... et ne l'ai pas regretté une minute tant ce livre m'a touchée !

C'est un gros, gros coup de coeur, ce roman dans lequel il y a tout : des personnages merveilleux, un récit passionnant, beaucoup d'émotion que la plume fluide de l'auteur nous offre. Il y est question surtout du rôle des femmes pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais tellement d'autres thèmes sont abordés comme le pardon, l'altérité, la loyauté...

Je pense avoir tout aimé. On côtoie tous les registres de l'amour : fraternel (Vianne/Isabelle - Sophie/Daniel, parental (Vianne, Julien père, Rachel), en couple (Vianne/Antoine, Isabelle/Gaétan), mais aussi l'amitié indéfectible, l'attirance involontaire. Beaucoup de sentiments sont poussés à leur paroxysme dans cette période brutale et destructrice. On suit le cours de l'Histoire, au travers de la vie d'un village "ordinaire" et on mesure la souffrance, les privations et la peur omniprésente, générées par l'ennemi installé à demeure. On découvre, parfois à leur propre étonnement, l'héroïsme jusqu'au-boutiste de ceux qui refusent de s'y soumettre et de se résigner.

J'ai bien souvent eu la gorge serrée et les larmes aux yeux, car l'auteur nous a offert là une histoire forte et poignante, servie par des personnages magnifiques. Bref, ce roman mérite une foison de superlatifs absolus.

Ma note 19

Citations

*Le son de sa voix me rappelle que je suis une mère et que les mères ne peuvent s'accorder le luxe de s'effondrer devant leurs enfants, même quand elles ont peur, même quand leurs enfants sont des adultes. (p. 410)

*Dans l'amour, nous découvrons qui nous voulons être ; dans la guerre, nous découvrons qui nous sommes.

L'auteur  

Dans Lecture

Romanesque - Tonino Benacquista

Par Le 30/08/2016

Editions Gallimard - Date de sortie : 18 août 2016 - ISBN 978-2070197866 - 232 pages

4è de couv'

Un couple de Français en cavale à travers les Etats-Unis se rend dans un théâtre, au risque de se faire arrêter, pour y voir jouer un classique : Les mariés malgré eux. La pièce raconte comment, au Moyen Age, un braconnier et une glaneuse éperdument amoureux refusent de se soumettre aux lois de la communauté et se retrouvent condamnés à morts. Mais bien vite, au fil de la représentation, les mystérieux spectateurs recherchés par la police et les héros de la pièce se confondent, jusqu'à former un seul et même couple, ayant traversé les époques et les continents… Palais des Mille et une Nuits, forêts enchantées, asile de fous, des steppes de l'Asie à la jungle sud-américaine, sur les océans déchaînés ou dans un paradis québécois, ces amants-là devront à nouveau affronter tous les périls et braver tous les interdits pour vivre enfin leur passion au grand jour.

Mon avis

Une fable sur l'amour absolu et comment les autres y réagissent, contée par un Tonino Benacquista en grande forme littéraire, que j'admire pour être capable d'écrire des textes aussi différentes que Saga, Malavita et Romanesque

Juste esquissés, elle et lui à des époques différentes, dans une histoire toujours répétée pour leur malheur, en butte à la jalousie, à l'ostracisme, à la bêtise humaine souvent. Quelques morceaux d'anthologie, dont la pièce de théâtre, le passage qui se passe dans la plantation de thé et celui dans l'asile. Quelques autres un peu plus moyens dans le dernier tiers du livre.

C'est écrit de belle manière, aussi je vous recommande ce roman.

Ma note 15.5

Citation

*La vie, cette épreuve que traversait l'homme sans la moindre chance d'en triompher, leur faisait un don inestimable, celui de mourir en ayant connu plénitude et ferveur. Au lieu de les abandonner aux guerres, aux épidémies, elle avait fait d'eux ses élus en leur donnant à vivre une aventure encore inédite -que longtemps après leur disparition, il faudrait bien appeler le bonheur. (p. 53)

L'auteur  

Dans Lecture

Prendre Lily - Marie Neuser

Par Le 28/08/2016

Editions Pocket  - mai 2016 - ISBN 9782266 267984 - 561 pages

4è de couv'

Une mère de famille retrouvée assassinée dans sa baignoire, les doigts comme un écrin renfermant deux mèches de cheveux. Le corps d'une étudiante coréenne abandonné la nuit dans un quartier désert. Et des jeunes femmes qui témoignent : leurs cheveux coupés net, tandis qu'elles vivent, marchent, respirent dans une petite ville balnéaire d'Angleterre qui ne connaît pas les débordements. 
Non loin de la salle de bains de Lily Hewitt vit Damiano Solivo. On lui donnerait le bon Dieu sans confession si ce n'étaient ces déviances auxquelles il s'adonne en secret. Mais son épouse peut le jurer : Damiano est innocent. Damiano est même victime. Victime, oui : de la complexité d'une machinerie sociale et judiciaire qui sait comment on façonne les monstres.

Mon avis 

Mon choix de lire ce roman s'est fait après l'avis enthousiaste d'Yvan du blog EmOtions qui le qualifie d'admirable, rien de moins et celui non moins passionné de Richard du blog Polar noir et blanc.

Nous suivons Gordon McLiam, ses deux collègues Jim et Daphne, ainsi que Bradford leur chef, dans une enquête pas-à-pas, mâtinée de coups de chance, de flair, de ténacité pour faire tomber celui dont, dès les premières pages, ils pressentent qu'il est le meurtrier. L'intrigue est tricotée finement.

C'est présenté comme une chronique de la vie des enquêteurs entre montées d'adrénaline, profond découragement, calme plat, nouvel indice, ce qui donne un rythme assez lent, mais addictif. Des personnages travaillés que l'on suit avec plaisir dans leur quête quasi spirituelle de la vérité.

Une plume super agréable à lire qui nous place au centre des pensées de Gordon et donne beaucoup d'authenticité au récit.

Bref, un roman comme je n'en avais jamais lu, qui a frisé le coup de coeur et que je vous recommande chaudement pendant que je cours acheter le deuxième volet du diptyque : Prendre Gloria.

Ma note 18

Citations

*Je ne sais pas pourquoi j'avais imaginé les Italiennes du Sud comme des tabourets de piano à chignon d'ébène Partout où je tournais la tête, j'apercevais de belles plantes vêtues à la dernière mode, des tourbillons rieurs fleuris de longues chevelures dorées et des tiges appétissantes gainées de bien peu de tissu malgré la température de janvier. (p.165)

*L'hiver anglais, c'est long et triste. Mais quand on n'est pas heureux, ça donne envie de s'endormir en demandant au réveil de sonner six mois plus tard. (p.281)

*Si on ne trouvait rien de concret, peut-être y avait-il un fil rouge tout autre, de l'ordre de l'impalpable, le fil sanguinolent qui ficelait son cerveau comme un rôti dégueulasse. (p.322)

L'auteur  
                      

Dans Lecture

Repose-toi sur moi - Serge Joncour

Par Le 24/08/2016

Editions Flammarion - Date de sortie : 18 août 2016 - ISBN 9782081 306639 - 427 pages

4è de couv'

Aurore est une styliste reconnue et Ludovic un agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes. Ils n'ont rien en commun si ce n'est un curieux problème : des corbeaux ont élu domicile dans la cour de leur immeuble parisien. Elle en a une peur bleue, alors que son inflammable voisin saurait, lui, comment s'en débarrasser. Pour cette jeune femme, qui tout à la fois l'intimide et le rebute, il va les tuer. Ce premier pas les conduira sur un chemin périlleux qui, de la complicité à l'égarement amoureux, les éloignera peu à peu de leur raisonnable quotidien.

Mon avis 

Un livre magnifique, porté par des personnages attachants, sensibles, une belle réflexion sur l'amour et le couple, et une écriture addictive. Tout au long de ma lecture, j'ai oscillé entre les émotions, j'ai cru comprendre où l'auteur nous emmenait, mais été surprise par le cours que prenait l'histoire. 

Bonne pioche pour ma première lecture de la rentrée littéraire !

Un vrai coup-de-coeur-1.jpg

 

 

Ma note  18

L'auteur  

Dans Lecture

La malédiction tsigane T1 Amarok - Pierrette Lavallée

Par Le 22/08/2016

Editions Sharon Kena - Date de sortie : 21 juillet 2015 - ISBN 9782365 409018 - 140 pages 

4è de couv'

Manuela est une jeune étudiante timide et mal dans sa peau. Pourtant sa rencontre avec le bel Amarok, va tout changer. Alors que sa sensualité se réveille, alors que ses sentiments sont exacerbés, plusieurs obstacles vont se mettre sur sa route…
Qui est réellement Amarok ? Pourquoi cette violence qu’il peine à contrôler ? Quels sont les secrets que lui et sa famille tentent de cacher ? Et quelle est cette malédiction qui pèse sur la fratrie ?
Manuela décidera alors de sauver l’homme qu’elle aime avant qu’il ne soit trop tard, au risque d’y laisser son cœur… et peut-être même sa vie.

Mon avis

Un scénario indigent truffé d'invraisemblances, des personnages clichés, des dialogues à tomber par terre (– Il va falloir bander ton torse, souffla-t-elle en regardant par la vitre. – Pour l’instant, je suis plus préoccupé par une autre partie de mon corps qui bande, ironisa-t-il), une fin prévisible dès la page 16, bref, une erreur de casting pour moi qui me suis laissée séduire par le mot "tsigane" dans le titre, avant de comprendre à quel genre de "roman" j'avais à faire...

Et comme dans la fratrie Luxna il y a quatre garçons et une fille, l'auteur fait son miel de chaque personnage pour composer une saga de 5 livres, dont vous avez compris que je ne les lirai pas...

Ma note  9

L'auteur  

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #64

Par Le 22/08/2016

Cette semaine,  j'ai assez bien lu (environ 1100 pages).

*j'ai terminé

*j'ai lu  (cliquer sur les images pour voir mes billets)

      Une brique de plus de 700 pages pour mon challenge A la conquête des gros pavés

j'ai commencé

 Grand roman sur l'amour et le désordre, dit la 4è

La semaine prochaine, j'ai prévu de

*terminer : Repose-toi sur moi de Serge Joncour

*lire : Prendre Lily de Marie Neuser   

* commencer : Les années du silence - T2 de Louise Tremblay d'Essiambre

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

Scandaleux héritage - Jackie Collins

Par Le 21/08/2016

Editions Charleston - Date de sortie : 7 mars 2016 - ISBN 9782368 120934 - 728 pages - Traduction de Agnès Jaubert

4è de couv'

Red Diamond est un milliardaire brutal et détesté. Diahann, belle femme noire, ex-chanteuse, est sa gouvernante ; un rôle que sa fille, Liberty, n’approuve pas. Le jour où Red convoque à New York ses trois fils, Max, Chris et Jett, ces derniers sont loin de se douter que cette réunion de famille va bouleverser leur monde. Jeune héritière new-yorkaise, Amy Scott-Simon est fiancée à Max. À sa soirée d’enterrement de vie de jeune fille, elle rencontre Jett, qui n’a pas la moindre idée de qui elle est. Pas plus qu’elle ne comprend qui il est. Leur aventure d’une nuit va entraîner les pires complications…

Mon avis

Un roman dont sexe, argent à gogo et  coups tordus sont les ingrédients, écrit par une auteur aux 400 millions d'exemplaires vendus, aujourd'hui décédée, qui connaissait la jet-set comme personne.

Les personnages sont typés à souhait avec leurs addictions et leurs métiers à gros revenus (magnat de l'immobilier, avocat du show bizz...). Ils sonnent pourtant juste dans le monde décrit, dont l'auteur avouait qu'elle se servait de tout ce qu'on lui racontait, mais qui nous paraît un peu irréel. Débauche de billets, diamants, rollex et vêtements de marques, si on ne supporte pas le bling bling, il faut passer son chemin. L'histoire de départ, assez banale autour d'un rendez-vous familial dont on sait d'avance qu'il ne se passera pas bien, est prétexte à présenter les vies des participants, toutes plus compliquées les unes que les autres. Mais pas de panique, avec l'argent, tout s'arrangera...

Ca se laisse lire parce que l'écriture est fluide.

Ma note  14

Ce roman participe au Challenge A la conquête des gros pavés Paves livres

L'auteur  

Dans Lecture

Les années du silence - T1 - de Louise Tremblay d'Essiambre

Par Le 20/08/2016

Editions Charleston - Date de sortie : 8 janvier 2016 - ISBN 9782368 120439 - 444 pages

4è de couv'

1942. À l'aube de ses dix-huit ans, Cécile Veilleux doit quitter la ferme de ses parents, dans la Beauce, et son fiancé Jérôme, pour dissimuler une grossesse qui jetterait l'opprobre sur sa famille.
Au même moment, à Québec, la jeune Rolande Comeau est envoyée à l'hôpital de la Miséricorde pour dissimuler une grossesse tout aussi honteuse.
Recluses à l'orphelinat, les deux jeunes filles vont subir les affres du silence. Le silence à garder sur leurs blessures et leur déshonneur, qu'il faut à tout prix cacher. Le silence qui marque brutalement la fin de leur jeunesse. Dans la tourmente, l'amitié entre les deux jeunes filles pourra-t-elle les aider à surmonter ces épreuves ? Et l'amour entre Cécile et Jérôme survivra-t-il, malgré l'absence et la guerre qui se profile ?

Mon avis

Voilà un premier tome que j'ai trouvé réussi, parce qu'il m'a donné envie de poursuivre l'histoire de cette famille ! 

Nous suivons donc Cécile des années 40 aux années 80. Sa famille nombreuse (12 frères et soeurs), ses désirs de mariage et d'enfants. Son amour indéfectible pour Jérôme, le silence qu'elle doit garder sur leur fille, son métier. C'est un très beau personnage, une femme sensible, courageuse, qui décide d'avancer, malgré les nombreux obstacles que la vie place devant elle. De très beaux personnages secondaires aussi, tels Rolande et sa souffrance, la tante Gisèle et Don Paulo, tellement humains et généreux. 

C'est aussi une époque et la place de la femme dans celle-ci dont parle l'auteur, des relations mère-enfants, des non-dits qui les rendent compliquées, voire délétères.

Une écriture que l'on sent maîtrisée, mais fluide à la lecture. Un roman poignant, fort en émotions.

Je viens de recevoir le tome 2 qui ne va pas demeurer très longtemps dans ma PAL !!

Ma note  17

L'auteur  

Dans Lecture

Challenge 2016 : A la conquête des gros pavés - session 2

Par Le 16/08/2016

Paves livres

J'avais commencé ce challenge l'an dernier et n'ai pas abouti, mais il recommence cette année, sans durée limite (moi j'aime pas les contraintes, na !!). Alors, je vais me relancer. 

Voici les nouvelles règles édictées par Tribulations littéraires : 

Les Modalités

  • Il n’y a plus de durée déterminée ! Vous pouvez participer tous les ans, vous pouvez faire un challenge de 6 mois, faire une semaine folle sous le signe des gros pavés, c’est vous qui voyez !
  • Comme pour la première session, le minimum de page pour livre est de 700 pages. Vous pouvez lire une intrigue qui est en plusieurs partie, même si l’une ne fait pas 700 pages mais uniquement si l’intrigue est complète. Pas de bout de saga et si une partie ne fait pas 700 pages, elle doit au moins en faire 400. (et bien évidemment, le tout doit faire plus de 700 pages)
  • Peu importe comment vous organisez votre challenge, la durée et compagnie, il vous faut choisir au moins un défi parmi ceux que je vous propose juste en-dessous.

Les Défis

  • Si le challenge dure sur une année, le minimum de livres à lire augmente à 6.
  • Si le challenge dure sur une année, le minimum de livres à lire augmente à 9
  • Si le challenge dure sur une année, le minimum de livres à lire augmente à 15.
  • Augmenter le nombre de pages minimum à 800.
  • Augmenter le nombre de pages minimum à 900.
  • Augmenter le nombre de pages minimum à 1000.
  • Lire un gros pavé par mois.
  • Lire deux gros pavés par mois.
  • Se concentrer sur un genre différent par mois.
  • Se focaliser sur un seul genre pour vos gros pavés.
  • Lire au moins un classique.
  • Lire au moins deux classiques.
  • Participer aux courts challenge pour pimenter celui-ci (week-end à 1000, le FRRAT…)

---------------

Alors voici ce que j'ai prévu pour MON CHALLENGE 

. Passer le minimum à 6 livres​ : par exemple 22/11/63 de Stephen King - Le pays du nuage blanc de Sarah Lark - Imriel de Jacqueline Carey - La quête d'Ewilan de Pierre Bottero....

. Lire au moins un classique sur le total : Les trois Mousquetaires - que je n'ai pas relu depuis mon adolescence.

. Le récapitulatif se fera sur la page du Challenge au fur et à mesure de sa réalisation.

 

Y'a plus qu'à... En avant !!

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #63

Par Le 15/08/2016

Cette semaine,  j'ai assez bien lu (environ 950 pages).

*j'ai terminé

*j'ai lu  (cliquer sur les images pour voir mes billets)

       

j'ai commencé

 Une saga québécoise sur le poids du silence.

La semaine prochaine, j'ai prévu de

*terminer : Les années du silence - T1 Dans la tourmente de Louise Tremblay d'Essiambre

*lire : Prendre Lily de Marie Neuser   

* commencer : Scandaleux Héritage de Jackie Collins

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

Treize verbes pour vivre - Marie Laberge

Par Le 13/08/2016

Editions Québec Amérique - Date de sortie : 22 octobre 2015 - ISBN 978-2764429693​ - 232 pages

4è de couv'

Quels verbes sont essentiels si on veut explorer à fond celui de vivre?? Il n'y avait que Marie Laberge pour avoir l'audace de poser la question et oser chercher dans l'action du verbe la définition de l'intensité. Avec cet essai original qui marque ses quarante ans d'écriture, la romancière expose ce qui lui semble indispensable pour amener le verbe - et la vie - à son sommet. Elle analyse ce qui fait de chacun de nous les vivants que nous sommes, contradictions et harmonies incluses. Elle ne se contente pas de disserter, elle fouille les verbes à fond et elle se mouille en passant en revue la place que chacun d'entre eux prend dans sa vie personnelle. Quiconque a lu et aimé les romans de Marie Laberge y trouvera des clés pour mieux comprendre son univers intérieur si riche. Jamais moralisatrices, d'une honnêteté réjouissante, ces réflexions à la fois sensées, justes et percutantes apportent un éclairage inusité sur cette écrivaine de fiction qui réussit à aborder ce nouveau genre sans pour autant perdre sa verve et son humour.

Ce livre participe à l'opération 12 8 2016

Mon avis 

Une idée originale que de choisir des verbes et de les décliner pour tenter de cerner la notion de VIVRE !

C'est bien écrit, même si la réflexion n'est pas si profonde, mais plutôt des constats et du bon sens. Ca se lit tout seul et on se surprend à se dire : Et moi, quels verbes choisirais-je ? Je l'ai fait d'ailleurs...

A lire si on a envie de s'interroger un peu, au coeur de cet été ensoleillé.

Ma note 15

L'auteur  

Dans Lecture

Parfaite - Caroline Kepnes

Par Le 12/08/2016

Editions Pocket - Date de sortie : 10 mars 2016 - ISBN 9782266 254137 - 505 pages - Traduction de Camille de Peretti

4è de couv'

Je sais tout de toi.
Tu es parfaite.
Je t'aimerai
à la vie
à la mort.
Tu es à moi
pour toujours.

Mon avis

Chose extrèmement rare de ma part : j'ai abandonné le livre après une bonne cinquantaine de pages. Je n'ai pas du tout goûté le ton ni l'écriture, cette adresse du narrateur à Beck. C'était lent, autocentré et ça m'a fatiguée... Pourtant la 4è de couv' était alléchante et l'histoire bien vendue !! Vite mis en vente et on passe à autre chose.

Ma note 9

L'auteur  

 

Dans Lecture

La tente rouge d'Anita Diamant

Par Le 12/08/2016

Editions Charleston - Date de sortie : 8 janvier 2016 - ISBN 9782368 120446 - 401 pages - traduction de Lisa Rosenbaum

4è de couv'

Jacob a épousé quatre sœurs : Léa, Rachel, Bilba et Zilpa. Dina, fille de Léa, est la seule fille de la nombreuse descendance de Jacob. C'est elle qui va recevoir l'héritage spirituel de " ses " mères, qu'elle nous transmet en prenant la parole à la première personne dans cette magnifique aventure des femmes de la Bible.

Mon avis

Un bel honneur à la femme, aux femmes, dans ce roman d'inspiration biblique que l'auteur a savamment revisité pour en faire le roman de Dina, unique fils de Jacob.  C'est elle qui raconte la vie de ses parents, de sa tribu, avant de parler des péripéties de la sienne. En plus des personnages nombreux et attachants, notamment les femmes, la tente rouge joue un rôle très important. On s'y retrouve entre femmes au moment des menstrues. Il s'y échange secrets, on y accouche, on s'y répartit les tâches domestiques. 

L'auteur nous livre une histoire passionnante, surtout à partir de la deuxième partie où commence vraiment l'action, la première (que j'ai trouvée un peu longue) étant plus descriptive de la vie de la tribu. J'ai aimé voir l'évolution du personnage de Dina, souffert avec elle, trouvé l'apaisement. C'est un très beau portrait de femme.

Un souffle romanesque très fort pour ce livre que je vous recommande vivement.

Ma note 17

Citations

*Pour comprendre une femme, il faut d'abord l'interroger sur sa mère, puis écouter attentivement. Si elle vous parle de nourriture, cela indique de très bons rapports. De mélancoliques silences témoignent de problèmes non réglés. Plus une fille connaît de détails sur sa mère et les décrit ouvertement, sans geindre, plus elle est forte. (p.8)

*Les femmes voulaient aussi des filles pour en faire les gardiennes de leurs souvenirs. Une fois sevrés, les garçons n'entendaient plus les histoires de leur mère. (p.9)

L'auteur  

Dans Lecture

Quoi qu'il arrive de Laura Barnett

Par Le 09/08/2016

Editions Les Escales - Date de sortie : 14 avril 2016 - ISBN 9782365 691567 - 460 pages - Traduction de Stéphane Roques

4è de couv'

En 1958, Eva a dix-neuf ans, elle est étudiante à l'université de Cambridge et amoureuse de David, un acteur follement ambitieux. En chemin pour un cours, son vélo roule sur un clou. Un homme, Jim, assiste à la scène. Que va-t-il se passer ? Ce moment sera déterminant pour leur avenir commun. 
Un point de départ, trois versions possibles de leur histoire : le roman suit les différents chemins que les vies de Jim et d'Eva pourraient prendre après cette première rencontre. Des vies faites de passion, de trahisons, d'ambition et sous-tendues par un lien si puissant qu'il se renforce au fil du temps. Car, quoi qu'il arrive, Eva et Jim vivront une magnifique histoire d'amour. 

