Histoire

  • Marie Curie prend un amant d'Irène Frain

    Editions du Seuil - Date de sortie : 8 octobre 2015 - ISBN 9782021 183061 - 349 pages

    4è de couv'

    Le 4 novembre 1911, un journal parisien à grand tirage livre à l'opinion cette nouvelle extravagante : "Marie Curie a un amant." A l'époque, Pierre, son mari, le savant avec lequel elle a eu son premier prix Nobel en 1903, est mort depuis cinq ans. Mais Marie a le tort d'être femme, d'être célèbre, d'être une "étrangère" (elle est d'origine polonaise), d'être "juive" à en croire certains de ses pourfendeurs (ce qui n'est pas le cas). Comme le capitaine Dreyfus vingt ans plus tôt, il faut l'abattre. Et peu importe que la célèbre veuve, qui s'apprête à recevoir son deuxième prix Nobel, soit une icône de la science mondiale. Son amant, c'est Paul Langevin, ami d'Einstein, lui aussi savant d'exception, familier des Curie aux temps héroïques. Mais Paul est marié. Et l'adultère excite la presse à scandale. Pour percer le secret qui attacha si fort Marie Curie à cet homme, au risque d'y perdre sa réputation et d'y laisser la vie, Irène Frain a interrogé des lieux méconnus, des archives négligées, des photos oubliées. Et c'est une bouleversante et inédite histoire d'amour qu'elle nous donne à lire dans ce "thriller médiatique" d'une terrible modernité.

    Mon avis

    J'ai été tout de suite attirée par le sujet de ce livre, car Marie Curie est une des Figures de l'Histoire que j'admire ; cependant, je craignais un peu une biographie, certes documentée, mais un peu linéaire et ennuyeuse. Eh bien j'ai été très agréablement surprise, car j'ai lu ce qu'on appelle un "roman vrai". Irène Frain dont j'ai déjà lu beaucoup de romans (Devi, Modern Style, Le Nabab, Secret de famille, ....) a une réelle habileté pour faire vivre les personnages et nous les rendre proches et attachants. 

    Très respectueuse d'eux, elle utilise savamment le fruit de ses nombreuses recherches, et déduit avec finesse les éventuels blancs de l'histoire qu'elle nous propose de combler. C'est fait habilement, d'une plume agréable à lire. 

    Sur le fond, j'ai été surprise par la "modernité" de ce lynchage médiatique orchestré par la presse de l'époque. Marie Curie réussissait admirablement dans son domaine, était une brillante scientifique, MAIS était une femme (dans un monde exclusivement masculin, à une époque fortement mysogine), une étrangère et l'amante d'un homme marié. A l'heure du scandale, tout ces "handicaps" ressurgissent, les admirateurs et collègues se défilent. Ne reste qu'un petit cercle restreint pour la soutenir. Vaillante et déterminée, elle reste debout et refuse de se laisser impressionner. 

    Quant à l'histoire d'amour avec Paul Langevin, je n'ai pas autant "accroché" qu'à celle avec Pierre Curie. Certes Paul a souhaité protéger sa famille et surtout ses enfants, mais je n'ai pas rencontré l'amoureux plein de panache auquel je m'attendais. Je l'ai trouvé assez opportuniste, profitant de l'aura de Marie et aussi de son argent, assez faible, passant à travers les gouttes du scandale sans dommage et créant un autre couple parallèle ensuite. Moi en tout cas, il ne m'a pas séduite !! 

    J'ai beaucoup aimé croiser d'aussi près les grands scientifiques qui, au début du XXè siècle, ont dessiné au fil de leurs recherches, le monde dans lequel nous vivons : les Curie et Langevin bien sûr, mais aussi Jean Perrin, l'ami admirable à qui nous devons le Palais de la Découverte et le CNRS, Paul Painlevé, Einstein... Leur passion pour la recherche, le bouillonnement intellectuel qui les animaient sont très bien rendus. Je ne sais pas si, de nos jours, la course à l'argent ne pervertit pas un peu cet enthousiasme... 

    Ce fut donc une vraie lecture-plaisir au cours de laquelle j'ai beaucoup appris sur cet aréopage de scientifiques mais aussi sur la période. Que demander de mieux ?

    Ma note 17 

  • Aliénor, un dernier baiser avant le silence de Mireille Calmel

    XO Editions - Date de sortie : 8 octobre 2015 - ISBN 978-2845637177​ - 488 pages 

    4è de couv'

    1204. À l’heure où la majestueuse Aliénor tente une ultime fois de sauver son royaume, son fils Jean sans Terre règne sans partage sur l’Angleterre, déterminé à éteindre jusqu’au souvenir de son défunt frère, l’illustre Richard Cœur de Lion. 
    Traquée jusqu’au cœur de la forêt de Brocéliande, sa filleule, la belle et puissante Eloïn Rudel, descendante de Merlin et compagne illégitime de Richard Cœur de Lion, rédige pour leurs enfants les mémoires de sa vie d’aventures. Car elle est la seule à posséder l’arme capable de contrer Jean et de protéger les siens : La vérité. Comme un dernier baiser avant le silence.