Mon avis 

Une expérience de lecture très particulière : à partir d'un même évènement, un vélo qui roule sur un clou, l'auteur exploite le "et si..." en nous offrant trois versions possibles d'une histoire à deux personnages Eva et Jim, en fonction des choix de vie qu'ils feraient.  La performance est qu'on a le sentiment de ne lire qu'une seule et même histoire, tant la construction narrative est aboutie. Bravo à l'auteur !!

En dehors de nos deux héros, de très nombreux personnages tout à fait attachants.

Les amateurs d'actions coups d'éclat et de rythme effréné peuvent passer leur chemin, car il n'est ici question que de la vie ordinaire, avec ses réussites et ses faux-pas, ses joies et ses tourments.

Ce n'est en aucun cas une comédie romantique (comme le suggère la 4è de couv') avec ce que cela peut supposer de mièvrerie, mais un excellent roman que je vous recommande chaudement.

coup-de-coeur-1.jpg

Citations

*L'amour se présente dans l'imperceptible glissement du familier à l'intime. (p.28)

*La meilleure mère n'était peut-être pas, contre toute attente, celle qui tentait de protéger ses enfants, mais celle qui était franche, heureuse, fidèle à sa personnalité et à ses propres désirs. (p.282)

Ma note 19

L'auteur 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #62

Par Le 08/08/2016

i

Cette semaine,  retour de notre voyage au Québec mercredi soir (bien crevés par le décalage horaire) et bonne reprise du rythme de lecture (environ 1100 pages).

*j'ai lu  (cliquer sur les images pour voir mes billets)

    

j'ai commencé

 Une comédie romantique relative aux choix de vie que l'on faits et leurs conséquences.

La semaine prochaine, j'ai prévu de

*terminer : Quoi qu'il arrive de Laura Barnett

*lire : Parfaite de Caroline Kepnes - La tente rouge d'Anita Diamant  

* commencer : L'autre rive du Bosphore de Theresa Revay

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Coups de foudre de Mélanie Rose

Par Le 08/08/2016

Editions de l'Archipel - Collection Archipoche - Date de sortie : 30 septembre 2015 - ISBN 9782352 876830 - 351 pages - Traduction de Danièle Momont

4è de couv'

Alors qu’elle promène son chien, Jessica Taylor, une jeune célibataire d’Epsom, est frappée par la foudre. Elle survit miraculeusement mais, quand elle se réveille à l’hôpital, il semble qu’elle a changé d’identité. Tout le monde en effet la prend pour une certaine Lauren Richardson, épouse de Grant et mère de quatre enfants, qui elle aussi a été touchée par la foudre. Qui est-elle vraiment ? Lauren ? Ce qui signifierait alors qu’elle a perdu la mémoire et se souvient du passé d’une autre. Ou Jessica ? Mais comment expliquer alors le fait incroyable qu’elle ait intégré le corps d’une autre ? Quoi qu’il en soit, la jeune femme n’a d’autre choix que d’endosser sa nouvelle identité et de vivre la vie de Lauren. Peu à peu, elle se glisse dans sa nouvelle peau. Son comportement surprend ses proches et, bien vite, elle découvre un secret qui menace l’équilibre familial…

Mon avis

L'histoire telle qu'annoncée est intrigante, on se jette donc dedans à corps perdu, on tourne les pages pour voir comment l'auteur va sortir l'héroïne de cette situation ubuesque. Un petit flop à la fin pour ma part.

Cela dit l'écriture de Mélanie Rose est addictive, fluide, sans fioritures et on passe un bon moment de lecture d'été.

Ma note 15

L'auteur  

 

Dans Lecture

Les maisons de Fanny Britt

Par Le 07/08/2016

Editions du Cheval d'août - Date de sortie : 16 novembre 2015 - ISBN 9782924 491119 - 222 pages 

4è de couv'

Tessa, chanteuse classique convertie en courtière immobilière, vend des maisons et ne va pas bien. Elle élève trois fils qu’elle adore avec un homme qui la chérit. Dans trois jours, elle a rendez-vous avec Francis, un ancien amour qui n’a jamais guéri.
Entre-temps, il y aura des visites de propriétés, des cabines d’essayage, des cours de natation, des ponts en bâtons de popsicle à livrer à l’expo-sciences de l’école, des étreintes dans la nuit, des deuils, des rappels de l’enfance, des fantômes, et la peur de vieillir dans l’amertume. Cesse-t-on un jour de désirer ce qu’on a désiré à vingt ans ?

Mon avis

Un moment particulier dans la vie de Tessa quand elle est chargée de la vente de la maison de l'homme qu'elle a aimé et jamais oublié, malgré la famille qu'elle a fondée avec son mari et ses trois fils.

Tessa se remémore  leur histoire, puis examine le chemin qu'elle a parcouru après qu'il l'ait quittée. Quels effets vont avoir ces retrouvailles sur leurs vies ?

Le thème annoncé des maisons est survolé et ne justifie pas le titre à mon avis. Une histoire que j'ai lu sans passion, mais sans déplaisir non plus. Roman québécois acheté à Montréal (coup de coeur de la chaîne Renaud-Bray) qui ne me laissera pas un souvenir durable, je présume.

Ma note 14.5

Dans Lecture

Une autre femme d'Anne Tyler

Par Le 07/08/2016

Editions 10/18 - Date de sortie : 7 juillet 2016 - ISBN 9782264 066367 - 525 pages - Traduction de Sabine Porte 

4è de couv'

Delia Grinstead part marcher sur la plage. Sans en avoir formulé le désir, elle est en train d'abandonner sa famille -épouse évanescente, mère inutile, soeur incompétente. Elle s'installe près de Baltimore et prétend mener une existence à elle, enfin. Ni attaches, ni tracas. Mais qu'attend-elle de cette fugue ? De cette vie ou de l'ancienne, laquelle finira-t-elle par choisir ?

Mon avis 

Qu'est-ce qui a poussé Délia à s'effacer de sa vie, de sa famille pour aller tout recommencer à zéro ailleurs ? Sans doute le sentiment d'être à la fois là pour tout le monde (mari, enfants) mais également transparente à leurs yeux. Il faudra son absence durable pour qu'ils réalisent ce qu'elle leur apportait à chacun.

Une belle réflexion sur la place que l'on occupe dans sa vie, à ses propres yeux, à ceux des autres, sur ce que l'on est capable de supporter aussi.

Un beau personnage de femme courageuse devant ses choix que cette Délia et une écriture agréable à lire me font recommander la lecture de ce roman.

Ma note 16.5

L'auteur  

Dans Lecture

Passé imparfait de Julian Fellowes

Par Le 06/08/2016

Editions 10/18 - Date de sortie : 4 juin 2015 - ISBN 978-2264065018 - 624 pages - Traduction de Jean Szlamowicz

4è de couv'

Une invitation de Damian Baxter ? Voilà qui est inattendu ! Cela fait près de quarante qu'ils sont fâchés ! Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s'est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970. Après de déconcertantes retrouvailles, la révélation tombe : riche, à l'article de la mort, Damian charge le narrateur, sur la foi d'une lettre anonyme, de retrouver parmi ses ex-conquêtes – six jeunes filles huppées qu'ils fréquentaient alors – la mère de son enfant. Un voyage vers le passé plein de fantômes et de stupéfiantes révélations... 

Mon avis

Un avis très mitigé pour ce roman.

L'histoire telle que présentée par la 4è de couverture est prometteuse, et elle tient ses promesses. Les personnages sont dignes d'intérêt et on se prend au jeu de savoir qui a fait quoi quand. Le narrateur dont on ne saura pas le nom (mais peu importe) va se mettre au service de son ami-ennemi pour trouver à qui profitera l'héritage et cette quête va lui permettre de revisiter son propre passé.

Là où le bât blesse, c'est l'écriture. On aurait facilement pu réduire le roman de moitié, tant le propos est bavard et (souvent) ennuyeux. Trop de détails tuent le détail... J'ai donc peiné pour venir à bout de ce pavé et vous laisse vous faire votre propre opinion.

Ma note 13

L'auteur 

Dans Lecture

Landfall d'Ellen Urbani

Par Le 05/08/2016

Editions Gallmeister - Date de sortie : 3 mars 2016 - ISBN 9782351 780985 - 295 pages - Traduction de Juliane Nivelt

4è de couv'

Ce matin de septembre 2005, la jeune Rose Aikens, dix-huit ans, s’apprête à rejoindre La Nouvelle-Orléans. Elle va porter secours aux sinistrés de l’ouragan Katrina. Mais sur la route, sa voiture quitte la chaussée et percute une jeune fille. Cette inconnue, morte dans l’accident, seule et sans le moindre papier d’identité, bientôt l’obsède. D’autant que dans sa poche se trouve la page d’un annuaire indiquant les coordonnées des Aikens. Rose n’a alors d’autre choix que de retracer pas à pas le parcours de la victime, à travers l’ouragan et une ville en ruine.

Mon avis 

Un roman que j'ai eu du plaisir à lire. Les personnages sont de belles figures de femmes qui luttent, pour la vie, pour la survie. 

Les chapitres alternent l'histoire de Rose et celle de Rosy, ce qui au début m'a un peu déroutée, mais plus j'avançais, plus je voulais savoir ce qui reliait les deux, alors les pages se tournaient toutes seules !

J'ai bien aimé toute la partie sur l'ouragan Katrina et ses conséquences immédiates dans la vie des habitants de la Nouvelle-Orléans. L'auteur expose sans pathos ni jugement la situation, résultat de son gros travail de recherches et les recoupements qu'elle a faits.

Une lecture que je recommande.

Ma note 16

L'auteur 

Dans Lecture

Léon et Louise d'Alex Capus

Par Le 04/08/2016

Editons Actes Sud - Collection Babel - Date de sortie : 5 mars 2014 - ISBN 978-2330028565 - 320 pages - Traduction d'Emmanuel Güntzburger

4è de couv'

Le jour des obsèques du grand-père, la famille est en train d'attendre le prêtre dans la cathédrale Notre-Dame de Paris lorsqu'une petite dame énergique s'approche du cercueil, pose un baiser d'adieu sur le front du défunt et, souriant malicieusement en direction de l'assistance, actionne une vieille sonnette de vélo. Dans les premières rangées, on chuchote. S'agit-il de la fameuse Louise, le grand amour du grand-père Léon ? Ils n'avaient pas vingt ans lors de leur rencontre dans un petit village français vers la fin de la Première Guerre mondiale. Bientôt séparés par les hasards de l'Histoire et les vents contraires du destin, les deux jeunes gens ne s'oublieront jamais, quelle que soit l'époque traversée, la Première Guerre en Normandie, l'Occupation à Paris... 

Mon avis

A l'occasion des obsèques du vieil homme, l'auteur retrace pour nous la vie intime de son grand-père Léon. Suivre comment les gens s'arrangent avec le destin, comment s'opèrent les choix de vie, pour moi qui adore les histoires de famille, c'était tout bon !

J'ai beaucoup aimé tant les personnages que l'époque. Tout sonne juste ! L'écriture est fluide et très agréable. 

Un bon roman que je recommande.

Ma note 16

L'auteur  

Dans Lecture

Mes achats de Juillet 2016

Par Le 02/08/2016

 

Ce mois-ci, j'ai été  ASSEZ RAISONNABLE. Ce sont donc 20  livres qui sont entrés dans ma PAL, dont 3 déjà lus et 1 en cours.

    

    

    

    

    

    

 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #61

Par Le 18/07/2016

Cette semaine a été une très bonne semaine de lecture  (environ ... pages).

*j'ai terminé

 (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

   

* j'ai commencé

  Destins croisés de deux jeunes filles, une blanche et une noire, après le passage de l'ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans.

Dans les 3 semaines à venir, j'ai prévu de

*terminer : Landfall d'Ellen Urbani

*lire : Passé imparfait de Julian Fellowes - La tente rouge d'Anita Diamant - L'autre rive du Bosphore de Theresa Revay - Leon et Louise d'Alex Capus, L'autre femme d'Ann Tyler, 22/11/1963 de Stephen King. 

C'est tout ce que je peux apporter dans mes bagages car nous prenons l'avion. Si ça ne suffit pas, je lirai sur ma tablette où j'ai téléchargé des intégrales Bragelonne.

 

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

Confess de Colleen Hoover

Par Le 17/07/2016

Editions Hugo et compagnie - Date de sortie : 7 avril 2016 - ISBN 9782755 623192 - 344 pages - Traduction de Pauline Vidal

4è de couv'

Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir et ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à cacher à tout prix.

Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser sa garde, pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne pensait. Elle n'a qu'une solution : s'éloigner d'Owen au plus vite. Mais la dernière chose que souhaite Owen, c'est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeurs que la vérité...

Mon avis

Un scenario assez prévisible,  porté par des personnages bien campés, attachants pour certains. L'auteur sait jouer sur les émotions du lecteur. 

Quelques idées originales (les toiles "d'Owen" qui sont les créations d'un artiste bien réel : Danny O'Connor, les confessions déposées dans la boîte aux lettres...), et une histoire rythmée font que l'on tourne les pages sans déplaisir.

Quant à la question de la vérité, elle est trop vaste pour trouver une réponse dans une romance où elle n'envisage qu'un aspect des choses. Pas de réflexion très poussée mais néanmoins un roman qui fait passer un bon moment de lecture.

Ma note 14,5

  L'auteur

Dans Lecture

Les sept soeurs - T1 : Maïa de Lucinda Riley

Par Le 16/07/2016

Editions Points - Date de sortie : 6 mai 2016 - ISBN 9782757 855171- 614 pages - traduction de Fabienne Duvigneau

4è de couv'

Elles sont sept. Sept soeurs nommées d'après la constellation des Pléïades, adoptées par un milliardaire aux quatre coins du monde. A la mort de ce père énigmatique, chacune reçoit un indice pour percer le secret de ses origines. 

Maïa l'ainée, la beauté raisonnable, a peur de la vérité. Ses découvertes la conduisent par-delà les mers, sur les collines de Rio de Janeiro où se sont brisés bien des destins.

Mon avis

A la suite de Maïa qui souhaite découvrir ses origines, ainsi que le feront ses soeurs dans les autres tomes, nous nous embarquons pour Rio de Janeiro. Très vite, l'auteur nous renvoie dans les années 20-30 au Brésil et à Paris. Pour suivre l'histoire d'Izabella, l'arrière-grand-mère de Maïa. S'installe alors une écriture croisée entre passé et présent

J'ai beaucoup aimé le temps passé aux côtés de Bel et Laurent, à une époque fourmillante de créativité et où la condition féminine tentait de sortir de sa gangue de soumission aux hommes. On suit la création du Christ du Corcovado, réalisé par un français -cocorico :-) J'ai aimé aussi l'évolution du personnage de Maïa vers plus d'ouverture aux autres, plus de confiance en elle-même et que Floriano soit écrivain !!

Quelques bémols : * avec l'argent qui coule à flot tout est évidemment simple pour les soeurs - * avoir à attendre des années pour terminer la série qui est en cours d'écriture : 2è tome sorti (La soeur des tempêtes que j'ai dans ma PAL), 3è tome qui sort en Angleterre en novembre 2016 et repérages juste terminés pour le tome 4, ainsi que l'indique l'auteur sur son site ... De plus, la saga va être adaptée en série télévisée, ce qui risque de retarder l'écriture des prochains volumes :-(

Une plume très facile à lire, addictive, le dépaysement qui donne envie de prendre sa valise et de partir tout de suite... et le fait qu'on s'instruise sur de nouveaux sujets, font de ce roman, que je vous recommande, un très bon moment de lecture.

Ma note 17

  L'auteur

Dans Lecture

Les fondamentaux de l'aide à la personne revus et corrigés de Jonathan Evison

Par Le 14/07/2016

Editions Monsieur Toussaint Louverture - Date de sortie : 31 mars 2016 - ISBN 9791090 724235 - 351 pages - Traduction de Marie-OdileFortier-Masek

Résumé

Benjamin Benjamin traîne quelques casseroles : un nom à coucher dehors, un passé douloureux et les papiers de son divorce qu'il n'a pas encore signés. Sa méthode pour faire face ? La fuite, évidemment. Cependant, obligé de se trouver un emploi, il suit une rapide formation d'aide à la personne et se retrouve chargé de Trev, un ado malade à l'imagination débridée. Heureusement que ces deux amochés de la vie partagent une passion pour les formes généreuses des Miss Météo, les attractions touristiques saugrenues et un furieux besoin de tout envoyer valser. Sans condescendance ni apitoiement, Jonathan Evison a façonné un récit doux-amer, fait de héros touchants, qui nous montre qu'il y a toujours de l'espoir, qu'il faut accepter les moments les plus terribles pour profiter des plus lumineux.

Mon avis 

Plusieurs choses m'ont amenée à acheter ce roman : le titre assez peu habituel pour un roman, la couverture magnifiquement travaillée, le résumé alléchant et la maison d'édition qui jusqu'à présent ne m'a pas déçue... Toutes les conditions étaient réunies pour que je passe un bon moment, ce qui fut le cas ! Et même au-delà, carrément un coup de coeur...

Les personnages sont éminemment sympathiques, touchants, authentiques. Ce Ben est vraiment un type bien, même si au départ il est présenté comme un loser patenté. Trevor et lui ramassent tous les "cabossés" sur leur chemin. Il y a une infinie pudeur dans la manière dont l'auteur traite tout ce petit monde, voire même de l'élégance.  Rien n'est jamais trop ou trop peu : pas de pathos, pas de grands sentiments, juste la bonne mesure.  Une vraie réussite.

Je vous recommande vivement cette lecture.

Ma note  18

coup-de-coeur-1.jpg

Bonus

Un article très intéressant sur la maison d'édition Monsieur Toussaint Louverture et une vidéo de Dominique Bordes, son fondateur.

  L'auteur
 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #60

Par Le 11/07/2016

Cette semaine a  été une semaine de lecture assez moyenne (environ 750 pages).

*j'ai terminé

 (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

   

 

* j'ai commencé

   Un roman sur l'aide aux autres et ce que cela peut coûter, thème traité sur le ton humoristique.

 

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Les fondamentaux de l'aide à la personne revus et corrigés de Jonathan Evison

*lire : Les sept soeurs - T1 Maïa de Lucinda Riley - Les roses noires de Jane Thynne

*commencer : Landfall de Ellen Urbani

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

La mémoire d'une autre de Mélanie Rose

Par Le 09/07/2016

Editions Archipoche - Date de sortie : 6 novembre 2013 - ISBN 9782352 875529 - 418 pages - traduction de Séverine Quelet

4è de couv'

En pleine tempête de neige, une jeune femme est victime d'un accident de voiture. À son réveil chez l'homme qui l'a secourue, elle est incapable de se rappeler qui elle est ni d'où elle vient...
 Pour tenter de recouvrer la mémoire, elle se soumet à des séances d'hypnose. Lui reviennent alors des souvenirs qui ne sont pas les siens, mais ceux d'une femme ayant vécu au XIXe siècle...
Une héroïne attachante, une maison qui renferme des secrets et un zeste de surnaturel apportent à cette histoire d'amour une dimension hors du commun.

Mon avis 

L'auteur a une plume très agréable à lire et évoque de nombreux thèmes : amnésie, secrets de familles, âmes soeurs, réincarnation, deuil, culpabilité... au service d'une histoire qui parle de famille au sens large. Au cours des séances d'hypnose, l'héroïne est renvoyée au début du XXè siècle, ce qui fait douter de ce qu'elle revit alors, mais aussi de tous ceux qui l'entourent. Cherchent-ils réellement à l'aider à retrouver la mémoire ou bien l'embrouillent-ils ? Pour cacher quoi ? Et puis, il y a des histoires d'amour, de l'émotion... 

Une très bonne lecture avec des personnages attachants et une histoire habilement tissée pour nous faire tourner les pages sans relâche. Lisez ce roman, c'est un bon moment assuré, en bonne compagnie !!

Ma note 16.5

   L'auteur qui a aussi écrit Coups de foudre

Dans Lecture

La disparue de Catherine Neykov

Par Le 07/07/2016

Editions Michalon - Date de sortie : 7 avril 2016 - ISBN 9782841 868254 - 221 pages 

4è de couv'

Par une association d'idées fortuite, Catherine Neykov brise un secret de famille et retrouve le souvenir de Juliette, sa tante et marraine, qu'elle visitait enfant à l'hôpital psychiatrique de Maison-Blanche. Née dans l'Indochine coloniale, cette jeune femme gracieuse mais réservée s'y fiança à un homme que ses parents l'empêchèrent d'épouser. 

Une recherche à travers l'univers parfois kafkaïen des archives va révéler le parcours singulier de cette amie de jeunesse de Marguerite Duras, qui inspira vraisemblablement le personnage d'Hélène Lagonelle dans L'Amant. Conseillère d'orientation dans les années 1950, elle milite pour l'accès des filles aux études secondaires quand, victime de harcèlement moral, elle est internée à l'initiative de sa hiérarchie. 

Juliette Ropion était-elle vraiment schizophrène ? L'examen du dossier médical, analysé avec l'aide d'un psychiatre historien, montre que non et constitue un témoignage accablant sur la pratique asilaire de l'époque. 

Une enquête historique et littéraire sur les traces d'une héroïne oubliée.

Mon avis 

Une lecture bizarre entre récit et enquête, au style "chirurgical", dans lequel je n'ai guère perçu d'émotions, y compris quand il est question de l'univers quasi concentrationnaire des asiles au XXè siècle.

On suit l'auteur dans sa quête pour reconstituer l'histoire de Marraine, sa tante, internée pour schizophrénie à une époque de sa vie, mais dont elle peine à retracer le parcours de vie, la porte des archives, qu'elles soient médicales ou administratives, ayant bien du mal à s'ouvrir. Seule quasi certitude elle a été l'amie de Marguerite Duras à Saïgon dans leur jeunesse et pourrait avoir inspiré le personnage d'Hélène Lagonelle dans L'Amant.

Alors certes, la constante évocation de l'écrivain Duras n'est pas pour déplaire, mais cela ne suffit pas pour que cette lecture ait été pour moi un bon moment.

Ma note 14

 L'auteur 

Dans Lecture

Eros Automaton de Clémence Godefroy

Par Le 05/07/2016

Editions du Chat Noir - Date de sortie : 4 avril 2016 - ISBN 9782375 680018 - 282 pages

4è de couv'

Quand le Palais des Expositions de Parisore accueille le Salon Galien d’Automatie, c’est toute la capitale qui vit à l’heure des automates, quitte à chambouler quelques destins au passage. Un attentat en plein concours de modélisation met l’inspecteur Balthazar Bouquet sur la piste d’une mystérieuse organisation pro-humaine alors même que sa sœur Adélaïde devient une célébrité dans le monde de l’automatie. Quant à Agathe Lepique, couturière timide et amie de toujours des Bouquet, elle voit sa vie transformée lorsqu’elle est embauchée dans l'atelier d'Edgar Weyland, un ingénieur de génie aussi énigmatique que séduisant. Son projet: créer la femme parfaite pour jouer le premier rôle dans un opéra romantique... Des salles de bal étincelantes aux bas-fonds de la ville, Balthazar et Agathe vont découvrir à leurs dépens que l’amour, la vengeance et la haine ne sont pas réservés qu’aux êtres de chair et de sang.

Mon avis 

Voilà un court roman que j'ai bien apprécié ! Nous avons là du steampunk malin dont l'époque serait une Belle Epoque sans le dire, dans un Paris nommé Parisore, où lors du Salon de l'Automatie nous découvrons ces êtres de ferraille, boulons et articulations nommés automates, certains plus vrais que vrais, gominés au regard perçant et à l'allure très humaine.

Au cours de l'enquête pour trouver les auteurs de l'attentat, nous suivons des personnages humains très attachants, dont la jeune Agathe, couturière, sage et rangée, peu intéressée a priori par la passion de son amie Adélaïde, fougueuse créatrice d'automates. L'occasion pour l'auteur d'évoquer la condition féminine au début du XXè.

L'auteur fait preuve d'une belle inventivité au niveau du vocabulaire notamment (lieux, machines...) , et nous amène à nous interroger sur les relations qui peuvent se nouer entre la machine et son créateur. A l'heure où l'Intelligence Artificielle progresse à grands pas, il est raisonnable d'y réfléchir. Jusqu'où peut-on laisser la machine devenir aussi réelle, aussi vraie ?

Un sujet qui aurait mérité d'être développé davantage, mais qui nous offre un très bon moment de lecture et que je vous recommande.

Ma note 16.5

Citation

*-Qui sommes-nous pour créer d'autres êtres humains ?

-Le désir de savoir, Mademoiselle Lepique.

-Mais... vous êtes bien d'accord que c'est immoral ?

-Quand il s'agit de progrès scientifique, l'esprit humain ne s'arrête jamais devant ce genre de considération.

 L'auteur

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #59

Par Le 04/07/2016

 

Cette semaine a plutôt été une bonne semaine de lecture (environ 1500 pages), j'ai aussi fait plusieurs déplacements à La Rochelle et j'ai aussi un peu écrit (repris mon manuscrit au niveau de l'enquête policière).

*j'ai terminé

 (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

   

 En numérique dans le cadre de la GrosseOP de Bragelonne, Milady, Castlemore

* j'ai commencé

  Une enquête historique et littéraire sur les traces d'une héroïne oubliée, portée par une écriture exigeante, élégante et poétique.

 

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : La disparue de Catherine Neykov

*lireLa mémoire d'une autre de Mélanie Rose

*commencer : Les roses noires de Jane Thynne

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

La maison du cap de Françoise Bourdon

Par Le 02/07/2016

Editions Presses de la Cité - Collection Terres de France - Date de sortie : 4 mai 2016 - ISBN 9782258 117679 - 490 pages

4è de couv'

1849. Léonie, fille de modestes résiniers, grandit blessée par le désamour de sa mère, qui, un jour, lui assène : « Tu n'es pas faite pour le bonheur, tout comme ta dernière fille. ». Elle deviendra ramasseuse de sangsues. Sa benjamine, Margot, refuse cette existence de labeur et de honte : à elle la Ville d'Hiver, à elle le choix d'une autre vie. Par amour, un homme bâtira pour elle la Maison du Cap...
Se poursuit au fil des décennies et des tumultes de l'histoire une grande saga d'héroïnes : Charlotte la photographe, Dorothée l'aviatrice, Violette la résistante. De génération en génération, elles perpétuent une lignée de femmes fortes et ardentes...
La Maison du Cap demeurera un refuge pour Margot et ses héritières, et le bonheur, une quête ardue, dans une société toujours corsetée.

Mon avis 

Cette saga est composée de 5 parties représentant les 5 générations de femmes à partir de Léonie, la résinière. C'est un tour de force de la part de l'auteur de couvrir une centaine d'années en moins de 400 pages, où l'essentiel est dit, notamment sur la période historique. 

J'aurais aimé que certains personnages secondaires soient un peu plus développés car je me suis attachée à tous comme à une famille de papier. Mais le choix a été fait par l'auteur de focaliser sur les femmes fortes et passionnées, qui dès Margot ont investi La Maison du Cap, celle-ci devenant le fil rouge du roman. On y vit, on vient y soigner ses blesseurs du coeur et de l'âme, on y est viscéralement attaché, exception faite de Dorotée l'aviatrice.

On découvre au fil des pages le monde ostréicole du Bassin d'Arcachon et la ville fréquentée par les curistes, venus chercher une amélioration à leurs problèmes respiratoires et par les artistes séduits par l'atmosphère paisible du lieu. Nos fières héroïnes y feront de belles rencontres.

La plume de l'auteur est fluide, sensible et agréable à suivre, ce qui me donne envie d'explorer la conséquente bibliographie de l'auteur. Voilà donc une lecture que je vous recommande si vous aimez les histoires de famille.

Ma note 16.5

Dans Lecture

Mes achats de Juin 2016

Par Le 01/07/2016

Ce mois-ci, j'ai été "sage" mais c'est mon mois anniversaire. Ce sont donc 26 livres qui sont entrés dans ma PAL, dont 6 déjà lus et en cours.

    

    

    

    

    

    

    

    

  

 

 

Dans Lecture

Le coma des mortels de Maxime Chattam

Par Le 29/06/2016

Editions Albin Michel - Date de sortie : 1er juin 2016 - ISBN 9782226 320780 - 389 pages

4è de couv'

Qui est Pierre ? Et d’ailleurs, se nomme-t-il vraiment Pierre ?
Un rêveur ? Un affabulateur ? Un assassin ?
Une chose est certaine, on meurt beaucoup autour de lui.
Et rarement de mort naturelle.

Rebondissements incessants, métamorphoses, humour grinçant… un livre aussi fascinant que dérangeant, en quête d’une vérité des personnages qui se dérobe sans cesse.
Un roman noir virtuose dont l’univers singulier n’est pas sans évoquer celui d’un cinéma où David Lynch filmerait Amélie Poulain.

Mon avis

Oups ! I'm so desappointed...

Déçue non parce que Maxime Chattam a écrit quelque chose d'un genre différent de ce qu'il écrit habituellement (je trouve que c'est plutôt courageux de se mettre en danger), mais parce que le genre scato-sexo n'est pas ma tasse de thé. L'idée de commencer l'histoire par la fin, de numéroter les chapitres du plus grand au plus petit, de remonter ainsi le cours de la vie de Pierre pour comprendre, ça c'était malin et inventif.

Que Pierre ait eu envie de fuir la monotonie, de retrouver un sens à sa vie et de se préoccuper des autres n'a pas suffi à me convaincre. Et j'ai eu beau prendre un peu de distance pour lire le roman au second degré et tenter de me détacher de l'image de l'auteur bien propre sur lui, ça ne m'a pas convaincue pour autant et je n'ai pas apprécié le vocabulaire utilisé. Je n'ai pas eu d'empathie particulière pour les personnages, et me suis dépêchée d'arriver à la fin pour pouvoir passer à autre chose... 

Bref, voici mon ressenti sur cette "fable humoristique et cynique" ainsi que la présente l'auteur sur FB. A vous de vous faire votre opinion ! 

Ma note 14

Dans Lecture

Apprendre à dessiner à la japonaise de Kamo

Par Le 28/06/2016

Editions Dessain et Tolra - Date de sortie : 13 avril 2016 - ISBN 9782295 006332 - 127 pages - Traduction de Marcia Nishio

4è de couv'

Dix leçons simples et amusantes pour acquérir les bases du dessin à la japonaise et maîtriser tracés et couleurs. Une multitude de modèles classés par thèmes pour réaliser en quelques traits de stylo bille des personnages, des animaux, des plantes, mais aussi des vêtements ou des gourmandises. 

Des idées de customisation de cahiers, marque-pages, étiquettes, menus... pour voir la vie en plus joli !

Mon avis

Alors là, je suis bluffée !! En tout juste une petite demi-heure, j'ai maîtrisé quelques modèles tout mignons d'un trait de stylo assuré ce qui va me permettre d'être moins ridicule quand il s'agit de s'exprimer en dessinant plutôt qu'en écrivant, dans certains jeux de société par exemple, mais aussi pour noter rapidement des idées, ou croquer des petites scènes dans la rue ou en voyage.

Il s'agit bien, on est d'accord, de s'exprimer à l'aide de petits dessins faciles, pas de se présenter aux Beaux-Arts !! Pour m'entraîner, je vais les utiliser pour mon bullet-journal (*) dans un premier temps. Et promis, quand je suis un peu plus au point, je reviens vous montrer mes "oeuvres".

Ma note 16.5

(*) un bullet journal (ou Bujo) est un système tout-en-un avec l'agenda, le carnet de notes et les listes que l'on fait pour tout et rien : à faire, à lire, à visionner, à acheter, à fêter... avec au tout début un index qui permet de s'y retrouver facilement et la liste des symboles utlisés pour repérer les tâches . 

Alice du blog Le souci du détail et Elisabeth du blog Elly Beth en parlent beaucoup mieux que moi !!

  

   

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #58

Par Le 27/06/2016

Cette semaine n'a pas été une grande semaine de lecture (environ 900 pages), j'ai fait plusieurs déplacements et j'ai aussi pas mal écrit.

*j'ai terminé

 (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

  d'après un modèle trouvé sur Pinterest et les explications techniques de ce livre, j'ai créé un projet de panneau mural.

    

* j'ai commencé

 Un roman noir virtuose dont l'univers singulier n'est pas sans évoquer celui d'un cinéma où David Lynch filmerait Amélie Poulain.

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Le coma des mortels de Maxime Chattam

*lire : Eros Automaton de Clémence Godefroy

*commencer : La mémoire d'une autre de Mélanie Rose

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

Pour l'amour d'une île d'Armelle Guilcher

Par Le 24/06/2016

Editions Pocket - Date de sortie : 21 janvier 2016 - ISBN 9782266 265690 - 395 pages 

4è de couv'

À la fin de ses études de médecine, Marine décide de retourner vivre sur la petite île bretonne où elle a grandi jusqu'à la mort de ses parents. Mais dans le froid venteux de novembre, l'installation se révèle difficile : les habitants désertent son cabinet et affichent ouvertement leur hostilité. Marine comprend que le secret de cette haine est caché dans le passé de sa famille.

Mon avis

Pour l'amour d'une île est le premier roman de cette auteur et ça se ressent à un certain nombre de maladresses : quelques lourdeurs, longueurs, mots inappropriés ("J'étais sincèrement édifiée par JC qui nous avait démontré son amour pour sa région" !!) ou envolées lyriques aux accents moralisateurs ("Etait-il illusoire de rêver d'un coin de terre que l'homme n'aurait pas pollué, l'homme, espèce gangrenée, acharnée à détruire toute forme de pureté").

L'histoire est racontée en plusieurs temps : un narrateur omniscient fait la présentation qui se situe en 1971, puis un long flash-back nous ramène dans les années 60 écrit au JE par l'héroïne, Marine Le Guellec, avant de revenir à 1971 et un épilogue en 1988. En plusieurs lieux aussi : l'île (qui n'est pas nommée) où Marine s'installe comme médecin, et une petite ville du continent dans laquelle elle a été élevée avec son frère par son grand-père. 

J'ai trouvé le traitement des personnages pas approfondi et assez manichéen : de petite fille aimante, Marine devient ado puis femme distante après une révélation sur le passé familial, Jean de détestable devient admirable après une autre révélation, comme si l'humain n'était pas beaucoup plus complexe que cela. Du coup, on ne s'y attache pas vraiment. 

On ressent bien l'amour de l'auteur pour sa région, ce qui donne d'assez belles descriptions de l'océan, des côtes, de l'île, et des expressions en breton pour faire couleur locale. L'épisode historique auquel l'auteur fait référence, à savoir l'épuration à la fin de la Seconde Guerre Mondiale dans ce coin de Bretagne m'a intéressée et donné envie d'en savoir un peu plus. Ce qui est bien rendu également c'est l'ambiance dans l'île, la vie dans une communauté réduite, les commérages, les fêtes, la vie difficile rythmée par les caprices de la mer, aussi et surtout l'isolement.

En bref, ça se lit relativement vite et sans déplaisir.

Ma note 14.5

Citation

*Je crois que quelque part nous attend un lieu, même petit, même lointain, en adéquation avec cette combinaison de molécules et de conscience dont nous sommes faits et qui justifie, si on a le bonheur d'y parvenir, que l'on constate comme une évidence "c'est ici que doit s'accomplir mon destin". (p. 76)

*Etait-ce cela aimer, ce ressenti anormal, indécent, cette impression que votre corps est éparpillé aux quatre coins de la pièce et que seule la présence de l'être cher pourra vous permettre de vous recomposer, de faire en sorte que vous deveniez un tout, une entité à nouveau capable de fonctionner comme lors de votre création, de manière coordonnée, pertinente et raisonnée ? (p. 309)

Dans Lecture

Au paradis des manuscrits refusés d'Irving Finkel

Par Le 23/06/2016

Editions JC Lattès - Date de sortie : 9 mars 2016 - ISBN 9782709 656221 - 318 pages - Traduction d'Olivier Lebleu

4è de couv'

La Bibliothèque des Refusés est un établissement des plus singuliers : elle recueille – plus encore, elle sauvegarde – tout texte ayant essuyé refus sur refus de la part des éditeurs. Littérature, poésie, mémoires, récits épistolaires… tous les écrits trouvent leur place sur les étagères de la Bibliothèque des Refusés. L’arrivée impromptue d’une insupportable bibliothécaire américaine, l’imposture d’une actrice se faisant passer pour une étudiante dans l’idée de voler des idées pour son prochain film, la menace de cambrioleurs convaincus de trouver là le gros lot, sans compter l’irruption de nombreux aspirants écrivains… autant de mésaventures qui viennent perturber l’ordre tranquille de la Bibliothèque. 
Entre personnages hauts en couleur et situations cocasses, le tout dans un irrésistible humour british, La Bibliothèque des Refusés est également une merveilleuse déclaration d’amour aux livres et aux manuscrits en tout genre.

Mon avis 

Aucune des promesses de la 4è de couv' n'est tenue : pas de personnages hauts en couleur, de situations cocasses et/ou d'irrésistible humour british.

Je ne saurais mieux dire que Mezou qui lit. J'ai d'ailleurs fini par abandonner vers 150 pages, pas le courage d'aller au bout quand je vois la pile qui m'attend !!

Ma note 10 (essentiellement pour la plume qui n'est pas si moche que ça !)

Dans Bricolage

Passion macramé de Kat Hartmann

Par Le 22/06/2016

Editions Le Temps Apprivoisé - Date de sortie : 1er octobre 2015 - ISBN 978-2299002866 - 128 pages

Mon avis

La mode, dans son éternel recommencement, revient au macramé des années 70. L'envie de me faire un panneau mural original m'a guidée vers ce livre que j'ai trouvé somme toute assez décevant, vu le petit nombre d'ouvrages expliqués. Les plus intéressants sont juste photographiés mais pas détaillés.
Par contre, les explications des différents noeuds sont claires.

Ma note 12

Dans Lecture

Un dernier tour de valse d'Inès de Kertanguy

Par Le 21/06/2016

Editions Tallandier - Date de sortie : 18 mars 2016 - ISBN 9791021 017863 - 411 pages 

4è de couv'

Madrid, 1833. Sophianne, 10 ans, fait la connaissance d’Eugénie de Montijo, 7 ans, future impératrice des Français. Cette rencontre scelle son destin. Devenue son amie intime, Sophianne accompagne Eugénie dans son ascension, son mariage avec Napoléon III et la naissance du prince impérial. À 16 ans, sur un air de valse, Sophianne tombe éperdument amoureuse d’Octave de Lencelle, aristocrate et bonapartiste convaincu. Le couple est de tous les bals donnés par l’empereur et l’impératrice. Inséparable de la princesse Mathilde, cousine de Napoléon III et rivale d’Eugénie, avec qui elle partage l’amour de la peinture, Sophianne passe d’une cour à l’autre : celle des Tuileries où réside le couple impérial et celle de la rue de Courcelles où règne Mathilde qui reçoit le Tout-Paris des arts et des lettres.

Mon avis 

Dans ce nouveau roman, qui est son 7è, l'auteur nous invite à suivre l'histoire de Sophianne de Lencelle, amie intime et indéfectible d'Eugénie de Montijo, Impératrice des Français et épouse de Napoléon III, de leur enfance à la mort de cette dernière. Une très belle histoire d'amitié

La narratrice, Sophianne, écrit cette histoire à l'intention de sa petite-fille Valentine qui n'a connu aucun de ses parents. La plume est vive et fluide, les personnages réels ou de fiction bien campés, l'époque bien restituée. Les intrigues, politiques et amoureuses, se suivent et font tourner les têtes.

J'ai regretté les quelques passages (heureusement peu nombreux) où l'auteur raconte l'Histoire, sortant ainsi du pacte romanesque "Show, don't tell !" et le trop peu de descriptions des fastes, toilettes et bijoux de la somptueuse Eugénie et de son entourage, le récit ayant pris le pas sur le decorum. Peut-être est-ce pour ce bémol que le roman restera pour moi, non un coup de coeur, mais seulement une très bonne lecture.

Ma note 16

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #57

Par Le 20/06/2016

En ce moment, je suis dans ma période Séries TV. J'ai enchaîné les saisons 2 à 5 d'Engrenages ce qui explique que cette semaine j'ai assez peu lu (environ 1100 pages).

*j'ai terminé

 (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

  

* j'ai commencé

 C'est l'histoire de l'indéfectible amitié entre Sophianne de Lencelle et Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III. J'en suis à la page 265.

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Un dernier tour de valse d'Inès de Kertanguy

*lire : Au paradis des manuscrits refusés d'Irving Finkel

*commencer : La mémoire d'une autre de Mélanie Rose

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

Robe de marié de Pierre Lemaître

Par Le 16/06/2016

Edition Le Livre de Poche - Date de sortie : 20 janvier 2010 - ISBN 9782253 120605 - 314 pages

4è de couv'

Nul n'est à l'abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s'accumulent puis tout s'accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n'a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape... Les ombres de Hitchcock et de Brian de Palma planent sur ce thriller diabolique.

Mon avis

J'avoue ne pas encore avoir lu Au revoir là-haut qui a valu à l'auteur le prix Goncourt 2013 et dont tout le monde a parlé, parle et parlera ; shame on me !!  Par contre j'ai lu Trois jours et une vie dont j'ai aimé la plume. Alors j'ai sorti celui-ci de ma PAL pour voir si le plaisir de lire cet auteur se confirme.

Eh bien, c'est oui !! Une maîtrise parfaite de cette intrigue diabolique, une tension qui monte de page en page, et un dénouement que je n'ai entrevu qu'à quelques dizaines de pages de la fin, font de ce roman un très bon moment de lecture

Dans la première partie, sans toutefois s'attacher au personnage, on plaint Sophie pour ce qui lui arrive, mais la deuxième partie est une claque. Les deux dernières nous mènent vers la conclusion, avec des poussées d'adrénaline, nous incitant presque à regarder derrière nous pour vérifier que l'on n'est pas suivi... Par contre, je n'ai pas ressenti d'émotion autre que de la peur devant l'implacable froideur avec laquelle s'enchaînent les évènements, pas d'empathie envers les personnages. 

C'est très réussi !! et je vous recommande vivement cet auteur très sympathique, vu à la Grande Librairie il y a quelques mois pour la promotion de son dernier roman. Pour ma part, il me reste Axel et Cadres noirs dans ma PAL.

Ma note 17

Dans Lecture

L'improbabilité de l'amour d'Hannah Rothschild

Par Le 14/06/2016

Editions Belfond - Date de sortie : 7 avril 2016 - ISBN 9782714 469014 - 701 pages  - Traduction de Valérie Bourgeois

4è de couv'

Ce jour-là à Londres, les flashes crépitent devant la maison de vente aux enchères Monachorum & Sons. Des collectionneurs de tous bords aux puissants marchands d'art, des oligarques russes aux magnats du pétrole, du rappeur esthète à la star du sport, tous défilent pour une des plus grosses ventes de l'histoire ; celle de L'improbabilité de l'amour, un tableau d'Antoine Watteau, disparu au milieu du XXè et miraculeusement retrouvé.

Celle qui, par un incroyable hasard, a remis la main sur le trésor dans une petite brocante poussiéreuse se nomme Annie McDee. Fascinée par la poésie et le raffinement du tableau, cette jeune chef cuisinière au coeur tendre va entreprendre d'en percer les secrets. Un périple à travers l'Histoire qui verra l'inestimable toile voyager de l'atelier parisien d'un peintre du XVIIIè à cette petite échoppe londonienne d'aujourd'hui, en passant par les salons cossus de la grande aristocratie européenne.

Mon avis

Pas de suspense, j'ai beaucoup aimé ce roman. Intelligent, documenté, peut-être un poil trop long à mon goût (ça s'essouffle un peu vers les p.250 et 430), mais tellement riche en informations et en intrigues de toutes sortes. 

Plus j'avançais dans l'histoire, plus je pensais aux poupées russes, tant il y avait de fils narratifs qui tous finissaient par se rejoindre, le coeur du roman étant ce petit tableau trouvé par Annie dans une brocante et autour duquel tournent, depuis sa création en 1703, collectionneurs envieux, marchands d'art, musées... En cela, la construction du roman est très réussie, foisonnante de destins entrecroisés.

Les personnages sont très réussis, pas des super-héros, mais un panel de gens avec leurs failles et leurs faiblesses : les jouisseurs, les esthètes et ceux aussi qui se contentent d'une vie sans relief. Beaucoup s'interrogent à un moment ou à un autre sur ce qui les fait avancer.

Le tableau est lui-même un personnage qui s'adresse au lecteur, lui confie son histoire, ses émotions, ses peurs, ses réflexions sur l'art et la beauté. "La beauté a toujours nourri la brutalité et le désir de posséder, et le pillage est un des visages immuables de la guerre. (...) Je ne cherche pas à vous faire un cours d'histoire, cher lecteur, mais juste à vous éclairer sur le pouvoir de l'art et sur toutes les extrémités, bonnes ou mauvaises, auxquelles il peut pousser." (p.473)

Je vous recommande donc chaudement cette lecture enrichissante et assez atypique quant au sujet

Ma note 17

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #56

Par Le 13/06/2016

Cette semaine j'ai assez peu lu,  environ 800 pages. Il faut dire que le livre en cours est une brique de 700 pages, très richement documenté qui ne se lit pas comme un roman Harlequin. J'en suis à la page 550. 