    Mon avis

    Ah la la, quel beau roman coup de coeur ! Déjà le plaisir de retrouver Aliénor et tout son entourage, des personnages hauts en couleurs, profondément humains. Et puis la magie d'Avalon, Merlin et Brocéliande, l'histoire avec un grand H. Enfin, la plume passionnée de Mireille Calmel qui nous régale depuis une quinzaine d'années.

    J'ai beaucoup aimé que ce soit Eloïn qui raconte l'histoire à sa fille Anne. Elle écrit son livre d'heures pour laisser trace de son grand amour pour Richard Coeur de Lion, avec qui elle a eu ses deux enfants. Mais c'est aussi une forme de confession pour ses erreurs, et notamment pour l'attribution d'une des Flamboyantes à Philippe son fils, à qui elle n'était pas destinée.

    C'est plein d'émotions, d'aventures, on souffre avec Eloïn, on aime avec elle, on rit avec elle, on pleure aussi. Il y a des passages très émouvants, notamment la mort de Richard et celle de Loanna et Jaufré ou l'amitié avec Saladin. Le seul petit bémol, mais vraiment pour chicaner, c'est que j'aurais aimé passer plus de temps à Brocéliande...

    Je vous recommande donc vivement ces pages pour leur vrai souffle épique.

    Ma note 18.5

    coup-de-coeur-1.jpg

  • La vie quand elle était à nous de Marian Izaguirre

    Editions Albin Michel - Date de sortie : 1er octobre 2015 - ISBN 978-2226319340 - 400 pages - Traduction de Séverine Rosset

    4è de couv'

    « Quand la vie était à nous »… Lola regrette le temps où son existence était peuplée de promesses et d’illusions, de livres et de discussions enflammées, d’amour et de projets pour bâtir une Espagne démocratique. L’espoir de 1936.
    Quinze années ont passé et ses rêves se sont envolés. Il ne lui reste de cette époque, à elle et à son mari Matias, qu’une petite librairie-papeterie dans les ruelles sombres d’un quartier de Madrid. C’est dans ce modeste lieu de résistance culturelle que Lola fait la connaissance d’Alice, une anglaise dont elle partage la passion pour la littérature. Intriguée pour un livre en vitrine, Alice entraîne Lola dans une lecture singulière et bouleversante : La fille aux cheveux de lin, l’histoire de Rose, Anglaise comme elle, soupçonnée d’être la fille du duc d’Ashford…
    Des paysages de Normandie à l’Angleterre de la première guerre mondiale, du Paris des années folles à l’Espagne des Brigades internationales, la romancière Marian Izaguirre nous entraîne dans un véritable voyage à travers la littérature, vibrant hommage à la force des mots.

    Mon avis

    Un roman qui, une fois apprivoisée sa construction, vous emporte dans une belle histoire sur fond de grande Histoire. Il y a un roman dans le roman "La fille aux cheveux de lin", l'amour des livres et de la littérature, des personnages attachants aux deux différentes époques et un souffle d'aventure. 
    Il faut parfois quelques lignes au début des chapitres pour savoir quel fil narratif on suit, mais c'est un tout petit bémol en fin de compte. L'écriture est très visuelle et j'ai aimé me balader dans les rues de Madrid, de Paris et aussi l'évocation de toutes les figures intellectuelles, artistiques des Années Folles. 

    Un roman qui n'a pas fait de bruit à sa sortie et je trouve que c'est dommage. Alors je vous le recommande !

    Ma note 16.5

    Citations

    *J'ai déjà dit à quel point nous les femmes pouvons passer inaperçues quand notre vieillesse devient manifeste.

    *Le futur est le lieu le moins assuré de ceux qu'il nous est possible d'imaginer.

    *Parfois, avant de commencer ma lecture, surtout si c'est un nouveau livre, j'aime le garder entre mes mains. Henry disait que je réchauffais les livres comme les Anglais les théières.

    *Le bonheur doit fonctionner comme une drogue : il anesthésie et on ne se rappelle pas grand-chose au réveil !

    Ce livre participe au Challenge Top50 Livresque pour un livre écrit par une femme.

  • La clandestine du voyage de Bougainville de Michèle Kahn

    Editions Points - Collection Grands Romans - Date de sortie : 26 février 2015 - ISBN 9782757 848968 - 247 pages

    4è de couv'

    Jeanne est une fille de la terre, une guérisseuse qui connaît le secret des plantes. Lorsque Philibert, son amant, botaniste éminent, est chargé par le Roi d'une expédition scientifique, elle n'hésite pas à se travestir pour le suivre en mer. Car en 1766, les femmes sont interdites à bord ! Bégonias, vanilles, jasmins, il y a tant à découvrir. Et peut-être sera-t-elle la première à faire le tour du monde...