*j'ai terminé

(cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai commencé

 Un trésor découvert par hasard dans une brocante par une jeune chef cuisinière.  Un périple à travers l'Histoire qui verra l'inestimable toile voyager de l'atelier parisien d'un peintre du XVIIIè à cette échoppe londonienne, en passant par les salons cossus de la grande aristocratie européenne. Une enquête passionnante sur l'histoire tour à tour merveilleuse et dramatique d'un chef d'oeuvre perdu. Mais également une  critique espiègle du monde de l'art d'aujourd'hui, une réflexion subtile sur tout ce qui fait la valeur d'une oeuvre.

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : L'improbabilité de l'amour d'Hannah Rothschild

*lire : Robe de Marié de Pierre Lemaitre - Au paradis des manuscrits refusés d'Irving Finkel

*commencer : Un dernier tour de valse d'Inès de Kertanguy 

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men

Par Le 08/06/2016

Editions Albin Michel - Date de sortie : 4 mai 2016 - ISBN 9782226 320995 - 259 pages

4è de couv'

Les tribulations d’une étudiante en médecine affectée à Brest du jour au lendemain. Le bout du monde à ses yeux…

Pour Marie-Lou, c’est une nouvelle vie qui commence, loin des siens, de ses montagnes… L’insouciance et la légèreté de ses vingt-cinq ans se mêleront à la dure réalité de l’hôpital, des gardes aux urgences, du contact avec la maladie. Au beau milieu de la nuit, cette savoyarde en ciré jaune croisera Matthieu, surfeur et accessoirement interne d’ORL. Ce loup solitaire, mystérieux et poétique, arrivera t-il a lui faire une place dans sa vie ? 

Rencontres, passions, non-dits, doutes... l'histoire d'un envol, l'histoire d'une vie.

Mon avis

Voilà un feel-good book pour l'été, une petite romance sans grande surprise, mais plaisante à lire, grâce à une plume fluide et un rythme donné par les dialogues. Par contre les personnages sont peu fouillés et l'intrigue un peu survolée. La narratrice navigue avec aisance dans le service de neurologie grâce à l'expérience professionnelle de l'auteur, elle-même médecin.

A lire entre deux romans plus "consistants", pour de la pure détente.

Ma note 14,5

Dans Lecture

Le sang des dieux et des rois T1 d'Eleanor Herman

Par Le 07/06/2016

Editions Robert Laffont - Collection R - Date de sortie : 21 avril 2016 - ISBN 9782221 188934 - 452 pages - Traduction de Madeleine Nasalik

4è de couv'

A 16 ans, Alexandre, héritier du trône de Macédoine, est en passe de découvrir son destin de conquérant, mais se trouve irrésistiblement attiré par une nouvelle venue... Katerina doit naviguer dans les eaux troubles des intrigues de cour tout en taisant sa mission secrète : tuer la reine. Mais c'est sans compter sur son premier amour... Jacob est prêt à tout sacrifier pour gagner le coeur de Katerina, même si cela signifie se mesurer à Hephaestion, tueur sous la protection d'Alexandre. Et, par-delà les mers, Zofia, princesse persane fiancée à Alexandre sans l'avoir rencontré, désire changer sa destinée en partant en quête des légendaires et mortels Mangeurs d'Esprit.

Mon avis 

Très alléchée quand il est question de la Grèce Antique dans un résumé, j'attendais sans doute trop de ce roman de fantasy. Ce premier tome met en place l'univers et les personnages. L'auteur réécrit un moment de la jeunesse d'Alexandre le Grand et use de la magie. On y parle griffeux et pégases, des animaux fantastiques. Olympias, la mère d'Alexandre, manie les serpents

On suit principalement la vie au palais de Philippe de Macédoine, le père d'Alexandre. Une vie rythmée par les tournois, les trahisons, les intrigues. Les alliances se nouent et se défont. Chacun des sept personnages principaux suit sa propre quête ou mission.

L'écriture est facile et agréable à suivre, mais je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages (à part vers la fin), ni à l'histoire, car ce n'est que dans le troisième tiers du livre que l'on comprend où l'on va, après quelques longueurs, il faut bien le dire, notamment dans les scènes de bataille.  

En bref, je l'ai lu jusqu'à la fin, mais ne suis pas sûre de lire le T2 quand il sortira.

Ma note 15.5

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #55

Par Le 06/06/2016

Cette semaine a été une bonne semaine de lecture , avec environ 1630 pages lues. J'ai aussi bien écrit !!

*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

  

   (chronique à venir)

*j'ai commencé

 Les tribulations d’une étudiante en médecine se retrouvant affectée à Brest du jour au lendemain. Le bout du monde à ses yeux… Rencontres, passions, non-dits, doutes... l'histoire d'un envol.

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men

*lire : Robe de Marié de Pierre Lemaitre - Au paradis des manuscrits refusés d'Irving Finkel

*commencer : L'improbabilité de l'amour d'Hannah Rothschild

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Mes achats de mai 2016

Par Le 05/06/2016

Ce mois-ci, j'ai été relativement raisonnable ;-) Ce sont 21 livres qui sont entrés dans ma PAL, dont 3 déjà lus et 2 en cours.

    

    

    

    

    

    

    

 

 

Dans Lecture

Plume fantôme d'Isabel Wolff

Par Le 04/06/2016

Editions France Loisirs - Date de sortie : 6 mai 2015 - ISBN 9782298 111033 - 375 pages - Traduction de Denyse Beaulieu

4è de couv'

Jenni est ghostwriter (nègre), qui prête sa « plume fantôme » aux autobiographies de ses clients. Ce travail lui convient parfaitement - toujours hantée par une tragédie de son enfance, elle préfère se réfugier dans les souvenirs d'autrui plutôt que de ressasser les siens.
Klara, petite fille pendant la Seconde Guerre mondiale, a passé plusieurs années dans un camp d'internement à Java, sous l'occupation japonaise. Elle n'a jamais parlé de ce qu'elle y a vécu, mais à l'approche de son quatre-vingtième anniversaire, elle comprend qu'il est temps de partager l'extraordinaire récit de sa survie.
Tout en amenant Klara à raconter son enfance et à dévoiler un épisode méconnu de l'histoire mondiale, Jenni est contrainte de revenir sur son propre passé. Jenni et Klara pourront-elles s'aider l'une l'autre à apaiser leurs fantômes ?

Mon avis

J'ai beaucoup aimé ce roman où alternent l'histoire de Jenni, la narratrice, et celle de Klara dont elle est la plume fantôme. Chacune d'elles a vécu un drame et écrire l'histoire de Klara, vieille dame de quatre-vingts ans va permettre à Jenni de faire face au drame qu'elle-même a vécu vingt-cinq ans auparavant, précisément dans le village de Klara. La confiance entre ces deux femmes est immédiate et elles se livrent peu à peu leurs secrets enfouis.

J'avais déjà lu un ou deux romans de l'auteur (Les mésaventures de Minty Malone et Un amour vintage) dont je me rappelais la plume humoristique. J'ai donc été enchantée de la trouver dans un autre registre. Le propos historique (sur l'internement des colons hollandais par les japonais à Java) est riche et documenté, sans en faire des tonnes, juste de quoi alimenter le récit de la vieille dame. Les deux protagonistes sont émouvantes dans leur souffrance et on souhaite avec elles l'apaisement. L'écriture est fluide, rythmée. Les émotions fortes sont au rendez-vous.

Une histoire passionnante qui montre le pouvoir et la force des mots pour surmonter les drames, un roman que je vous recommande vivement.

Ma note 17.5

Dans Lecture

Nouvelles...d'ailleurs du Un - Collectif

Par Le 02/06/2016

Edition Le Un - Date de sortie : Mai 2016 - ISBN 3700952 501347 - 93 pages 

4è de couv'

Racontez-nous un ailleurs ! 

Il n'en fallait pas plus pour faire naître chez les auteurs conviés des envies de dépaysement littéraire. Onze nouvelles, en comptant l'indispensable Guy de Maupassant, pour un été nomade.

L'évasion au coin de la page.

Mon avis 

Ce recueil est à l'initiative du 1 (l'hebdomadaire d'Eric Fottorino) et de François Busnel de La Grande Librairie.

Guy de Maupassant : vapeurs d'éther pour quatre hommes - Irène Frain : jolie variation autour du mot ailleurs et de souvenirs d'enfance - Leïla Slimani : magnifique éloge à l'ailleurs à travers la littérature - Nancy Huston : réflexion amère sur le dé-paysement - Erri de Luca : hommage à Borges à Buenos Aires - Patrick Grainville : évocation de Picasso et Nicolas de Staël à Antibes ("l'increvable et l'éphémère") - Dany Laferrière : petites "vignettes" sur des peintres de chez lui - William Boyd : découverte du Brésil par une tournée des clubs de samba à Rio dans le quartier Lapa - Marie-Hélène Lafon : nous donne à voir son Bois, avec son style inimitable d'énumérations et très visuel - Michel Quint : une "vraie" nouvelle à chute - Tahar ben Jelloun : Moment intense avec Ava dans la nuit du désert. 

En résumé, un recueil dans l'ensemble plaisant à lire, grâce à de grandes plumes qui ont interprété le mot "ailleurs" à leur manière.

Ma note 16

Dans Lecture

Before you Break de Christina Lee

Par Le 01/06/2016

Editions Hachette - Collection Black Moon - Date de sortie : 3 février 2016 - ISBN 9782013 974127 - 282 pages - Traduction de Tiphaine Scheuer

4è de couv'

Elle, est bénévole dans une hotline de soutien psychologique.

Lui, est Daniel quand il appelle cette hotline.

Eux, combattent la souffrance de manière radicalement différente.

Mon avis

Ce roman est le 2è tome de la saga Between Breaths, dont chacun, mettant en scène des personnages nouveaux, peut être lu séparément.

La force de ce roman new adult tient à ses deux personnages Ella et Quinn dont les points de vue alternent pour nous faire vivre cette période charnière de leur vie : faire le deuil pour l'un de Sebastian, pour l'autre de Christopher. Ils vont s'y aider mutuellement, chacun à sa manière.

On suit la vie des étudiants dans une université américaine, avec ses beuveries, ses fêtes, les fraternités, les sororités, le sport. On parle famille et passions, passé envahissant et trahisons, suicide adolescent, quand la vie paraît trop difficile pour continuer à avancer. Mais le roman parle surtout d'espoir quand on sait trouver les bons interlocuteurs, et de l'amour qui sauve.

La narration est fluide, les émotions au rendez-vous. Un bon moment de lecture que je vous recommande.

Ma note 15.5

Dans Lecture

Surtensions d'Olivier Norek

Par Le 31/05/2016

Editions Michel Lafon - Date de sortie : 11 mars 2016 - ISBN 9782749 928166 - 501 pages

Logo prix litterairePrix Le Point du polar européen 2016

4è de couv'

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels - un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur - se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ? 
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance... 

Mon avis

Olivier Norek, pour ce troisième tome des aventures du Capitaine Coste et de son équipe, nous plonge, pendant toute la première partie, dans l'univers infiniment violent et désespérant de la prison. On y fait connaissance avec quatre détenus, des criminels, dont on va suivre l'histoire dans les parties suivantes. Viendra s'y ajouter un kidnappeur que Coste a serré après une opération qui laissera des traces dans le mental des troupes de la Crime1.

L'intrigue est très maîtrisée et les évènements s'enchaînent sans nous laisser le temps de souffler. Tout est crédible grâce à la longue expérience  de l'auteur au SDPJ 93, tant dans les procédures que dans l'esprit. Le gros point fort de cet opus tient dans les personnages. Ils sont attachants, nous procurent des émotions fortes, véhiculent de vraies valeurs humaines (je parle pour les flics !!). Quant à l'écriture, nerveuse, précise, elle coule et nous entraîne, nous enchaîne aux pages que l'on ne peut quitter tant l'auteur a su nous attraper dès les premières lignes. 

En bref, un très très bon roman, avec un final waouh !! Je vous le recommande vivement.

Ma note 17.5

 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #54

Par Le 30/05/2016

 

Cette semaine fut encore une semaine très light , avec seulement 750 pages lues. Par contre, j'ai beaucoup écrit !!

*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

 

*j'ai lu

*j'ai commencé

 

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Surtensions d'Olivier Norek

*lire : Before you break de Christina Lee

*commencer : L'improbabilité de l'amour d'Hannah Rothschild

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

Bellevue de Claire Berest

Par Le 29/05/2016

 

Editions Stock - Date de sortie : 27 janvier 2016 - ISBN 9782234 079755 - 194 pages

4è de couv'

Alma se réveille à quatre heures du matin. Dans un hôpital psychiatrique. Deux jours plus tôt, elle fêtait ses trente ans. Écrivain prometteur, Alma est une jeune Parisienne ambitieuse qui vit avec Paul depuis plusieurs années ; tout lui sourit. Et, d’un coup, tout bascule. Son angoisse va l’emporter dans une errance aussi violente qu’incontrôlable et la soumettre à d’imprévisibles pulsions destructrices.

Que s’est-il passé pendant ces quarante-huit heures ?

Mon avis

Dans ce roman, on suit la descente dans l'enfer de la "folie" d'Alma, la narratrice qui, le jour de ses trente ans, se trouve confrontée à toutes ses peurs. Ce qui fait monter la panique en elle et la pousse à des comportements désordonnés et extrèmes. Les digues ont rompu, les repères s'effacent, le point de bascule est atteint. L'action est resserrée sur peu de temps, quelques jours avant son anniversaire et les quelques jours d'hospitalisation en psychiatrie. 

Je n'ai pas éprouvé de sympathie particulière pour ce personnage d'Alma, malgré sa solitude désespérée, son incompréhension de la situation où elle s'est mise, le fait qu'elle soit écrivain... Sans doute pour coller au plus près des pensées incontrôlées de la jeune trentenaire, l'auteur utilise un langage très cru dans certains passages, je l'ai compris même si ça n'est pas ma tasse de thé ; je le comprends moins quand il est utilisé dans les pensées d'un  personnage masculin vers la fin : ce n'était pas nécessaire...  Il y a une réflexion intéressante sur cet âge (charnière ?), où déjà des choses ne seront plus, mais où subsistent encore beaucoup de possibles, de choix.

Comme j'avais envie de savoir la fin, je suis allée au bout de ce court roman, mais il ne m'a pas vraiment emballée. L'auteur me l'avait pourtant bien vendu à La Grande Librairie du 21 avril dernier.

 Ma note 14.5

Citation

*Est-ce que quelque chose a changé à l'approche de mes trente ans ? (...) Je me suis mise à dire spontanément quand j'étais jeune, et non plus quand j'étais petite. Je me suis mise à remarquer les filles de vingt ans avec une tendresse ambigüe, une vague envie, et j'ai senti l'éclosion mordante d'une menace. (p.42)

*Qu'est-ce qui a changé ? Je suis une femme de trente ans, j'ai peur d'avoir l'air vieille dans une boîte de nuit, j'ai peur de ne pas accéder à la reconnaissance, j'ai peur de ne pas m'être fixée des objectifs, j'ai peur de ne pas avoir fait le tour du monde, j'ai peur de ne pas avoir d'enfants, j'ai peur de mon corps, j'ai peur de la trahison, j'ai peur d'être jalouse, j'ai peur d'être indifférente, j'ai peur du regard de mes amis, j'ai peur d'être violée, j'ai peur que les hommes se disent : 'elle est une femme de trente ans'. (p.100-101)

*Ce que l'on saisit d'une personne inconnue, à l'instable seconde de la rencontre, est vulnérable et définitif. Cette image capitale s'évanouit à la première parole, au premier rire. (p. 146)

*Je serai cette Alma de trente ans, rejoignant le symposium des femmes assumant l'insolvable équation d'être jeune et vieille dans la même promesse, mais osant vraiment scruter le regard des hommes pour s'y trouver, pour apprécier d'y voir ce qui en elles a basculé. (p. 193-194)

Dans Lecture

Montvert-les-Bains de Maurice Denuzière

Par Le 26/05/2016

Editions Flammarion - Date de sortie : 13 avril 2016 - ISBN 9782081 333178 - 598 pages

4è de couv'

Août 1900. Laurent Saintour, héritier de la station thermale de Montvert-les-Bains, dans le haut Forez, rentre des Etats Unis pour célébrer le cinquantenaire de l'établissement qu'il doit un jour diriger. Mais il refuse de se glisser dans le moule d'une carrière préparée par trois générations de Saintour et décide de partir à l'aventure. La quête d'un mystérieux tableau et la poursuite d'une énigmatique Dame en mauve conduisent le jeune homme à un périple au coeur de la Belle Epoque. Face à la concurrence d'autres villes d'eaux en plein essor, Montvert-les-Bains parviendra-t-elle à prospérer malgré la désertion de l'héritier ?

Mon avis 

De l'auteur (qui va fêter ses 90 ans), j'ai déjà lu, dans les années 80, la saga Louisiane que j'avais adorée, romantique, intelligente et documentée à souhait. Imaginez ma surprise lorsque j'ai vu ce nouveau titre, sur une couverture Art Nouveau sublime. Et hop, sur ma PAL ! 

Je vais commencer par ce que j'ai trouvé dommage : l'auteur, à force de vouloir être exact (voire exhaustif) au niveau historique, politique, culturel, en est arrivé à beaucoup ralentir le rythme de l'histoire et à créer parfois des dialogues factices où un des deux personnages fait quasiment un cours à l'autre sur tel ou tel sujet.

Le contrepoint, c'est qu'on apprend plein de choses, sur une période, il faut bien le dire, très riche en progrès, nouveauté, élan, et ce, dans de nombreux domaines. On y croise de grands noms et quand on referme le livre, on est ébloui par le tourbillon dans lequel on a été entraîné. Le jeune Laurent assume son choix de ne pas être seulement l'héritier, mais de vouloir d'abord aller à la rencontre des "autres"dans une Europe en pleine construction, soutenu en cela par son oncle Martial. Sa vivacité d'esprit et son insatiable curiosité lui vaudront bien des succès et de belles rencontres. Les autres personnages sont attachants, chacun dans son genre, j'ai été émue aux larmes par le jeune Franz. Les lieux sont merveilleusement vivants et l'écriture soignée sans être prétentieuse, très imagée, une belle langue..

Alors, au final, c'est un roman d'apprentissage, dépaysant à souhait, que j'ai beaucoup aimé et que je vous recommande vivement.

Ma note 16.5

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #53

Par Le 23/05/2016

La semaine dernière a été une semaine très light , avec seulement 650 pages lues. Il faut dire que j'ai fait beaucoup de route pour passer du temps avec mes fils,  le plus jeune étant venu en France pour quelques jours. Et aussi pour un RV boulot que je pensais décisif et qui s'est juste révélé "frustrant". Bref, ni le temps, ni l'envie de lire...

*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

 

*j'ai lu

  lecture plaisante

*j'ai commencé

Août 1900. Laurent Saintour, héritier de la station thermale de Montvert-les-Bains, dans le haut Forez, rentre des Etats Unis pour célébrer le cinquantenaire de l'établissement qu'il doit un jour diriger. Mais il refuse de se glisser dans le moule d'une carrière préparée par trois générations de Saintour et décide de partir à l'aventure. La quête d'un mystérieux tableau et la poursuite d'une énigmatique Dame en mauve conduisent le jeune homme à un périple au coeur de la Belle Epoque. Face à la concurrence d'autres villes d'eaux en plein essor, Montvert-les-Bains parviendra-t-elle à prospérer malgré la désertion de l'héritier ? 

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Montvert-les-Bains de Maurice Denuzière

*lire :  Bellevue de Claire Berest - Surtensions d'Olivier Norek

*commencer : Before you break de Christina Lee

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Dans les prairies étoilées de Marie-Sabine Roger

Par Le 22/05/2016

Editions du Rouergue - Collection La Brune - Date de sortie : 4 mai 2016 - ISBN 978-2812610639​ -  302 pages

4è de couv'

Merlin, auteur d'une série BD à succès, perd son vieux copain Laurent, qui lui a inspiré son héros, Jim Oregon. Comment continuer à le faire vivre dans ses dessins, d'autant que dans son « testament », Laurent lui impose deux contraintes pour l'album à venir…. Marie-Sabine Roger s'amuse allègrement à jongler entre deux mondes, celui de la réalité et de la BD, et donne naissance comme toujours à une tribu de personnages tout en couleurs.

Mon avis 

J'ai découvert ce roman à La Grande Librairie, où l'auteur a été invitée le 5 mai dernier et l'avait bien défendu. C'est elle qui avait écrit La tête en friche, devenu un film avec Depardieu.

C'est rythmé par de très courts chapitres et des incises décrivant les bulles des BD écrites (ou rêvées) par Merlin, le personnage principal qui est aussi le narrateur. Nous avançons avec lui dans les coulisses émotionnelles de la création artistique et suivons les péripéties de la vie de Jim Oregon, avatar de son ami Laurent. Merlin a, du reste, bien du fil à retordre avec ses créatures suite à la lecture du testament de ce dernier et à la commande qu'il lui a passée

Les personnages sont hauts en couleurs, excentriques à souhait, mais défendent de vraies valeurs. La plume est vive, inventive et malicieuse. 

Sous son côté un peu foutraque, il y a cependant dans le roman de vraies réflexions sur le temps qui passe, sur le couple, sur l'amitié et on lit avec plaisir ce roman dans lequel on sent la jubilation de l'auteur.

Ma note 15

Citations

*Depuis que je la connais, je n'ai jamais cessé d'être amoureux fou d'elle, et je crois bien que ça s'aggrave, comme toute affection de très longue durée. (p.68)

*Chaque mort d'un ami est une lampe éteinte, qui rend notre chemin un peu plus hasardeux. (p. 128)

*Avant d’aller dormir, j’ai pris le temps de me remettre le Nobel de la BD. Je ne l’avais pas reçu depuis au moins six mois. C’est un exercice très utile, au niveau de l’estime de soi.

*Les femmes ont une force que nous sommes loin d'avoir, Merlin. Mais tout le mérite nous en revient : grâce à nous, elles ont des siècles d'apprentissage derrière elles. Des siècles d'esclavage, de soumission, de tartes dans la gueule. Et malgré tout, elles vivent, elles survivent, elles se battent. Elles se marrent. Et à la fin de leur vie, elles ne chialent pas sur elles-mêmes, comme je suis en train de le faire. On est vraiment des amateurs à côté d'elles. (p.148)

*Les lecteurs... mettez une apostrophe, on entend l"électeur". Ce n'est pas un simple jeu de langue, une pirouette. On est lu parce qu'on est élu. C'est le lecteur qui fait l'auteur. Et pas l'inverse. 