    Mon avis

    Récit historique très documenté, basé sur une histoire réelle. On y apprend beaucoup de choses sur ce tour du monde à l'initiative de Bougainville. Jeanne Baret est un personnage fort, courageux, jusqu'auboutiste. 

    Mais, car il y a un mais, j'ai trouvé qu'il manquait du souffle et du rythme au texte. Est-ce pour mieux rendre la lenteur du périple ? En tout cas, pour ma part, ça m'a empêchée d'apprécier pleinement le roman.

    Ma note 14.5

  • Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant de Bernard Prou

    Editions de la Brouette - Mai 2014 - ISBN 9782954 896601 - 354 pages

    4è de couv'

    À la veille de sa mort, Guy de Maupassant connaît une ultime idylle avec la peintre Lioubov Andréievna Vassilkova. Les tribulations d'Alexis, leur fils irrévélé, le conduisent dans la Russie révolutionnaire. Bientôt le jeune médecin fait partie de l'entourage proche de Staline et se retrouve déporté au goulag de Mirny, en Sibérie, où il est initié à la franc-maçonnerie dans une loge clandestine. Ses engagements, sa bonne fortune, l'appui occulte d'un chamane yakoute et l'amour de la belle Ayami, lui rendent la liberté et la France de son enfance. En 1940, Alexis rejoint la Résistance dans le maquis de Haute-Loire. Les aventures d'Alexis Vassilkov, personnage hors du commun que le dramaturge Fernando Arrabal a qualifié de héros strogoffien, épousent les turbulences du XXème siècle jusque bien après-guerre dans un même souffle épique et picaresque.

    Mon avis

    J'ai acheté ce roman sur les conseils, que dis-je ? au vu de l'enthousiasme dithyrambique du très médiatique Tintin de la Librairie, j'ai nommé Gérard Collard de la Librairie La Griffe Noire à St Maur des Fossés.

    On a là un vrai, vrai roman d'aventures ! On peine à y croire tant c'est trépidant, foisonnant : Maupassant, Staline, le Goulag, la franc-maçonnerie, la Résistance, cet homme aura tout vécu. Une vie si inouïe qu'un romancier oserait à peine l'inventer. Il y a des moments très sombres, mais toujours la lumière au bout du tunnel.

    C'est bien écrit, dans une langue précise, parfois crue, mais soignée et très fluide. On apprend beaucoup et je vous le recommande chaudement.

    Ma note 16.5

     

  • Les amazones de Bohème de Joëlle Wintrebert

    Editions Robert Laffont - Date de sortie : 9 septembre 2005 - ISBN 9782221 096055 - 299 pages

    4è de couv'

    Au VIIIe siècle, en Bohême, une princesse crée le scandale.
    Révolutionnaire, visionnaire, Libuse, non contente d'abolir l'esclavage et d'imposer l'égalité entre les sexes, s'entoure d'une garde de filles. A leur tête, la redoutable Wlasta. Alors que le futur Charlemagne, arme au poing, christianise les pays voisins, Libuse meurt. Wlasta refuse le retour à l'ordre ancien et se rebelle. Elle fonde un Etat indépendant, où les femmes sont libres de leurs vies et de leurs amours.
    Mais combien de temps cette poignée de révoltées va-t-elle pouvoir défendre son utopie ? Et quel tribut devra-t-elle payer pour sa liberté ? d'une plume épique et sensuelle, Joëlle Wintrebert donne chair et sang à ce mythe fondateur de Prague qui traversa les siècles et les révolutions.

    Mon avis 

    Trois femmes sont les figures principales de ce très beau roman : Libuse, reine de Bohème au VIIIè siècle, détentrice du don de prophétie, ce qui l'avait portée au trône ; Wlasta la guerrière, amazone, capitaine de sa garde féminine et Danna, sa conseillère. Toutes trois femmes qui ont beaucoup souffert en cette époque rude et violente. Des relations très fortes entre elles vont conduire les deux dernières, après la mort de Libuse, à continuer son oeuvre : libérer les femmes de la toute-puissance masculine. Elles vont créer leur propre communauté pour s'opposer à Premysl, le nouveau souverain, époux de Libuse. Ca parle religion avec l'opposition entre évangélistes et polythéïstes, sexualité avec l'amour libre et l'homosexualité tolérée par Libuse et de mise chez les amazones, rébellions, massacres, tortures.... Un épisode de quelques années, tragique, mais véridique.

    Tous les ingrédients d'une histoire forte et belle, autour de personnages complexes auxquels on s'attache rapidement. Portée par une langue soignée au vocabulaire choisi et aux tournures parfois très poétiques.

    Un très bon moment de lecture que je vous recommande chaleureusement.

    Ma note 17

    Ce livre participe au Challenge Livresque - Top 50 pour : Un livre dont l'action se passe dans un autre pays.