Dans Lecture

Une aventure monumentale d'Olivier Dutaillis

Par Le 17/05/2016

Editions Albin Michel - Date de sortie : 4 mai 2016 - ISBN 9782226 321008 - 333 pages 

4è de couv'

Qui aurait pu imaginer que cette élégante touriste anglaise visitant les sites historiques de la France était une pilleuse de trésors ? Dans les années 1830, la séduisante Emily Dingham écume nos provinces pour faire main basse sur les chefs-d'oeuvre laissés à l'abandon qu'elle revend à prix d'or à Londres. La belle aventurière séduit des adversaires d'envergure : le jeune écrivain Prosper Mérimée, fraîchement nommé inspecteur général des Monuments historiques et chargé de sauvegarder les oeuvres qu'elle pille, l'architecte Viollet-le-Duc, et même, le bouillant Victor Hugo, chantre des cathédrales gothiques.

Une vaste fresque, érudite et enlevée, à travers les bouleversements d'un xixe siècle qui se découvre une passion pour le passé et voit naître les premiers grands chantiers de restauration monumentale.

Mon avis

Voilà une idée originale qu'a eue l'auteur : une anglaise, Emily Dingham,  s'adresse à nous pour nous parler de la conservation et la restauration de notre patrimoine historique, en faisant revivre principalement trois personnages éminents dans le domaine : Mérimée, Hugo et Viollet-le-Duc. Ladite Emily nous en fait croiser beaucoup d'autres et c'est une réelle plongée dans l'époque 1830-1885 que nous vivons. 

Cette aventurière devenue antiquaire par hasard et par nécessité absolue, pour ne pas dépendre d'un homme, est une redoutable opportuniste. Quand Mérimée aura "verrouillé" le domaine des monuments historiques, elle saura se reconvertir ; l'arrivée du chemin de fer nécessitant d'organiser le tourisme, elle ouvre une agence de tourisme, à l'instar de Mr Cook et ses fils, elle se spécialisant sur la France qu'elle connaît si bien et qu'elle aime.

J'ai beaucoup aimé ce roman, érudit, documenté, qui se lit aisément et nous fait approcher l'intimité amoureuse, familiale, professionnelle de tout ce beau monde. Qui me donne également l'envie d'en savoir plus, d'approfondir les thèmes abordés : l'oeuvre de Mérimée dont mes souvenirs datent du collège, la période de la Seconde République, le contexte littéraire...

Ne vous privez pas de cette lecture !

Ma note 16

 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #52

Par Le 16/05/2016

La semaine dernière a été une semaine moyenne , avec environ 900 pages lues.

*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

*j'ai commencé

 Une vaste fresque, érudite et enlevée, à travers les bouleversements d'un XIXe siècle qui se découvre une passion pour le passé et voit naître les premiers grands chantiers de restauration monumentale, de Notre-Dame de Paris à Vézelay, du Pont-du-Gard à Carcassonne. Au coeur de ce passionnant roman historique, la confrontation inédite de deux pionniers, Mérimée et Hugo, qui, par des voies si différentes, joueront un rôle décisif dans le sauvetage du patrimoine culturel.

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Une aventure monumentale d'Olivier Dutaillis

*lire :  Dans les prairies étoilées de Marie-Sabine Roger - Bellevue de Claire Berest

*commencer : Surtensions d'Olivier Norek

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Seulement si tu en as envie de Bruno Combes

Par Le 15/05/2016

Demi-pointes Editions - Date de sortie : 23 juin 2016 - ISBN 9782954 800158 - 334 pages

4è de couv'

Il l’attend depuis toujours...elle ne l’a pas vraiment oublié !
Ils se sont connus à seize ans, sur les bancs du lycée d’Arcachon, puis chacun a fait sa vie de son côté.
Camille est devenue une brillante avocate parisienne, Stephen vit de sa passion des livres entre Londres et Paris. Ils n’auraient jamais dû se revoir, mais le hasard en a décidé autrement.
Les souvenirs s’entrechoquent, laissant apparaître les failles de l’attente et du désir.
Leur histoire aurait pu être banale, jusqu’à ce que Camille découvre les pages blanches du « manuscrit inachevé ».

Mon avis

Une romance pleine de sensibilité, dont les deux personnages principaux sont attachants dans leurs élans et leurs doutes. Une plume qui court facilement pour nous raconter une histoire d'amour intense, bien plus fort que les obligations et les empêchements. Cela reste cependant une banale histoire d'adultère...

L'auteur privilégie l'histoire sur le décorum (peu de descriptions, d'ambiance...) et la réflexion ; ça manque un peu de "chair" et d'approfondissement, mais ça en fait un page-turner pour l'été à venir.

J'ai trouvé originaux les petits "chapeaux" après le titre de chaque chapitre, une manière de nous annoncer le menu.

J'ai au final lu ce roman avec plaisir.

Ma note 14,5 

Dans Lecture

Le temps est assassin de Michel Bussi

Par Le 13/05/2016

Editions Presses de la Cité - Date de sortie : 4 mai 2016 - ISBN 9782258 136700 - 532 pages

4è de couv'

Été 1989, Corse, presqu’île de Revellatta. Un fatal accident de voiture : quatre occupants, une seule survivante, une adolescente de quinze ans. Tous sont morts sous ses yeux.
Été 2016, devenue femme et mère, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec sa famille, en vacances, pour exorciser le passé…
A l’endroit même où elle passait son dernier été avec ses parents, elle trouve une lettre.
Une lettre signée de sa mère… Vivante ?

Mon avis 

La livraison Bussi de cette année est encore un très bon produit !

Nous voilà en Corse, dont la famille de l'auteur est originaire, où Clotilde revient 27 ans après le drame qui l'a privée de ses parents et de son frère. Ce séjour, qui devait l'aider à faire connaître la région à son mari et sa fille de 15 ans, va se révéler un  retour compliqué, car quelqu'un s'ingénie à la replonger dans le passé : un fantôme ??

Dans la touffeur de l'été, au camping où la famille avait ses habitudes de vacances, Clotilde va se retrouver à enquêter sur l'accident qui n'en était peut-être pas un, mais les indices s'effacent un à un... 

Tout y est : le lieu, paradisiaque -les personnages - l'ambiance - l'intrigue bien ficelée - le rythme de l'écriture. Les chapitres alternent les deux époques et ceux correspondant à Clotilde-jeune sont les pages de son journal intime. On sent une jubilation de l'auteur à nous embarquer dans cette histoire. Il aime et sait raconter, nous entraîner, et nous, on se laisse prendre la main avec un grand plaisir !

((Un petit bémol cependant qui fait que ça n'est pas un coup de coeur, c'est un changement dans le style de l'auteur avec l'utilisation à l'envi du rythme ternaire dans les phrases (ex : y croire, décevoir, déchoir. p.190 - qui pourrait souhaiter, approuver, commander de tels malheurs ? p. 264 - de venir la rejoindre, l'accompagner, la protéger p.307)  ; ça m'a sauté aux yeux pendant la lecture. C'est censé appuyer le propos, mais pas rajouter des lignes ou délayer : trop c'est trop... Il ne faudrait pas que ça devienne un tic d'écriture !!))

Bon j'arrête de chipoter et vous invite à vous précipiter sur ce roman pour essayer vous aussi de trouver le fin mot de l'histoire !!

PS : à ce jour, je les ai tous lus, mais celui qui reste mon préféré dans les romans de Michel Bussi, c'est Ne lâche pas ma main ! suivi de près par Un avion sans elle.

Ma note 16.5

Citation

*Doucement, le pouce de Natale lui caressa la paume de la main. Comme cette histoire de battement d'ailes d'un papillon entraînant un tsunami à l'autre bout du monde, ces infimes frottements sur sa peau provoquaient des ricochets de sensations jusqu'au plus profond de son ventre. Un tsunamour, ça existait ? (p.254)

*L'amour c'est le père Noël pourles grandes personnes. (p.371)

*Son Papé était comme les autres au fond. Un homme qui avait laissé filer en chemin ses illusions. Parce que le monde tournait trop vite, une gigantesque machine à essorer les utopies. (p.462)

Dans Lecture

Marked men Saison 1 de Jay Crownover

Par Le 10/05/2016

Editions Hugo Roman - Date de sortie : 3 mars 2016 - ISBN 9782755 617498 - pages - Traduction de Charlotte Connan de Vries

4è de couv'

Rule est la première saison d’une série passionnante sur l’univers du tatouage et du métal.
Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne.
Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des piercings et les cheveux de toutes les couleurs.
Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant…
Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver.
Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?

Mon avis 

Une histoire gentillette, prévisible, avec un peu de sexe... Ce qui sort de l'ordinaire, c'est le fait qu'on y parle tatouages et piercings (sans plus !)... Le personnage de Rule est un badboy perturbé par le fait que sa mère préférait son jumeau mort ; heureusement il a une noria d'amis, un travail où il s'éclate et... Shaw qui l'aime depuis qu'ils sont ados. Il évolue tout au long du roman grâce à cet amour et aux révélations qui lui sont faites.

Les thèmes traités sont abordés de manière assez superficielle, aucun n'est vraiment approfondi, mais ce n'est pas le propos, car on est sur de la romance young adult.

Ca se laisse lire sans déplaisir, voire même on passe un bon moment.

Ma note 15

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #51

Par Le 09/05/2016

La semaine dernière a été une bonne semaine de lecture, nombre de pages lues (1040).

*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

     

*j'ai commencé

 

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Le temps est assassin de Michel Bussi

*lire :  Seulement si tu en as envie... de Bruno Combes - Dans les prairies étoilées de Marie-Sabine Roger

*commencer : Bellevue de Claire Berest

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Illettré de Cécile Ladjali

Par Le 07/05/2016

Editions Actes Sud - Date de sortie : 6 janvier 2016 - ISBN 9782330 057916 - 224 pages 

4è de couv'

Illettré raconte l'histoire de Léo, vingt ans, discret jeune homme de la cité Gagarine, portte de Saint-Ouen, qui chaque matin pointe à l'usine et s'installe devant sa presse ou son massicot. Elevé par une grand-mère analphabète, qui a inconsciemment maintenu au-dessus de lui la chape de plomb de l'ignorance, il a quitté le collège à treize ans, régressé et vite oublié les rudiments appris à l'école.Puis les choses écrites lui sont devenues peu à peu de menaçantes énigmes. Désormais, sa vie d'adulte est entravée par cette tare invisible qui grippe tant ses sentiments que ses actes et l'oblige à tromper les apparences, notamment face à sa jolie voisine Sybille, l'infirmière venue le soigner après un accident. Réapprendre à lire ? Renouer avec les mots ? En lui et autour de lui la bonne volonté est sensible mais la tâche est ardue et l'incapacité de Léo renvoie vite chacun à la réalité de ses manques : le ciel semble se refermer lentement devant celui que les signes fuient et que l'humanité des autres ignore.

Mon avis 

L'auteur qui est professeur de lettres traite dans son 9è roman d'un sujet qui lui tient à coeur : les mots. Ceux que Léo ne sait plus ni lire ni écrire et que sa voisine Sybille, va tenter de lui faire réapprendre. Le propos est de relater les dégâts psychologiques que ce handicap génère que le jeune homme qui, pour comble, travaille dans une imprimerie... J'ai souffert tout au long du texte pour lui à qui rien n'est épargné, entre les parents disparus sans un mot, la grand-mère analphabète, la solitude, la perte de l'amour de sa vie. Je n'ai pu m'y identifier, of course ! mais le peut-on vraiment quand on a accès à la lecture soi-même. L'auteur a une plume particulière, un peu trop "chic" pour le sujet traité peut-être. 

Un vibrant appel pour attirer l'attention sur ce fléau qui touche 7 % de personnes en France, dont 51 % travaillent. Une raison de plus pour vous recommander cette lecture qui n'est pas un coup de coeur, mais une lecture "utile" pour parler de cette cause.

Ma note 15

Citations

*Sensualité barbare de Léo : toute la journée, ses yeux passent sur les signes. Il les voit, mais leurs géographies imaginaires ne veulent rien dire. Des angles, des bosses, des creux, des lignes, des vagues, des points : des continents entiers hors du sens, hors de lui. C'est comme ça. Il s'est habitué à ce que le montre parle une autre langue que la sienne et dispense à ses semblables des messages auxquels lui n'a pas droit. Le secret des hommes qui lisent et écrivent lui a longtemps fait envie. Il aurait aimé entrer dans le cercle du secret, être initié à la délicieuse confidence. Cela aurait été vraiment formidable de pouvoir ajouter à sa propre histoire toutes celles des autres et de se sentir modifié par leurs pensées. Or chaque inscription se contente de danser sur sa rétine. (p.40)

 

Dans Lecture

Partir de Tina Seskis

Par Le 06/05/2016

Editions Pocket - Date de sortie : - ISBN 9782266 250900 - 425 pages - Traduction de Florianne Vidal

4è de couv'

Parfois, il faut savoir quitter sa vie... Un matin comme un autre à Manchester. Ben Coleman se réveille, sa femme Emily n'est pas près de lui. Elle n'est pas non plus dans la maison. Il commence à la chercher, sans trop d'inquiétudes... au début. Londres. Ce matin, Emily est arrivée en train de Manchester. Derrière elle, elle a laissé sa vie. Un mari charmant, un fils adorable, une maison ravissante. Sa nouvelle existence ? Une fausse identité, un appartement miteux, un travail sans avenir... Qu'est-ce qui peut ainsi pousser une femme à abandonner une vie en apparence équilibrée ? Que cherche-t-elle à fuir ?

Mon avis

L'idée de départ telle que racontée dans le pitch me plaisait bien, c'est donc avec enthousiasme que j'ai démarré cette lecture. Mais très vite, j'ai été gênée par le saucissonnage excessif entre passé et présent, un peu perdue par qui est qui à chaque début des courts chapitres. On comprend bien que l'auteur a voulu livrer les éléments de l'intrigue au compte-goutte, mais trop c'est trop et elle a bien failli me perdre. Par ailleurs, pour nous expliquer les raisons de ce départ subit d'Emily, elle utilise des tours de passe-passe un peu "téléphonés", ce qui rend la chose artificielle : la rencontre avec Robbie, la promo ultra rapide dans l'agence de com'... Je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages non plus.

Bref, une quasi déception même si j'ai lu jusqu'à la fin parce que je voulais savoir le fin mot de l'histoire.

Ma note 14,5

Dans Lecture

Mes achats d'Avril 2016

Par Le 05/05/2016

Ce mois-ci, ce sont 25 livres qui sont entrés dans ma PAL, dont 6 déjà lus et 1 en cours.

    

     

    

    

    

    

    

    

  

Et pour vous, quel bilan au niveau des achats ou réceptions de SP ?

Dans Lecture

Immaculée de Katelyn Detweiler

Par Le 04/05/2016

Editions Robert Laffont - Collection R - Date de sortie : 17 mars 2016 - ISBN 9782221 190890 - 404 pages - Traduction de Fabienne Vidallet

4è de couv'

Première de classe, bien dans sa peau et dans sa famille, Mina sort avec le garçon le plus ambitieux du lycée. Mais le jour où elle se découvre enceinte – alors qu'elle n'a jamais fait l'amour –, son monde bien ordonné chavire. Personne ou presque ne croit en sa virginité. Pour son père, le coupable est son petit ami ; ce dernier, lui, est persuadé qu'elle l'a trompé.
L'histoire de la grossesse de Mina va se répandre comme une traînée de poudre. Pour certains elle est une hérétique, tandis que, pour d'autres, les miracles sont possibles et l'enfant à naître de Mina sera le plus grand de tous... Et vous, dans quel camp vous rangerez-vous ?

Mon avis

Ce roman est le premier volet d'une duologie jeunesse, à la fin duquel nous ignorons toujours le pourquoi du comment Mina peut bien se retrouver enceinte alors qu'elle est vierge. Les réponses viendront vraisemblablement dans le second...

Le personnage de Mina est intéressant dans la mesure où elle évolue (bien malgré elle !) tout au long du roman ; mais les autres personnages ont assez peu d'épaisseur.

Beaucoup de thèmes sont abordés dans le roman, autour de l'adolescence, mais également les réseaux sociaux, la médiatisation à outrance, la différence... Le bémol de ce roman à mon sens tient à quelques incohérences : par exemple, on peut se demander pourquoi les autorités policières et municipales ne sont pas intervenues. On a l'impression que la famille de Mina doit se débrouiller seule, y compris quand l'affaire prend un tour national. Peut-être l'auteur a-t-elle pensé que les adolescents auxquels le roman est destiné ne remarqueraient pas ce genre de "détails"...

Cela dit, le roman est assez plaisant, avec du rythme et une plume facile à lire.

Ma note  14.5

Dans Lecture

Moura, la mémoire incendiée d'Alexandra Lapierre

Par Le 03/05/2016

Editions Flammarion - Date de sortie : 16 mars 2016 - ISBN 9782081 332829 - 730 pages

4è de couv'

Adorée par ceux qu elle aima, honnie par ceux qui la jugèrent insaisissable, Moura a bien existé. Dans les tourmentes de la révolution bolchevique, d une guerre à l autre, Moura a traversé mille mondes. Aristocrate d origine russe, elle s est appelée Maria Zakrevskaïa, Madame Benckendorff, la Baronne Budberg... Elle a été la passion d un agent secret britannique, la muse de Maxime Gorki, la compagne de H.G. Wells et l égérie de l intelligentsia londonienne. Elle a côtoyé tous les grands du XXe siècle, le Tsar, Staline, Churchill, de Gaulle. Les uns chantèrent son courage, sa chaleur et sa fidélité. Les autres dénoncèrent ses mensonges. Tous s entendirent néanmoins sur un point : Moura incarna la Vie. La vie à tout prix.

Mon avis 

Le roman commence avec l'enfance de Moura. La période tsariste touche à sa fin, dans la fureur et dans le sang. La petite fille, d'une famille d'aristocrates, va apprendre vite et grandir au rythme des sursauts de l'Histoire. Elle a beaucoup observé et écouté les adultes, son père notamment, et comprend ainsi les rouages des histoires d'adultes. Son charisme, son intérêt pour les autres, vont lui valoir autant d'amitiés que d'inimitiés. Et quand elle aura rendez-vous avec l'Histoire (fin du tsarisme, installation du bolchevisme, montée du stalinisme, deux guerres mondiales...), elle saura jouer sur de nombreux tableaux. On peut être ébahi par les fréquentations qu'elle a eues de Gorki, à HG Wells en passant par tout ce que l'époque a compté de célébrités, et par les multiples rebondissements de son existence. Sa vie ne fut pas un long fleuve tranquille, mais bien plutôt une épopée !!

Je n'ai pas réussi à élucider tout au long du récit d'Alexandra Lapierre les éventuels méfaits et mauvais choix que l'héroïne aurait faits. Pas vraiment réussi non plus à m'attacher à cette femme pourtant hors du commun. Après ses multiples vies, je me suis demandée si elle avait été heureuse. Je n'en suis pas sûre en fait... 

Une très riche documentation qui m'a parfois fait craindre de verser dans le documentaire politique, historique. Une plume efficace et passionnée. Pour au final un roman-récit que j'ai beaucoup, beaucoup aimé et que je vous recommande vivement.

Ma note 17.5

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #50

Par Le 02/05/2016

 

image: https://derlandstreicher.files.wordpress.com/2012/10/audrey-hepburn-reads2.jpg

La semaine dernière a été une bonne semaine de lecture, pas tant par le nombre de pages (954) que par la qualité des romans que j'ai lus, très différents, mais tout aussi riches l'un que l'autre.

*j'ai terminé

(cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

 

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Immaculée de Katelyn Detweiler

*lire :  Partir de Tina Seksis - Marked men T1 de Jay Crownover

*commencer : Robe de marié de Pierre Lemaitre

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

La jeune épouse d'Alessandro Barrico

Par Le 27/04/2016

Editions Gallimard - Collection du Monde entier - Date de sortie : 1er avril 2016 - ISBN 9782070 178919 - 224 pages - Traduction de Vincent Raynaud

4è de couv'

Italie, début du XXe siècle. Un beau jour, la Jeune Épouse fait son apparition devant la Famille. Elle a dix-huit ans et débarque d'Argentine car elle doit épouser le Fils. En attendant qu’il rentre d’Angleterre, elle est accueillie par la Famille. La Jeune Épouse vit alors une authentique initiation sexuelle : la Fille la séduit et fait son éducation, dûment complétée par la Mère, et le Père la conduit dans un bordel de luxe où elle écoutera un récit édifiant, qui lui dévoilera les mystères de cette famille aux rituels aussi sophistiqués qu'incompréhensibles. Mais le Fils ne revient toujours pas, il se contente d’expédier toutes sortes d’objets étranges, qui semblent d’abord annoncer son retour puis signifient au contraire sa disparition. Quand la Famille part en villégiature d’été, la Jeune Épouse décide de l'attendre seule, une attente qui sera pleine de surprises.

Mon avis 

La jeune épouse est un roman étonnant ; il faut s'y plonger sans réfléchir et se laisser porter à la fois par les personnages et par l'histoire. Dans la famille du Fils, on trouve la Mère, dont les charmes ont laissé beaucoup de désespérés après son passage, la Fille handicapée qui se déplace d'un "pas cubiste" et souhaite épouser son Oncle, mais l'est-il vraiment ? car qui d'autre voudrait d'elle, le Père qui souffre d'une "inexactitude du coeur". Le Fils quant à lui est en Angleterre et doit revenir pour se marier, car la Jeune Epouse est là depuis le jour de ses 18 ans, comme acté trois ans auparavant. Cette famille un peu (beaucoup ?) foutraque il faut bien le dire, a des rituels que la Jeune Epouse va apprendre sous la houlette de Modesto, le domestique -"un homme qui n'existe pas" p.119. Elle apprendra également "le sexe" avec la Mère, la Fille et le St Esprit, en la personne du Père qui la conduit au bordel. On la prépare ainsi pour l'arrivée du Fils qui se fait attendre... Tout se décide et se joue pendant les petits déjeuners pantagruéliques et extravagants, qui durent jusqu'à quinze heures, prétextes à recevoir parents, quémandeurs, officiels, partenaires en affaires. Quand on part en villégiature, une fois l'an, on vide la maison pour qu'elle se repose. On craint le sommeil que chacun exorcise à sa manière "Depuis cent treize ans, tous dans notre famille sont morts nuitamment" p. 15

Le narrateur est incertain, ainsi que s'en justifie l'auteur au tiers du livre, en une conversation à bâtons rompus avec le lecteur. Il y a des phrases longues de plusieurs pages, des énumérations, des réflexions sur l'acte d'écrire et sur la lecture.

Le genre de livre à lire deux fois de suite pour, une fois passé l'étonnement, en apprécier la saveur.

Ma note 16

L'auteur parle ici de son roman, de ses influences, de sa francophilie...

 

Dans Lecture

Pars avec lui d'Agnès Ledig

Par Le 26/04/2016

Editions Pocket - Date de sortie : 7 avril 2016 - ISBN 9782266 257572 - 349 pages

4è de couv'

Ils s'appellent Roméo et Juliette. Comme s'ils étaient prédestinés. Mais c'est à eux d'écrire leur histoire, en dépit des accrocs, des cahots et des heurts. 
Lui est pompier, un héros du quotidien, solide comme un roc. Mais pas assez pour résister à une chute de huit étages, heureusement amortie par des arbres. 
Elle est infirmière. De celles pour qui leur travail va bien plus loin que soigner les corps. Attentive, attentionnée, elle donne aux autres sans compter ce que son propre compagnon, Laurent, lui refuse. 
Ces deux êtres cabossés par la vie vont se tendre la main. Et apprendre qu'envers et contre tout être heureux ce n'est pas regarder d'où l'on vient, mais où l'on va.

Mon avis

En lisant le résumé, on sait déjà comment va se terminer le roman (Juliette doit échapper à son compagnon, pervers narcissique, pour vivre avec Roméo), MAIS les personnages sont tellement attachants, les évènement bien amenés et les thèmes abordés tellement contemporains, que l'on se laisse attraper par les mots de l'auteur. L'émotion n'est jamais loin ! et la plume agréable à suivre, voire addictive. 

Pour toutes ces raisons, on passe un très bon moment de lecture.

Ma note 16.5

Citation

*Je fais de mon mieux, Dans le respect de moi-même, Avec les cartes de l'instant, Le reste appartient à la vie.

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi #49

Par Le 25/04/2016

La semaine dernière a été une semaine moyenne en terme de lecture, mais c'était prévu parce que nous étions partis à Strasbourg en avion et que je ne pouvais pas apporter trop de bouquins.

*j'ai terminé

(cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

  

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : La jeune épouse d'Alessandro Barrico 

*lire :  Moura d'Alexandra Lapierre - Immaculée de Katelyn Detweilder

*commencer : Marked men T1 de Jay Crownover

 

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

L'homme-dé de Luke Rhinehart

Par Le 23/04/2016

Editions de l'Olivier - Collection Replay - ISBN 9782823 604795 - 521 pages - Traduction de James du Mourier

4è de couv'

Depuis qu'il a décide de jouer aux dés chacune de ses décisions, le Dr Rhinehart, un psychiatre new-yorkais, a transformé sa vie en un immense jeu de hasard. Très vite, le " syndrome du dé " se répand. Expérimentateur en chambre, pionnier du chaos, le Dr Rhinehart a peut-être inventé sans le savoir le moyen d'en finir une fois pour toutes avec la civilisation. Mais le FBI veille...

Mon avis

Roman de l'absurde, L'homme-dé est inclassable. Après un début qui m'a fait marrer, à peu près jusqu'à la page 180, ça s'est mis à traîner en longueur et j'ai commencé à regarder le nombre de pages qui restaient à lire, signe très net que l'ennui s'installait. J'ai persisté jusqu'à la page 255 et décidé d'abandonner là. Déçue forcément !!

Il y a de bonnes choses cependant et je ne résiste pas au plaisir de citer ce passage : "Nous concûmes un besoin profond, irrationnel, indubitablement névrotique d'être l'un à l'autre : c'était l'amour, une des nombreuses formes socialement admises de la folie. Nous nous mariâmes : solution sociale à la solitude, à la concupiscence et au problème du blanchissage. (...) Comme le lecteur averti l'aura déduit depuis longtemps, nous étions des gens mariés typiques. Nous avions des moments de bonheur sans partage ; nous avions nos plaisanteries bien à nous; nous avions notre amour chaleureux, sensuel et sexuel, ainsi que notre souci commun (enfin, celui de Lil en tout cas) des enfants, notre intérêt pour eux, notre fierté ; et nous avions nos deux moi intimes de plus en plus frustrés et isolés. Les aspirations que nous nourrissions pour ces moi ne s'étaient pas accomplies dans le mariage, et tous nos débats et contorsions au lit n'y changeaient rien, bien que notre insatisfaction même nous unît." (p.115-116) Waouh ! quelle vision du couple...

Je n'en dis pas plus et vous laisse découvrir !

Ma note 14.5 (à cause de la longueur et du "délayage")

Citations

*En vérité, l'homme doit s'efforcer d'éliminer l'erreur et de se libérer ainsi que ses enfants du sens du moi. L'homme doit arriver à se sentir à l'aise en évoluant d'un rôle à un autre, d'un ensemble de valeurs à un autre, d'une vie à une autre. L'homme doit se libérer des barrières, des modèles et des cohérences, de façon à devenir libre de penser, de sentir et de créer des choses neuves. Les hommes se sont trop longtemps contentés d'admirer Mars et Prométhée ; c'est Prothée qui doit devenir notre Dieu. (p. 143)

*Et si nous élevions nos enfants autrement ? En récompensant leurs changements d'habitudes, de rôles, de goûts ? En les récompensant pour leur incohérence ? Qu'est-ce qui se passerait ? On pourrait leur inculquer la discipline de l'instabilité, ils pourraient s'appliquer à être incohérents, résolument exempts d'habitudes -même de "bonnes" habitudes. (p. 144)

*En nous transformant d'enfants en hommes, nous nous enfermons dans des modèles pour éviter l'affrontement de nouveaux problèmes et de risquer l'échec ; au bout d'un certain temps, les hommes s'ennuient parce qu'ils n'ont plus de nouveaux problèmes.Telle est la vie que nous vivons dans la crainte de l'échec. (p.148)

 

Dans Lecture

Trois jours avec Norman Jail d'Eric Fottorino

Par Le 20/04/2016

Editions Gallimard - Collection Blanche - Date de sortie : 11 février 2016 - ISBN 9782070 141111

4è de couv'

Qui est vraiment Norman Jail ? Quand Clara pousse la porte de sa maison du bord de mer, au printemps de l'an 2000, elle veut comprendre pourquoi ce mystérieux écrivain est resté l'homme d'un seul roman, Qui se souviendra de nous ? paru l'année de ses vingt ans en pleine Occupation. Etudiante en littérature, la jeune femme découvre peu à peu que derrière le pseudonyme de Norman Jail se cache un maître de l'illusion dévoré par la rage d'écrire, auteur sous pseudonyme de nombreux manuscrits inédits. Norman Jail ne dit pas forcément la vérité. Le secret de cet homme fascinant est à rechercher dans les plis de la fiction. 

Mon avis 

La nouvelle livraison d'Eric Fottorino nous offre une belle réflexion sur l'écriture, sa magie, les affres dans lesquelles elle peut plonger l'écrivain. La rencontre passionnante entre Norman Jail et l'étudiante qui vaille que vaille va poser les questions qu'elle a préparées et s'entêter à obtenir des réponses de cet homme secret, étonnant, amoureux des mots, le tout à l'excès. La technique du roman dans le roman est réussie car elle apporte les réponses que l'on attendait.

Une plume inventive, pleine de jeux de mots, qui nous réjouit dans ce court roman que je vous recommande vivement.

Ma note 17

Citations

*Je crois qu'écrire c'est repartir chaque fois de sa faiblesse. Je passe en revue mes pages comme une armée en déroute, et quand je tombe sur un passage qui appelle à l'aide, je prends mon courage à deux mains, enfin surtout avec la main droite, et je redresse les phrases à coups d'imagination. Ca ne paie pas de mine mais ça produit son effet. L'espoir renaît précisément là, dans le maquis des mots mal fichus qui ont besoin de mots. Un stylo n'a de stylo que l'apparence. C'est une pelle et une pioche. Une plume, sûrement pas. Ou alors au moment des finitions, pour effacer le travail et faire croire au crime parfait. (p.31)

*Quand un homme se contredit, il devient intéressant car il commence à s'expliquer. (p.72)

*Certains livres sont sortis de moi tout casqués de leur douce certitude, je n'étais qu'un copiste et ma main prenait les mots à la volée. C'est une chose étonnante, je l'ai déjà dit, quand la fontaine s'écoule. Il faut juste laisser l'encre se déposer, l'écriture devient une brise légère. (p.73)

*Quand il eut terminé -était-ce au bout d'un chapitre, d'une phrase suspendue ?- Norman Jail referma son stylo, couvrant la plume d'un capuchon sévère. Il essuya la pulpe de ses doigts dont les sillons s'étaient teintés d'encre. Je m'attendais à voir sortir de sa bouche des mots en charpie, des débris de texte tailladés, et qui sait, le sang de sa rude bataille avec ses ennemis les adverbes. (p.111)

*La vie cesse rapidement d'être drôle. Alors il faut la ranimer, lui redonner des couleurs. Je prends une poignée de mots, je les frotte les uns aux autres en espérant une étincelle. Ca ne marche pas à tous les coups. Mais il suffit parfois de très peu de mots pour que la vie renaisse et vous réchauffe, qu'elle brille d'un éclat intense. Et ne croyez pas qu'il faille déranger trop d'adjectifs. Au contraire, je les laisse aux compte-rendus de courses hippiques ou aux jubilés de reine. Je me contente de mots simples qui parlent à tout le monde. Secs comme des silex. (p.128)

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #48

Par Le 18/04/2016

La semaine dernière a été une très bonne semaine de lectures riches et variées.

*j'ai terminé

   (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

   

   

*j'ai commencé

 

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Musiques pour caméléons de Truman Capote

*lire :  Trois jours avec Norman Jail d'Eric Fottorino  

*commencer : L'homme-dé de Luke Rhinehart

Je ne prévois pas trop de lectures papier, parce que je pars en vacances en avion, et les livres ça pèse lourd. Je lirai donc probablement sur ma tablette. Il y a L'empyrée des rêves de Paul Blanchot qui me fait de l'oeil ! A suivre...

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Nous sommes deux de Marianne Rubinstein

Par Le 17/04/2016

Editions Albin Michel - Date de sortie : 4 janvier 2016 - 9782226 320841 - 278 pages 

4è de couv'

Ils ont trente ans, ils sont jumeaux et vont se marier en même temps, dans un an. D'ici là leur vie va être bouleversée, celle de leurs parents et de leurs beaux-parents aussi. Pas si simple de former un couple quand d'autres se défont, quand on a été perçu toute son enfance comme une seule entité, quand on est confronté à ce qui restreint le désir de liberté. Au-delà du mystère de la gémellité et du mariage, Marianne Rubinstein explore avec justesse les rapports familiaux et générationnels dans une société qui croit pouvoir passer sous silence ses peurs les plus secrètes. Elle construit une œuvre singulière où alternent récits à l'ombre de la Shoah et romans à l'épreuve du temps dont Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.

Mon avis 

Un court roman qui en moins de 300 pages dissèque la relation de couple, qu'il soit conjugal (établi ou en cours) ou gémellité. Ce, dans un contexte très contemporain traversé par les questions sur la judéïté et comment la vivre en France, sur la fidélité et jusqu'où on est capable d'aller pour l'autre, sur l'usure du temps dans le couple, sur l'homosexualité... 

C'est un roman choral dont le prétexte est le mariage prévu le même jour, en une seule fête, des jumeaux Emma et Axel : chaque chapitre est narré selon le point de vue d'un des personnages. Et des personnages il y en a beaucoup (une bonne quinzaine), ce qui parfois rend la chose un peu difficile à suivre car à chaque entrée de chapitre, on doit se remémorer qui est qui. C'est bien ficelé et donne l'occasion à chacun de faire un point sur lui, sa vie. De temps à autre, entre les chapitres qui sont très courts, des flash-back sur l'enfance des jumeaux, dont on voit bien comment ils vivent différemment leur gémellité.

L'écriture est résolument moderne, sans gras ni étalage, efficace. Ca me rend curieuse d'aller voir le premier roman de cette auteur.

En bref, une lecture agréable, que je vous recommande.

Ma note 15.5

Dans Lecture

Le jardin au clair de lune de Corina Boman

Par Le 16/04/2016

Editions Charleston - Date de sortie : 7 mars 2016 - ISBN 9782368 120453 - 446 pages - Traduction d'Amélie de Maupeou

4è de couv'

Quand l'antiquaire Lilly se voit offrir un violon très ancien censé lui appartenir, elle n'en croit pas ses oreilles. Comment peut-elle être l'héritière de ce qui se révèlera être un objet très célèbre ? Elle sent pourtant que l'instrument a le pouvoir de changer sa vie si elle accepte d'en résoudre le mystère. Elle s'aperçoit aussi que cette aventure lui donnera peut-être la force de dépasser le deuil de son mari. Aidée de sa meilleure amie Ellen et du musicologue Gabriel, elle se lance sur les traces de l'éblouissante violoniste à laquelle a appartenu l'instrument. Cette quête la mène en Italie et en Indonésie, où elle tombe sur un secret qui jettera un jour complètement nouveau sur sa propre vie …

Mon avis

Pour la deuxième fois, après L'île aux papillons en 2014, cette auteur allemande, ancienne assistante dentaire, me ravit de sa plume et me fait voyager. Cette fois c'est principalement à Sumatra, mais aussi à Berlin, Londres et Crémone, en compagnie de Lilly. 

Tout part du cadeau que lui fait un vieil homme d'un violon, dont on découvrira qu'il est le "violon à la rose". Lilly, l'antiquaire qui le reçoit en 2011 comme étant un objet familial, va partir sur les traces de ses précédentes propriétaires, Rose et Helen, et ainsi découvrir une histoire follement romantique, pourtant parsemée d'abandons, de drames et de trahisons. Elle sera aidée en cela par son amie de toujours Ellen et par celui qui va devenir un personnage important dans sa vie, Gabriel. Ainsi va-t-elle pouvoir tourner la page de son veuvage et revivre grâce à cet objet de légende.

Nous avons tous les ingrédients pour une histoire délicieuse, qui est racontée avec enthousiasme, et rigueur pour ce qui est du contexte historique : la période coloniale néerlandaise en Indonésie. Trois femmes dont les histoires se tissent harmonieusement grâce au talent de l'auteur, des personnages secondaires attachants, des lieux sur lesquels on apprend une foule de choses, et le tour est joué : le lecteur est conquis !

Un très bon moment de lecture, immersif et dépaysant, que je vous recommande vivement.

Ma note 17
 

Dans Lecture

Apaise le temps de Michel Quint

Par Le 14/04/2016

Editions Phébus - Date de sortie : 1er avril 2016 - ISBN 9782752 910 431 - 104 pages

4è de couv'

Une libraire, ça crée des dettes. D’argent parfois bien sûr, mais surtout de cœur. Lorsque Yvonne meurt, les souvenirs affluent pour Abdel, un jeune professeur de Roubaix. Il se revoit enfant entre les murailles de bouquins, prêt à avaler tout Balzac sans rien y comprendre. De là à accepter la succession, il y a un pas… que l’inconscient fait à l’aveuglette. Le voici bientôt en butte aux problématiques économiques du métier. Mais aussi aux dangereuses archives photographiques de son aînée. En fouillant les cartons, c’est tout un pan de la guerre d’Algérie qui renaît, entre partisans du FLN, harkis et OAS. En quoi ce passé concerne-t-il les habitués de la librairie ? Sans trop se garder de l’amour, Abdel mène l’enquête.

Mon avis 

Un très court récit au coeur de l'humain. Des personnages attachants, un vrai style, pour parler de la ville de Roubaix économiquement sinistrée, mais dans laquelle se vivent des solidarités authentiques. Pas de clichés larmoyants, mais un regard aiguisé. Le tout sur un fond de souvenirs de guerre d'Algérie, trouvés dans les archives d'Yvonne, la libraire disparue. Et puis, après le choc, l'espoir de la renaissance de ce temple des livres, qui pourrait être spécialisé en photographie, grâce à une équipe aux talents multiples. 

Ce livre prouve qu'il n'est nul besoin d'écrire long pour écrire vrai et profond ! Je vous le recommande.

Ma note 16.5

Citations

*Les livres sont des amis communs à tous les hommes, des lieux où faire la paix. Des lieux d'égalité possible si on sait lire.

* Relier, c'est bien, ça parle des gens et des livres qu'on relie, qu'on relit.

*Les livres, c'est comme les chats, on habite chez eux et pas l'inverse.

 

Dans Lecture

Captive - T1 Les nuits de Shéhérazade de Renée Ahdieh

Par Le 13/04/2016

Editions Hachette Romans - Date de sortie : 30 septembre 2015 - ISBN 9782013 974011 - 426 pages - Traduction de Véronique Minder

4è de couv'

Chaque soir, le jeune calife du Khorassan prend une nouvelle épouse ; chaque matin, il la fait assassiner. Consciente du terrible sort qui l'attend, Shéhérazade se porte pourtant volontaire : elle est prête à tout pour venger les récentes épousées, et en particulier son amie d'enfance Shiva. Chaque aube est une menace de mort mais la jeune fille échappe jour après jour à l'exécution en narrant des contes à rallonge au calife. Chaque jour Shéhérazade tisse une stratégie pour tuer celui qui est désormais son époux. Mais ce qui se trame aussi, c'est l'amour qu'elle se met peu à peu à éprouver pour lui...

Mon avis

Un très bon roman ado qui revisite le conte de Shéhérazade. On est davantage sur l'histoire d'amour avec Khalid et les intrigues politiques, que sur les narrations nocturnes de la belle. Mais ça se lit très bien, les personnages sont magnifiques, bien travaillés, les descriptions soignées et le rythme vif.

Un vrai plaisir de lecture à ne pas bouder, même si on n'est plus ados. Assurément, je lirai le tome 2 !

Ma note 16.5

Dans Lecture

Territoires d'Olivier Norek

Par Le 12/04/2016

Editions Pocket - Date de sortie : 8 octobre 2015 - ISBN 9782266 252782 - 374 pages 

4è de couv'

À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s'implante comme un virus dans cette ville laissée à l'abandon, qui n'attend qu'un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s'adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d'inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l'État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville. 
La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer...

Mon avis

Excellent roman, dans lequel j'ai trouvé tout ce que j'aime : un rythme soutenu porté par une écriture dynamique, des dialogues qui font mouche, des personnages éminemment sympathiques. 

J'ai adoré l'histoire sur fond de politique de la ville dévoyée, de trafics et leurs répercussions sur la vie d'un quartier. Egalement les rivalités des services de police, le fonctionnement de la justice, les émeutes de banlieue...

On sent le vécu dans les faits qui nous sont racontés, mais j'ai aimé que le côté humain soit toujours mis en avant. C'est une des forces de l'auteur, dont j'aime décidément la plume.

Un vrai coup de coeur ! et le bonheur de savoir que Surtensions est dans ma PAL. Gageons qu'il ne tardera pas à en sortir...

coup-de-coeur-1.jpg

Ma note 19

Ce livre participe au Challenge  

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #47

Par Le 11/04/2016

La semaine dernière a été une très bonne semaine de lectures riches et variées, où le théâtre a été à l'honneur.

*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

    

  

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Territoires d'Olivier Norek*lire :  Captive-T1 Les nuits de Shéhérazade de Renée Ahdieh - Apaise le temps de Michel Quint - Le Jardin au clair de lune de Corina Boman 

*commencer : Musiques pour caméléons de Truman Capote

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Vends maison de famille de François-Guillaume Lorrain

Par Le 10/04/2016

Editions Flammarion - Date de sortie : 2 mars 2016 - ISBN 9782081 375987 - 215 pages

4è de couv'

"Oui, je voulais bazarder cette maison. J'avais mes raisons. Autrement dit : des souvenirs." En faisant le portrait d'un homme partagé entre l'amour qu'il porte à sa mère et ce refus d'héritage qu'il lui oppose, François-Guillaume Lorrain nous raconte une histoire aussi singulière que collective, celle d'une maison de famille.

Mon avis 

Voilà le type même de roman dont la 4è de couv' m'a séduite, notamment autour du thème de la maison de famille. Et pourtant je sais déjà que je l'oublierai aussi vite que je l'ai lu.

C'est écrit dans un bon français, de courts chapitres rythment le récit, mais j'ai trouvé l'histoire finalement banale : une maison de campagne où les enfants en ont bavé sous la houlette d'un père maltraitant, lieu qu'ils se jurent de vendre au plus vite le moment venu, et que malgré tout ils gardent et habitent. Plusieurs thèmes traversent le récit comme la transmission, la mémoire et ce que l'on retient vraiment de notre enfance... Alors certes, il y a les ressentis du narrateur, mais ils ne m'ont procuré aucune émotion, je me suis contentée de tourner les pages.

Une déception somme toute !

Ma note 14,5

Dans Théâtre

Art de Yasmina Reza

Par Le 09/04/2016

Editions Magnard - Collection Lycée - Date de sortie : 30 août 2002 - ISBN 9782210 754478 - 122 pages

4è de couv'

Créée en 1994 à Paris dans une distribution irréprochable (Vaneck, Luchini, Arditi), la pièce « Art » a fait connaître Yasmina Reza sur les scènes du monde entier. C'est dire l'universalité des thèmes, l'humanité des personnages et la virtuosité des dialogues, qui font de cette pièce un classique de la comédie de moeurs. Comme chez Molière et Labiche, Feydeau et Jean-Michel Ribes, les lecteurs découvriront que le « goût des autres » reste le plus efficace des ressorts dramatiques, et combien la fantaisie la plus extravagante peut révéler d'angoisses existentielles.

Mon avis

Cette courte pièce de théâtre est une comédie sociale réjouissante, drôle, parfois acide, sur l'Art, l'amitié, les relations entre les êtres et ce qui les fait durer.

Le ton est vif, les personnages bien "typés" et une lectrice de Babelio m'a indiqué un enregistrement vidéo de l'oeuvre pour entendre les voix de Pierre Vaneck, Pierre Arditi et Fabrice Lucchini qui ont créé la pièce en 1994, et apprécier la mise en scène qui en a été faite.

Ma note 16

Dans Lecture

Thank you Shakespeare de Philippe Torreton

Par Le 08/04/2016

Editions Flammarion - Collection Essais littéraires - ISBN 9782081 379541 - 173 pages

4è de couv'

"Lire Shakespeare, c'est lire le monde. 
J'adorais ça : ces rois et ces reines inconnus, ce théâtre qui allait voir au-dehors, qui ne s'arrêtait pas aux portes capitonnées d'un salon ...
Je voulais tout jouer, Roméo ET Juliette, je n'arrivais pas à me décider. J'étais un athlète de l'art dramatique, prêt à en découdre. Je pouvais mourir d'amour, envahir la France, renier mes filles, réclamer un cheval, voir une forêt bouger, tuer ma femme dans son lit, j'étais prêt."

Mon avis

Après avoir lu Comédie Française de Lucchini la semaine dernière, me revoici au théâtre avec Philippe Torreton pour parler cette fois de Shakespeare. L'auteur voue une admiration immense à l'oeuvre du dramaturge anglais dont on va fêter fin avril le 400è anniversaire de la mort. "J'aime le théâtre de Shakespeare pour sa franchise, sa volonté farouche d'être ensemble pour nous raconter une histoire, cette impérieuse nécessité d'être compris par tous."

Il évoque les grands textes (Richard III, Henri V, Hamlet) qu'il a eu le plaisir de jouer, des anecdotes lors des répétitions ou des représentations, le plaisir de jouer, le collectif d'une troupe. Mais aussi les différences entre le théâtre shakespearien destiné à toute la population et en lien avec le public, et le théâtre français de la même époque, destiné aux nobles, à la cour et aux lettrés, dont l'écriture était verrouillée, notamment par la règle des 3 unités.

J'ai appris beaucoup de choses au cours de cette lecture qui m'a procuré bien du plaisir et que je vous recommande.

Ma note 16.5

Citations

*L'écriture de Shakespeare est un ambre translucide qui a capturé le bruit d'histoires vraies. (p.50)

*Jouer Shakespeare, c'est retrouver le bruit du monde au fond d'une jarre et l'apprendre par coeur, c'est respirer les embruns de tous les finistères humains et n'y regarder que les levers et couchers de soleil. (p.50)

*Tous les soirs, nous nous demandions pourquoi cet auteur si populaire, qui a usé sa vie à penser un théâtre pour tous, avait une telle réputation d'auteur compliqué, aujourd'hui. (p.51)

Dans Lecture

Bertrand et Lola d'Angélique Barberat

Par Le 07/04/2016

Editions J'ai Lu - Date de sortie : 2 mars 2016 - ISBN 9782290 122136 - 606 pages

4è de couv'

Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert à cette inconnue ? Comment peut-on tomber fou amoureux de quelqu’un en dix secondes ?
Ce jour chaud du mois de juin va tout changer. Durant quelques heures de bonheur et d’insouciance, Bertrand et Lola oublient tout : elle, qu’elle va se marier dans une semaine ; lui, qu’il est reporter-photographe et ne supporte aucune attache.

Malgré cette passion inattendue, tous deux prennent la plus sage et la pire des décisions : continuer leurs chemins respectifs et retourner à leur vie d’avant. Lola se marie et reprend son métier d’hôtesse de l’air. Bertrand s’envole pour un pays lointain… Mais chacun demeure prisonnier de cet amour fou. Même s’ils ont voulu vivre l’un sans l’autre, le hasard semble prendre un malin plaisir à les faire se croiser. Et puis… et puis Bertrand est capturé, pris en otage par un groupe armé lors d’un de ses reportages en Afrique.

Auront-ils la moindre chance de se retrouver un jour ?

Mon avis

Un gros coup de coeur pour ce roman à l'écriture vive, nerveuse, qui raconte la vie qui pulse et nous plonge tellement bien dans les émotions des personnages. De nombreux thèmes très actuels sont abordés tournant notamment autour de la famille, du couple, de la passion. Rien de philosophique, ni tombant dans le sirupeux, mais c'est cohérent, crédible. L'auteur nous dit qu'on peut aimer deux personnes à la fois, mais pas avec la même intensité ; il y en a forcément une qui est l'unique à tous points de vue.

J'ai immédiatement adoré Lola et Bertrand. J'ai souffert avec eux au long des multiples épreuves qu'ils ont traversées. Mais les autres personnages aussi sont réussis : Daphné qui est à baffer, la mère de Lola avec ses propres secrets et blessures, Franck que j'ai trouvé suffisant et ne m'a guère ému, l'adorable Elsa et ses rengaines comme "le monsieur-du-mariage-qui-mange-des-oranges", sans oublier les guides du photographe lors de ses voyages. Bref, une palette riche de vies ordinaires qui nous les rendent proches.

J'avais lu de mauvaises critiques, concernant le style, notamment les pensées intérieures des personnages mêlées au récit, et les énumérations comme "d'une voix sobre/calme/affirmée". Pour ma part, je trouve qu'un auteur capable de fantaisies stylistiques, comme l'est Angélique Barberat, est quelqu'un qui maîtrise. Donc c'est du positif !

Je vous recommande chaudement ce roman qui fut un très bon moment de lecture.

coup-de-coeur-1.jpg

Ma note 18

Dans Lecture

Mes achats de Mars 2016

Par Le 06/04/2016

Déjà le 6 avril !! Il serait temps de vous dire qu'en mars, ma Pile A Lire a accueilli 28 nouveaux livres, dont 8 déjà lus et 1 en cours

Livres papier

    

    

    

    

      

     

      

      

      

  

 

Dans Lecture

Dans le silence de ton coeur d'Alice Ranucci

Par Le 05/04/2016

Editions Hachette Romans - Date de sortie : 17 février 2016 - ISBN 9782012 040915 - 234 pages - Traduction de Camille Paul

4è de couv'

A seize ans, Claudia est belle, populaire, et obtient tout ce qu'elle désire. Aller en cours ? Obéir à ses parents ? A d'autres ! Elle préfère retrouver ses amis dans les rues de Rome et attirer l'attention de Rodrigo, le plus séduisant garçon du lycée. Sa mère lui reproche son comportement immature et l'oblige même à travailler bénévolement dans un centre pour jeunes immigrés. Claudia s'en moque. Elle la défie toujours plus, se préparant, chaque fois, à subir de nouvelles remontrances. Mais, un soir, tout s'arrête. Il n'y a pas de dispute. Il n'y en aura plus jamais. Claudia se retrouve seule, face à sa conscience.

Mon avis

On peut dire que cette jeune auteure italienne de 17 ans a la fibre littéraire ! 

Elle nous propose une histoire magnifique avec des personnages intéressants, notamment Claudia, la narratrice, dont on suit l'évolution tout au long du roman, mais aussi de très beaux personnages secondaires comme Giancarlo et Samuel.

Elle aborde l'air de rien dans ce joli roman bien troussé, tous les sujets qui touchent les ados : les relations avec les parents, le groupe d'amis et ce qu'on doit accepter pour en faire partie, l'alcool et la drogue, les humiliations, la grossesse non désirée, la culpabilité, la responsabilité, mais aussi les migrants. Le tout avec une jolie sensibilité et une maturité étonnante. 

Quant à sa plume, elle court, fluide et légère, nous arrachant toutes sortes d'émotions, qui font que je vous recommande vivement ce roman. Il fut pour moi un très bon moment de lecture.

En bonus à la fin du livre, un entretien avec l'auteure, dont on sent qu'elle est "punchie"... 

Ma note 17

Ce livre participe au Challenge 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #46

Par Le 04/04/2016

La semaine dernière, ça a été une bonne semaine de lectures riches et variées.

*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

  

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Dans le silence de ton coeur d'Alice Ranucci

*lire :  Thank you Shakespeare de Philippe Torreton - Bertrand et Lola d'Angélique Barbérat - Art de Yasmina Reza

*commencer :  Vends maison de famille de François-Guillaume Lorrain

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?
 

Dans Lecture

Comédie française de Fabrice Lucchini

Par Le 03/04/2016

Editions Flammarion - Collection Essais littéraires - ISBN 9782081 379176 - 233 pages 

4è de couv'

Il nous a fait redécouvrir La Fontaine, Rimbaud et Céline. Il incarne l'esprit et le panache de la langue française. En prose, en vers et même en verlan, il a donné sa voix à d'immenses auteurs, auquels il sait faire respirer l'air de notre temps - en racontant la fureur du Misanthrope à l'ète du téléphone portable, ou la sensualité de "La Laitière et le pot au lait" sur l'air d'une publicité pour Dim. Il a quitté l'école à quatorze ans pour devenir apprenti coiffeur. Il est aujourd'hui l'un de nos plus grands comédiens, célébré pour ses lectures-spectacles, couronné par la Mostra de Venise pour son rôle dans son dernier film, L'Hermine.

Dans cette "fausse" autobiographie, Fabrice Luchini livre le récit d'une vie placée sous le signe de la littérature, à la recherche de la note parfaite.

Mon avis

Ce livre n'est pas une réelle autobiographie, mais quelques tranches de vie, écrites "sur commande" a dit l'auteur dans une émission, où il dit aussi ne pas prétendre être écrivain, ce qui est le cas.

Le livre est parlé plus qu'écrit et j'ai eu, tout le temps de ma lecture, sa voix dans l'oreille. Il nous parle de ses grandes figures littéraires : La Fontaine, Rimbaud, Barthes, Céline, et en cite de longs (parfois très longs) extraits. 

Ce que j'ai particulièrement aimé, c'est l'entendre décortiquer certaines oeuvres, que j'ai lues autrefois mais oubliées, et me redonner envie de m'y plonger, comme Voyage au bout de la nuit ou Le degré zéro de l'écriture.

J'aime énormément cet artiste, fougueux, parfois foutraque aussi, mais immensément passionné par notre belle langue. Je regrette de ne pas encore l'avoir vu en séances de lecture, autres que dans des émissions télé. Ca viendra peut-être quand il passera en province !!

Ma note 17

Dans Lecture

Nos âmes jumelles T1/Nos âmes rebelles T2 de Samantha Bailly

Par Le 01/04/2016

  

T1 - Editions Rageot - Date de sortie : 27 mai 2015 - ISBN 978-2700242881 - 312 pages

T2 - Editions Rageot - Date de sortie : 17 février 2016 - ISBN 978-2700249262​ - 280 pages

4è de couv'

L'une est blonde, l'autre brune. L'une solaire et populaire, l'autre timide et solitaire. Sonia dite Yuna écrit pour une association, Trames, qui publie un fanzine. Elle y rencontre Lou-Tiamat, qui s'affirme dans l'art du dessin suite au divorce brutal de ses parents. Leur amitié virtuelle se double d'échanges sur leurs créations et leur vie affective. Jusqu'au jour où les deux jeunes filles se rencontrent un week-end autour d'un projet…

Mon avis

Un roman jeunesse en 2 tomes qui aborde tous les thèmes propres à l'adolescence : l'amitié, les premières amours, la différence, la fête, la place d'Internet et du téléphone... mais aussi le divorce des parents, les choix d'orientation qui s'imposent au lycée et la difficulté qu'il y a à bien choisir... 

Bien ancré dans la réalité, il permet aux jeunes lecteurs de s'identifier aux personnages, notamment aux deux héroïnes qui sont attachantes, chacune dans son genre.  Nombre de messages sont "passés" au travers de cette histoire, tels que : "aller au bout de ses rêves, c'est possible" "attention à Internet et à ses mirages"... sans pour cela que le ton soit moralisateur. 

Sur deux années importantes, la Première et la Terminale, on suit Lou et Sonia qui deviennent amies, confidentes puis "associées" pour l'écriture de BD que l'une écrit et l'autre illustre. On a mois après mois, l'alternance des voix entre les deux jeunes filles. L'écriture mêle récit, SMS, dialogues, ce qui donne un rythme rapide à l'histoire. 

L'auteur, dont on sent qu'elle a mis beaucoup d'elle dans le roman, est une valeur sûre, passionnée par son métier et qui en parle facilement. 

A faire lire sans réserve aux ados ! 

Ma note 16 

 

Dans Lecture

La concubine russe de Kate Furnivall

Par Le 31/03/2016

Editions Charleston - Date de sortie : 7 mars 2016 - ISBN 9782368 120910 - 701 pages - Traduction de Elsa Maggion

4è de couv'

1928. Chassée de sa Russie natale par les bolchéviques, labelle Valentine s'est réfugiée avec sa fille Lydia à Junchow, au nord de la Chine. Elles tentent de survivre, aristocrates mais ruinées, méprisées par toute la colonie occidentale de la ville.Très vite, la jeune Lydia devient un pickpocket hors pair. Un jour, elle dérobe un somptueux collier de rubis, s'attirant aussitôt les foudres des redoutables triades. Condamnée à mort, elle est sauvée in extremis par un mystérieux Chinois, Chang An Lo. Entre eux naît une passion irrésistible, forcément impossible : tout les sépare. D'autant que Chang An Lo a rejoint le Parti communiste et vit dans la clandestinité, traqué par les troupes de Tchang Kaï-chek. Pourtant, incapable de résister à la sensualité de son amant, Lydia prend tous les risques. Peu à peu, le piège se referme sur le couple maudit. Lydia devra alors choisir : entre son amour impossible pour un fugitif consumé par ses idéaux et la fuite en Russie pour y retrouver ses racines...

Mon avis 

Un grand roman avec une belle et touchante histoire d'amour sur fond d'Histoire. Une période dont je ne savais rien  et sur laquelle j'ai beaucoup appris : la montée du communisme en Chine opposé au Kuomintang, les triades, le trafic de l'opium, une misère sociale terrible

De très beaux personnages, de nombreux fils narratifs passionnants, pas de temps morts dans le rythme, une écriture addictive, tous ces éléments m'ont permis d'aller au bout de ce roman malgré des passages d'une violence effroyable. 

Une histoire que je vous recommande vivement, dont la lecture provoque beaucoup d'émotions et que j'aurai du mal à oublier.

Ma note 16.5

Dans Lecture

L'origine de nos amours d'Erik Orsenna

Par Le 29/03/2016

Editions Stock - Date de sortie : 9 mars 2016 - ISBN 9782234 078925 - 288 pages

4è de couv'

« Un jour, je me suis remarié. Le lendemain, mon père quittait son domicile. Entre les deux événements, personne dans la famille n’a fait le lien. Et pourtant, mon frère est psychiatre. J’avais ma petite idée mais j’ai préféré la garder pour moi. Mon père, je le connaissais mieux que personne. Pour une raison toute simple : nous avions divorcé ensemble. Lui de ma mère, moi de ma première femme. Lui le lundi, moi le mercredi, de la même fin juin 1975. Et rien ne rapproche plus qu’un divorce en commun. Alors je savais que les coups de tête n’étaient pas son genre. Il suivait des plans, toujours généreux dans leur objectif, mais le plus souvent déraisonnables. Cet été-là, nous avons commencé à parler d’amour, mon père et moi. Nous n’avons plus cessé."

Mon avis

Nous avons ici l'Orsenna-fils de et non l'écrivain, le style est donc très différent. Des dialogues, des souvenirs d'enfance, pas de recherche particulière sur les mots et les phrases comme dans ses autres oeuvres. Aucune citation relevée, c'est un signe !!

J'avoue avoir été un peu gênée par ce grand déballage intime, surtout en sachant que la mère de l'auteur est encore vivante. Certes, l'écriture de cet ouvrage a sans doute eu un bienfait thérapeutique pour lui, mais tellement médiatisée que c'en est suspect, d'autant qu'il annonce déjà le même exercice autour de la personnalité de sa mère. L'humour, l'autodérision et le ton enlevé ne sauvent pas l'ensemble.

Autant j'aime la verve sympathique de l'auteur, sa fausse modestie, et ses écrits précédents, autant avec celui-ci, c'est un brin de déception qui me reste, une fois le livre refermé.

Ma note 14

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #45

Par Le 28/03/2016

La semaine dernière, j'ai bien lu, notamment un roman qui a été un COUP DE COEUR !

*j'ai terminé

 (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

  

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : La concubine russe de Mariam Petrosyan

*lire :  Nos âmes jumelles de Samantha Bailly et Comédie française de Fabrice Lucchini

*commencer : Dans le silence de ton coeur d'Alice Ranucci

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme ?

Dans Lecture

La fille de Brooklyn de Guillaume Musso

Par Le 27/03/2016

XO Editions - Date de sortie : 24 mars 2016 - ISBN 9782845 638082 - 470 pages

4è de couv'

Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. 
L’horizon scintillait. C’est là qu’Anna m’a demandé : « Si j’avais commis le pire, m’aimerais-tu malgré tout ? » 
Vous auriez répondu quoi, vous ? 
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l’aimerais quoi qu’elle ait pu faire. 
Du moins, c’est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d’une main fébrile, et m’a tendu une photo. 
– C’est moi qui ai fait ça. 
Abasourdi, j’ai contemplé son secret et j’ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours. 
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot. 
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu. 
Et depuis, je la cherche.

Mon avis 

Pour ma part, un nouveau cru Musso est toujours attendu avec impatience, et cette année j'avoue être encore plus séduite. Assurément, à mes yeux, c'est un des meilleurs.

L'histoire d'abord, qui met en scène un écrivain, partant à la recherche de sa future femme, disparue suite à une grosse dispute. Et l'imbroglio, en trois actes comme il se doit, va se mettre en place, de fil en aiguille, de Charybde en Scylla, on se dit à chaque fois que ça ne peut pas aller plus mal. Mais si, croyez-moi, jusqu'au twist inouï qui m'a choppée par surprise dans les trente dernières pages. 

Les personnages ensuite, sont très convaincants : Raphaël craquant en papa solo, qui est le narrateur pour certaines parties, accompagné dans sa recherche par son voisin Marc, ancien flic. Et puis la disparue dont le parcours s'affiche au fur et à mesure, tel un puzzle, à travers tous les personnages qui gravitent autour, et dont certains d'ailleurs écriront leur propre chapitre comme Florence et Tad. On court de Paris à Nancy, puis à New York, en un vrai tourbillon, étant donné que l'enquête court sur moins d'une semaine.

Le contexte encore, avec l'évocation des élections présidentielles américaines de 2016 et mille et une choses dans l'air du temps qui donnent encore plus de réalité au roman et l'ancre dans notre temps : le wasi-basi, le chou kale...

L'écriture enfin, qui coule, fluide, rapide, addictive, comme j'aime.  Avec comme corollaire, de dévorer le roman en quelques heures et de se dire qu'il faut attendre un an pour la nouvelle livraison... 

Vous l'aurez compris, une très belle réussite et un vrai coup de coeur pour moi qui le sera pour vous aussi, j'espère.

Ma note 19      coup-de-coeur-1.jpg

Citations

*La fiction était une échappatoire. Le billet d'avion le moins cher pour fuir la morosité du quotidien.

*J'avais rarement mieux à faire que de m'asseoir devant mon écran pour prendre des nouvelles de mes personnages.

*Pendant longtemps, j'avais détesté les appareils photos, ces cruelles machines à créer de la nostalgie.

Dans Lecture

Brillante de Stéphanie Dupays

Par Le 24/03/2016

Edition Mercure de France, Collection Bleue - Date de sortie : 14 janvier 2016 - ISBN 978-2715242760 - 192 pages

4è de couv

Claire est une trentenaire comblée. Diplômée d'une grande école, cadre marketting d'un groupe agroalimentaire, elle construit sa carrière avec talent. Dans son travail, elle a la confiance de ses supérieurs et gère des projets ambitieux. Sa vie privée est à l'avenant et le couple qu'elle forme avec Antonin, lui-même cadre dans la finance, renvoie l'image du bonheur parfait. Mais soudain, Claire vacille. Au travail, celle dont on louait les qualités se sent peu à peu évincée, des nouvelles recrues empiètent sur ses dossiers, sa supérieure hiérarchique lui tourne ostensiblement le dos.

Après une phase de déni, Claire doit se rendre à l'évidence : c'est la disgrâce ! Elle est placardisée. La descente aux enfers commence...

Mon avis 

Ce court roman est une peinture au vitriol du monde de l'entreprise qui exige tout de ses employés, leur temps, leur vie. Le retour n'est pas assuré et le risque d'être écarté existe, même sans raison réelle. La concurrence entre les employés est un type de management, sensé être créateur d'idées, d'innovation créatrice.  Claire s'y est soumise, consentante au-delà du raisonnable, et s'y est perdue. Hélas, je pense que rien n'est outré dans cette peinture ; c'est un monde que j'abhorre. L'humain y est bafoué, voire nié et le jeu est de tirer sur la ficelle le plus possible pour augmenter les profits et les dividendes des actionnaires. Sale argent !! Le paraître est plus important que l'être, que ce soit dans l'habillement, le logement, le couple... et l'on se retrouve entre soi, ceux qui ont fait les prestigieuses Grandes Ecoles (et encore, le Top 5 !)

L'écriture de ce premier roman est efficace (presque trop rapide), les personnages un peu caricaturaux (cf le repas avec les deux familles), et j'avoue que Claire m'a un moment fait pitié. Une lecture édifiante qui laisse un goût acide dans la bouche, tant on sent qu'on est proche de la réalité. 

Ma note 15

 

Dans Lecture

La renverse d'Olivier Adam

Par Le 23/03/2016

Editions Flammarion - Date de sortie : 6 janvier 2016 - ISBN 9782081 375956 - 267 pages

4è de couv'

Dans ce roman, Olivier Adam retrace l’itinéraire d’Antoine, dont la vie s’est jusqu’à présent écrite à l’ombre du scandale public qui a éclaboussé sa famille quand il était encore adolescent. 

Mon avis

Ouvrir un roman d'Olivier Adam, on le sait d'avance, ce n'est pas baigner dans une ambiance Bisounours. Il y a toujours de la mélancolie, de la désillusion, voire de la tourmente, mais sa plume ramassée et efficace me plaît infiniment. Une fois encore, nous avons une intrigue "musclée" sur fond de scandale politique et sexuel impliquant la mère du narrateur qui a 17 ans au moment des faits. Lui et son frère Camille (14 ans) vont vivre différemment l'évènement. Le plus jeune choisira d'aller vivre chez un oncle puis d'émigrer au Canada quand le narrateur fuit et pose un voile sur son passé. Sauf qu'au moment du décès d'un des protagonistes de l'affaire, il découvre que pour dépasser son passé, il faut, non l'ignorer, mais s'y confronter, se poser les bonnes questions. La fuite en avant ne règle rien et obère les chances d'accéder à une bonne vie. Le titre fait référence au changement de sens d'un courant de marée, métaphore de l'attitude du narrateur après ces dix ans de "blanc" dans son histoire.

J'ai bien aimé ce roman doux-amer et me suis vraiment attachée à Antoine, le narrateur. Les thèmes traités : les relations familiales, l'injustice, le "pouvoir" des politiques sur les petites gens, le mensonge poussé jusqu'à l'abjection, la manipulation, sont très forts et la mécanique en est bien décrite. Une lecture qui suscite la réflexion sur tous ces sujets (dont on trouve souvent illustration dans les faits divers) et que je vous recommande.

Ma note 15.5

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi #44

Par Le 21/03/2016

La semaine dernière, j'avais eu les yeux plus grands que le ventre en pensant lire 2 livres en plus de City on Fire. Celui-ci a été tellement fastidieux à lire que je n'ai pas lu beaucoup plus qu'un autre roman !!!


*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : La renverse d'Olivier Adam

*lire :  Brillante de Stéphanie Dupays et L'origine de nos amours d'Erik Orsenna

*commencer : La concubine russe de Mariam Petrosyan

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Dans Lecture

Jumelles de Saskia Sarginson

Par Le 20/03/2016

Editions Marabooks Poche - Date de sortie : 28 mai 2014 - ISBN 9782501 094580 - 410 pages

4è de couv' 

Isolte et Viola sont jumelles. Inséparables dans leur enfance, elles sont aujourd’hui des adultes très différentes : Isolte est rédactrice dans un magazine de mode et partage la vie d’un photographe en vue; Viola, détruite par l’anorexie, se consume peu à peu sur un lit d’hôpital. Les deux sœurs se parlent à peine. Pourquoi leurs chemins ont-ils pris des directions si différentes ? Quelle tragédie les a séparées ? Alors qu’elles tentent de démêler les fils du souvenir d’un été enfoui dans leur mémoire, les terribles secrets de leur passé remontent à la surface, menaçant de bouleverser leurs vies à jamais.

Mon avis

Je suis depuis toujours fascinée par la gémellité, si bien que le titre m'a accrochée immédiatement. Les critiques ne sont pas fameuses, mais tant pis je me lance.

Dans ce roman, ce sont tour à tour les points de vue de Viola et Isolte qui nous font découvrir leur histoire, présente mais aussi passée avec de nombreux flashbacks. Tout nous ramène à quelque chose qui s'est passé il y a longtemps (nous le découvrirons dans les 100 dernières pages du livre) et à la réaction bien différente de chacune des jumelles.

Je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages (sauf à Viola et John peut-être, dont on pouvait sentir la souffrance silencieuse). Et malgré une écriture plutôt facile à lire et de belles descriptions de la mer et de la forêt dans le Suffolk., il m'a manqué un je-ne-sais-quoi pour que cette histoire me transporte. Peut-être l'ambiance est-elle trop lourde, peut-être la narration est-elle trop hâchée ; on comprend bien que l'auteur ne veut pas dévoiler l'évènement trop tôt, mais on a souvent l'impression de tourner autour du pot... même si le rythme s'accélère un peu vers la fin. Enfin, la révélation n'est pas à la hauteur de l'attente,  

Quant au thème de la gémellité, il n'est pas traité en tant que tel. L'histoire n'aurait été pas été foncièrement différente si les filles avaient été "simplement" soeurs.

Bref, une lecture sans déplaisir mais sans addiction non plus.

Ma note  15

 

Dans Lecture

City on Fire de Garth Risk Hallberg

Par Le 18/03/2016

Editions Plon - Collection Feux Croisés - Date de sortie : 14 janvier 2016 - ISBN 9782259 228190 - 971 pages - Traduction d'Elisabeth Pellaert

4è de couv'

31 décembre 1976. New York se prépare pour le réveillon. Chez les Hamilton-Sweeney, Felicia accueille financiers et mondains tandis qu'à l'autre bout de la ville, dans le Lower East Side, Charlie, venu de Long Island, attend Sam pour assister à un concert punk. Mais Sam a un autre rendez-vous auquel elle tient plus que tout. Elle retrouvera Charlie dans quelques heures à la station de métro de la 72e Rue. À quelques encablures de là, dans Hell's Kitchen, Mercer Goodman tourne et retourne un délicat carton d'invitation. Et s'il se rendait à la réception des Hamilton-Sweeney pour retrouver Regan, cette sœur que William, en rupture avec sa famille, lui a toujours cachée ? Pourquoi ne pas saisir l'occasion d'en apprendre plus sur William, son amant, l'ancien leader du groupe punk Ex Post Facto ?
Bientôt, des coups de feu retentissent dans Central Park. Une ombre s'écroule dans la neige...
Qu'est-ce qui peut bien unir ces êtres – qui n'auraient jamais dû être amenés à se rencontrer – à un meurtre commis au cœur de Central Park ?

Au sein de ce roman choral, leurs histoires s'entremêlent et nous entraînent dans les recoins les plus infimes de la ville.

Mon avis

Ciel que cette lecture fut laborieuse et pourtant je n'ai pas réussi à l'abandonner, allez comprendre !!

Il y a quelque chose là-dedans d'addictif malgré le foisonnement de personnages, les changements d'époques, les multiples références littéraires, musicales, culturelles, le tout avec en fil rouge la ville de New York. Ca donne le tournis et cependant on s'accroche ; il y a le récit dont les sept livres  sont entrecoupés d'interludes :  une lettre, un reportage en 2 parties sur les artificiers, un magazine adolescent...  

L'auteur a voulu développer à l'extrême tous les personnages, être exhaustif, alors que s'il en avait approfondi seulement quelques-uns, j'aurais préféré. Le lecteur doit avoir une place et pouvoir se faire ses propres représentations. Tout n'a pas besoin d'être dit. Et puis tous ces flash-backs....

On se doute bien qu'à un moment donné, tous les fils tirés par l'auteur vont se rejoindre, mais ça ne s'offre pas sans peine, loin de là !! Je n'ai pas réussi à trancher pour savoir si c'est foutraquement brouillon ou magistralement agencé... L'auteur est prolixe, tourbillonnant à donner le tournis, nous livrant parfois des chapitres très ennuyeux, et j'ai eu plusieurs fois la tentation d'abandonner, je l'avoue, mais le livre VII m'a fait dire que j'ai bien fait de persévérer.

Bref, je vous laisse vous faire votre propre opinion, car je suis très mitigée.

Ma note  (entre 13 et 17, je ne sais pas !)

L'auteur a présenté son roman au Petit Journal de Canal+ le mardi 12 janvier dernier (de 12'11 à 17'43)

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi #43

Par Le 14/03/2016

La semaine dernière, j'ai lu pas mal, malgré le fait que j'ai été très occupée.


*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : City on Fire de Garth Risk Hallberg

*lire : Jumelles de Saskia Sarginson et La renverse d'Olivier Adam

*commencer : Brillante de Stéphanie Dupays

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

 

Et pour vous, quel est le programme de la semaine à venir ?

 

Dans Lecture

Trois jours et une vie de Pierre Lemaître

Par Le 13/03/2016

Editions Albin Michel - Date de sortie : 2 mars 2016 - ISBN 9782226 325730 - 279 pages 

4è de couv'

"A la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abbatit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien..."

Mon avis

Tout est dit dans les premières pages : qui a tué qui et pourquoi. Alors me direz-vous, pourquoi plus de 250 pages ? Et bien pour nous faire vivre les angoisses, doutes, peurs paniques d'Antoine, 16 ans, celui qui, par des concours de circonstances étonnants, dont la tempête du 27 décembre 1999, va échapper aux recherches. Le village de Beauval est un personnage important de l'histoire, également, avec ses rivalités, son usine en difficulté économique....

C'est étonnant comme construction, mais c'est un très bon roman psychologique, magnifiquement servi par la plume de Pierre Lemaître. Un bon moment de lecture que je vous recommande.

Ma note 16

Citations

*Elle fréquentait l'église quand elle avait besoin de secours. Dieu était un voisin un peu distant qu'on avait plaisir à croiser et  à qui on ne rechignait pas de demander un petit service de temps à autre. Elle allait à la messe de Noël comme on visite une vieille tante. (p. 91)

*La vie doit toujours reprendre le dessus, elle adorait cette expression. Cela signifiait que la vie devait continuer de couler, non pas telle qu'elle était mais telle qu'on la désirait. La réalité n'était qu'une question de volonté, il ne servait à rien de se laisser envahir par des tracas inutiles, le plus sûr pour les éloigner était de les ignorer, c'était une méthode imparable, toute son existence montrait qu'elle fonctionnait à merveille. (p. 150)

Dans Lecture

Ugly love de Colleen Hoover

Par Le 11/03/2016

Editions Hugo Romance - Date de sortie : 5 novembre 2015 - ISBN 9782755 622416 - 326 pages - Traduction de Pauline Duval

4è de couv'

Quand Tate Collins rencontre Miles Archer, elle sait que ce n'est pas le coup de foudre. Et pour cause, le beau pilote n'a de temps que pour les aventures sans lendemain. Ils ne peuvent pourtant pas nier leur attraction mutuelle, aussi immédiate que brûlante. Alors pourquoi ne pas se laisser séduire, quand le sexe est si bon ? Pas d'attaches, simplement la passion... Leur arrangement semble parfait, tant que Tate accepte de respecter les deux règles de Miles : Pas de question sur le passé, Ne pas espérer de futur.

Cependant, ils vont vite comprendre que le coeur ne suit pas d'autres règles que les siennes. L'amour, même quand il n'est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

Mon avis 

Un page-turner young adult dont je suis un peu déçue. Il faut dire que j'en avais lu ou écouté des louanges de la part de la blogosphère ou des youtubeuses. On y vantait la plume de l'auteur qui provoquait de belles émotions. 

Et bien, pour moi, ça ne l'a pas fait plus que ça. Oui, on tourne les pages, parce que le rythme est rapide grâce aux très nombreux dialogues, et que l'on veut comprendre ce qui s'est passé dans la vie de Miles, grâce aux points de vue croisés. Oui, la forme est originale quand il s'agit du passé du jeune homme. Mais au final, l'histoire est banale et prévisible et les personnages sans grande épaisseur. Ce n'est pas les quelques scènes un peu chaudes qui sauvent l'affaire. Sans doute suis-je trop "old adult" pour apprécier.

Une lecture vite faite et sans doute vite oubliée.

Ma note 14.5

Dans Lecture

La chute des princes de Robert Goolrick

Par Le 09/03/2016

Editions Anne Carrière - Collection 10/18 - Date de sortie : 7 janvier 2016 - ISBN 9782264 068293 - 237 pages - Traduction de Marie de Prémonville

4è de couv'

New York, années 1980. Robert Goolrick nous invite au bal des vanités, où une bande de jeunes hommes vont vendre leur âme au dollar et se consumer dans une ronde effrénée, sublime et macabre. Ils ont signé pour le frisson, une place sur le manège le plus enivrant que la vie ait à leur offrir.

Et ces princes vont jouer toute la partie : les fêtes, les drogues, l’alcool, les corps parfaits des deux sexes, les pique-niques dans la vaisselle de luxe, les costumes sur mesure taillés par des Anglais dans des tissus italiens, les Cadillac, le sexe encore et toujours, les suites à Las Vegas, des morts que l’on laisse en chemin mais pour lesquels il n’est pas besoin de s’attarder parce qu’on va les retrouver vite. Vite, toujours plus vite, c’est la seule règle de ce jeu. Aller suffisamment vite pour ne pas se laisser rattraper. Parce que les princes sont poursuivis par de terrifiants monstres : le sida, les overdoses, le regard chargé de honte de leurs parents, le dégoût croissant de soi-même, un amour s’excusant de n’avoir sauvé personne.

Mon avis 

Par petites touches et chapitres "thématiques", l'auteur nous fait découvrir l'univers de démesure des golden boys des eighties. Extravagances, transgressions, pas de limites dans les comportements ni les dépenses. Ils se sent(ai)ent au-dessus de tout et tout le monde. Cet étalage n'était pas sans cacher des fêlures. Et puis vient la chute, brutale pour certains, lente et inexorable pour d'autres, avec le désenchantement et la misère. "Quand on perd tout, on ne meurt pas. On continue simplement dans un pantalon ordinaire, sans rien dans les poches."

C'est une belle peinture d'une époque donnée de la société américaine qui avec l'argent facile a testé sexe facile, drogues, HIV et son cortège de morts ("on meurt, et on reste mort."). Pour le narrateur, il y aura une rédemption par notre grand Marcel (Proust) et le livre !

Une écriture sans fioritures pour dire les choses, le personnage pour lequel on ne peut s'empêcher d'avoir de l'empathie,  ingrédients qui font de ce roman un bon moment de lecture.

Ma note 16

 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #43

Par Le 07/03/2016

La semaine dernière, je n'ai pas beaucoup lu parce que beaucoup écrit, que mon plus jeune fils est venu d'Irlande passer quelques jours et que j'ai fait un stage d'écriture sur les dialogues.

Les mots ont tout de même occupés toute ma semaine...


*j'ai terminé

  (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

 

*j'ai commencé

 

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : La chute des princes de Robert E. Goolrick

*lire : City on Fire de Garth Risk Hallberg et Trois jours et une vie de Pierre Lemaître

*commencer : Jumelles de Saskia Sarginson

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

 

Et pour vous, quel est le programme de la semaine à venir ?

 

Dans Lecture

Le choeur des femmes de Martin Winckler

Par Le 06/03/2016

Editions Folio - Date de sortie : 2 février 2011 - ISBN 9782070 440399 - 671 pages

4è de couv'

Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de " Médecine de La Femme ", dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste ! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit ? Qu'il va m'enseigner mon métier ? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.

Mon avis 

A mes yeux, ce livre est un OLNI (objet littéraire non identifié), tour à tour roman, essai, journal de bord et guide pratique. 

Bien sûr, l'intrigue autour de Jean Atwood et l'évolution de son personnage au fil du roman sont intéressantes. Tout comme tout ce que l'on apprend sur la gynécologie "ordinaire" et l'écoute dûe aux patientes. Mais pas plus que les réflexions philosophiques, sociologiques sur le métier de gynécologue. Ni que sur la chirurgie réparatrice des organes sexuels. 

Les personnages sont attachants, voire bouleversants.  Frantz Karma, notamment, est d'un humanisme magnifique. 

En bref, vous l'aurez compris, j'ai aimé ce livre, dont j'ai parfois "passé" quelques pages (de descriptions des cas de patientes...), mais dont l'écriture dense et prenante m'a beaucoup plu. A lire et faire lire autour de soi, par hommes et femmes, sans modération.

Ma note 16

Ce livre participe au challenge 

Dans Lecture

Mes achats de février 2016

Par Le 04/03/2016

Ce mois-ci, 22 livres ont rejoint ma PAL, 

Livres papier

     

    

     

    

      

    

    

 

Dans Lecture

Les passants de Lisbonne de Philippe Besson

Par Le 01/03/2016

Editions Julliard - Date de sortie : 7 janvier 2016 - ISBN 9782260 029205 - 192 pages

4è de couv'

« On ne renonce jamais vraiment, on a besoin de croire que tout n'est pas perdu, on se rattache à un fil, même le plus ténu, même le plus fragile. On se répète que l'autre va finir par revenir. On l'attend. On se déteste d'attendre mais c'est moins pénible que l'abandon, que la résignation totale. Voilà : on attend quelqu'un qui ne reviendra probablement pas. »
Hélène a vu en direct à la télévision les images d'un tremblement de terre dévastateur dans une ville lointaine ; son mari séjournait là-bas, à ce moment précis.
Mathieu, quant à lui, a trouvé un jour dans un appartement vide une lettre de rupture.
Ces deux-là, qui ne se connaissent pas, vont se rencontrer par hasard à Lisbonne. Et se parler.
Une seule question les taraude : comment affronter la disparition de l'être aimé ? Et le manque ?
Au fil de leurs déambulations dans cette ville mélancolique, dont la fameuse saudade imprègne chacune des ruelles tortueuses, ne cherchent-ils pas à panser leurs blessures et à s'intéresser, de nouveau, aux vivants ?

Mon avis 

Je n'ai pas résisté à acheter la nouvelle production de l'auteur, tellement j'ai aimé De là, on voit la mer, lu en début de semaine.

L'auteur nous propose un court roman sur la solitude, qu'elle soit consécutive à un deuil ou à une rupture. Hélène et Mathieu vont réunir leur solitude pour évoquer leurs absents. Il y a beaucoup de pudeur, de sensibilité, de justesse dans les propos de ces personnages, qui s'écoutent et se font confiance.

L'atmosphère chaude de Lisbonne ajoute à l'ambiance pesante mais cependant enveloppante. J'ai retrouvé le style de l'auteur, avec les commentaires et les remarques du narrateur omniscient à la suite des mots prononcés par les protagonistes. Ce qui est sûr, c'est qu'il réussit de beaux portraits psychologiques, qui sonnent juste étant donné les circonstances de leur rencontre. Une écriture efficace.

Un bon moment de lecture.

Ma note 16

Citation

"En aimer un autre, est-ce que c'est trahir ?" On ne trahit pas les disparus. Ce sont eux qui nous trahissent. Parce qu'ils ont fait défaut, parce qu'ils sont partis, alors qu'on avait besoin d'eux, parce qu'ils ont filé sans préavis, parce qu'ils nous laissent avec le manque et aucune solution pour y remédier. Et quand ils ont lâché notre main, qui nous en voudrait d'en saisir une autre ?

 

Dans Lecture

Quelle semaine de lecture pour moi ? #42

Par Le 29/02/2016

La semaine dernière, j'ai bien lu, et terminé par un coup de coeur !!


*j'ai terminé

   (cliquer sur l'image pour voir mon billet)

*j'ai lu

      

   

*j'ai commencé

Cette semaine j'ai prévu de

*terminer : Le choeur des femmes de Martin Winckler 

*lire : La chute des princes de Robert Goolrick

*commencer : City on Fire de Garth Risk Hallberg

31gastonportantunepiledelivres1 09122007 125759

Et pour vous, quel est le programme de la semaine à venir ?

 

Dans Lecture

Envoyée spéciale de Jean Echenoz

Par Le 28/02/2016

Les Editions de Minuit - Date de sortie : 7 janvier 2016 - ISBN 9782707 329226 - 313 pages

4è de couv'

Constance étant oisive, on va lui trouver de quoi s'occuper. Des bords de Seine aux rives de la Mer Jaune, en passant par le fin fonds de la Creuse, rien ne devrait l'empêcher d'accomplir sa mission. Seul problème : le personnel chargé de son encadrement n'est pas toujours très bien organisé.

Mon avis 

Habituellement, quand on ouvre un Echenoz, c'est pour lire du sérieux (Courir avec Zatopek, 14 avec la Première guerre mondiale, Des éclairs sur Tesla...). Et bien là, pas du tout ! Embarquez à bord d'une histoire loufoque, foutraque, où l'on sent la jubilation de l'auteur à nous raconter une histoire rocambolesque de kidnapping et de services secrets. A tel point que parfois, je me disais que ce n'était pas lui qui l'avait écrit...

Des personnages de pieds nickelés, des situations ubuesques, des synchronicités qui n'en sont pas vraiment, des digressions, la prise à témoin du lecteur, le cocktail est tel que l'on peut se demander sous l'emprise de quel produit l'histoire a été écrite ! La "machine à fictions" a fonctionné à plein et j'ai bien senti la jubilation qu'il a mise dans cette écriture.

A découvrir sans barguigner !! même si ça ne restera pas, de loin, mon préféré.

Ma note 15

Dans Lecture

Journal d'un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

Par Le 26/02/2016

Editions Albin Michel - Date de sortie : 27 janvier 2016 - ISBN 9782226 321824 - 226 pages 

4è de couv'

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. »

Mon avis

L'auteur a choisi de tenir le journal de bord du gros pépin de santé qui aurait pu lui coûter la vie : une aplasie médullaire sévère, réfractaire, sorte d'asséchement de la moëlle osseuse. Cette activité d'écriture lui a permis de tenir le coup et de supporter traitements lourds, greffe, hospitalisation. Il a privilégié l'humour pour lui tenir compagnie, face à Dame Oclès qui le narguait avec le tranchant bien affûté de son épée. 

C'est à la fois très concret mais en même temps très pudique. Il n'y a aucune sorte d'acrimonie envers ceux qui l'ont lâché, ni de pathos exagéré. La musique, l'écriture, l'amour de Rosy et l'affection de ses proches sont mis en valeur, esquissant le portrait d'un homme dont la renaissance lui permet de rendre hommage au personnel soignant et d'épuiser le sujet au travers d'un CD et d'un livre. Me restera l'image de l'écureuil roux sur son skate, avec un coeur gros comme ça !!

Une lecture touchante que je vous recommande, vraiment.

Ma note 17

Dans Lecture

De là on voit la mer de Philippe Besson

Par Le 24/02/2016

Editions 10/18 - Date de sortie : 2 janvier 2014 - ISBN 9782264 062772 - 185 pages

4è de couv'

Sur les hauteurs de Toscane, Louise se voue toute entière à l'écriture de son roman. Un exil volontaire qu'elle savoure loin de Paris et du mari qui l'attend, émancipée du monde. Quand Luca un jeune homme au charme insolent, réveille son désir, elle s'abandonne à la joie d'une liberté sans concession. Jusqu'à ce qu'un grave accident la rappelle au chevet de son mari...

Mon avis

Encore bonne pioche avec ce court roman, dont pourtant j'avais lu des critiques pas très flatteuses. Et bien, pour ma part, les deux fils narratifs, de l'adultère et de l'écriture, sur fond de liberté et d'émancipation, m'ont incitée à la réflexion et j'aime qu'il en soit ainsi. Etonnée par exemple avec la comparaison que fait Louise de l'écrivain avec un menteur ; ça m'a tenue un moment en gamberge !! Mais totalement d'accord sur le fait que la liberté exige des choix et parfois même des sacrifices, plus ou moins pesants selon l'objectif de vie que l'on se donne.

Pour ce qui est de l'écriture, no problemo, j'adore ! notamment les dialogues qui n'en sont pas vraiment entre Louise et François, son mari, et qui permettent à l'auteur de nous livrer les dilemnes auxquels sont soumis les personnages,  leurs pensées, raisonnements. Il y a une réelle efficacité dans la plume de Philippe Besson. C'est ciselé, ramassé, bien senti et ça fait mouche.

Un auteur que je découvre, mais dont je vais fouiller la bibliographie, sans aucun doute.

Ma note 17

Citation

*Mariée, certes. Mais indemne, identique. C'est ainsi qu'elle s'est imaginée. Et probablement l'a-t-elle été. Pendant quelques temps. Car, bien entendu, même malgré soi, avec le temps, on revêt les habits des époux et on est nimbé par une forme d'appartenance, et on est lesté par une sorte d'inertie, et on égare peu à peu la liberté et la jeunesse au profit du confort et d'une prétendue sérénité. (p. 121)

Ce roman participe au Challenge Livresque - Top 50 pour Un livre dont les critiques sont mauvaises.

et au Challenge 

Dans Lecture

Laver les ombres de Jeanne Benameur

Par Le 23/02/2016

Editions Actes Sud - Collection Babel - Date de sortie : 15 août 2010 - ISBN 9782742 793006 - 157 pages

4è de couv'

Lea danse, jetée à corps perdu dans la perfection du mouvement. Elle est chorégraphe par nécessité. Lea aime, mais ne peut s'abandonner à Bruno, peintre de l'immobile. En pleine tempête, elle part vers l'océan retrouver sa mère, celle qui s'est toujours tue. Alors ont lieu l'épreuve de la parole et celle de l'écoute. Jusqu'où une mère peut-elle dire ? Jusqu'où une fille peut-elle entendre ? C'est ce péril fertile de la parole partagée qui est au coeur du roman. Il conduira au corps d'une jeune fille de seize ans livré dans une maison close pendant la guerre, à Naples. Il conduira à l'énigme de l'amour qui consent et soumet. il conduira au mystère de l'enfantement. Par le jeu de onze tableaux dévoilant la vie des absents en contrepoint de la ligne narrative, dans une langue retenue et vibrante, Jeanne Benameur chorégraphie les secrets de la transmission et la fervente assomption des mots qui délivrent.

Mon avis

Une écriture dépouillée, sans "gras", juste les mots qu'il faut, pour ce court roman sur l'indicible qui se livre au cours d'un soir de tempête. Les thèmes du corps, du secret et de la relation mère-fille traités comme toujours par une Jeanne Benameur toute en finesse, en sensibilité, en délicates