chronique sociale

La rentrée n'aura pas lieu - Stéphane Benhamou

Editions Don Quichotte - Date de sortie : 25 août 2016 - ISBN 9782359 495676 - 170 pages

4è de couv'

Comme chaque année, pour les traditionnels retours des vacanciers, Bison futé avait prévu que les 26 et 27 août seraient des journées noires sur les routes. Mais aux péages, comme dans les gares et les aéroports, on ne vit personne revenir. Onze millions d’Aoûtiens avaient, semble-t-il, décidé de faire la rentrée buissonnière.

Cette année-là, sans se concerter, sans obéir au moindre mot d’ordre, 11 millions d’Aoûtiens ne reprirent pas le chemin du travail et de l’école à la fin août.

Pandémie de burn-out face à la crise qui n’en finissait plus, au terrorisme qui, on ne cessait de le répéter, ne manquerait pas de frapper encore, abstention généralisée devant la menace de moins en moins fantôme d’une élection présidentielle terrifiante ?

Mon avis 

Un récit amusant, cynique, aux forts accents de possible (ex : la panique dans les ministères, où ne connaissant pas les agents, on met la main sur le lambda pour l'envoyer en mission). Beaucoup, de tous ordres, sont égratignés au passage, souvent à juste titre,  c'est fait avec légèreté et humour au début. Malheureusement, à mon goût, la fin fait "pschitt" comme le pétard mouillé d'un feu d'artifice que l'on aurait aimé plus fou, plus flamboyant.

C'est très court (trop), ça se lit vite, et au final, ça laisse un petit goût de déception

Ma note 14

L'auteur   

Sfumato de Xavier Durringer

Editions Le Passage - Date de sortie : 27 août 2015 - ISBN 9782847 423099 - 351 pages

4è de couv'

La vie de Raphaël est coupée en deux. D'un côté, le vertige rock'n'roll au 1 passage de la Main d'Or. Les rapports fumeux avec ses voisins, ses histoires d'amour hallucinantes, ses nuits à s'enfermer dans le théâtre Marie Stuart, son ami Simon largué par la femme de sa vie après une semaine de vie commune, son petit frère qui cherche par tous les moyens à s'échapper en se diluant dans une petite cuillère. Et le souvenir mordant de Madeleine, fille d'un écrivain célèbre, ancienne mannequin cramée par la coke. De l'autre, sa rencontre énigmatique avec Viktor, vieux juif russe initié, batteur de jazz et ancien conseiller à la Maison Blanche, qui lui ouvre les portes d'un univers inconnu, merveilleux et effrayant. Devant La Joconde, Viktor affirme que ce n'est pas un tableau mais une cartographie. Et que lui, Raphaël, doit retrouver l'endroit caché sous les voiles brumeux du sfumato. Et si tout cela n'était qu'une énorme farce, un grand jeu où Raphaël se serait définitivement perdu ? Il n'y a pas de hasard sans cause.

Mon avis 

J'ai acheté le livre après avoir vu l'entretien de Xavier Durringer avec Philippe Chauveau sur Web-TV Culture. J'ai aimé la personnalité de cet homme, que j'ai trouvé authentique, sans fard, qui énonce comme une évidence des choses qui me "parlent", par exemple quand il dit que nous sommes transformés par les rencontres que l'on fait, qu'il faut VIVRE toutes les expériences possibles... Bref, l'auteur que je découvrais m'a bien "vendu" son premier roman.

Xavier Durringer est auteur dramatique, scénariste et homme de théâtre, et ça se ressent dans son écriture. J'adore son style vif et nerveux, avec souvent des images superbes comme  "J'ai regardé les sapins enneigés (...). De grandes princesses enracinées portant des manteaux d'hermine."

On suit avec grand plaisir les personnages paumés, mais terriblement humains, leurs vies de losers, leurs errements, autour de Raphaël, qui lui-même cherche un sens à sa vie. Et puis il y a l'entrée en scène de Viktor, personnage énigmatique, qui fait figure de passeur, de mentor pour Raphaël, le mettant sur le chemin de la connaissance. Mystères, Kabbale, hermétisme, technique picturale du sfumato utilisée par Leonard de Vinci, Viktor révèle, transmet, à un Raphaël éberlué qui ne sait que faire de tout cela et qu'il consigne tant bien que mal dans ses Moleskine, avant de partir sur les routes. Cette partie peut paraître surprenante, tant le style en est différent, preuve que l'auteur aime et maîtrise notre langue.

Le théâtre est moins présent qu'annoncé, mais on sent néanmoins que Xavier Durringer a mis beaucoup de lui-même dans ce roman, sans pour autant faire une bio. Ca sonne juste. C'est une très belle découverte que cette quête initiatique. Un auteur que j'aurai grand plaisir à lire à nouveau.

Ma note 17

La passion d'Emma de Penelope Williamson

Couverture La passion d'Emma

Editions Retrouvées - 22 janvier 2014 - ISBN 978-2365590679 -  455  pages 

Résumé

Rhodes Island, 1890. Belle, vive et généreuse, Emma Tremayne dissimule un tempérament de feu qui ne sied pas à une jeune fille de bonne famille. Elevée dans le strict respect des convenances, elle s'apprête à se marier avec Geoffrey, riche industriel qu'elle connaît depuis l'enfance. Une seule journée va infléchir le cours de son destin. Emma prend conscience de la misère dans laquelle vivent les immigrants irlandais et éprouve une forte attirance pour Shay, un homme taciturne à la beauté sombre et rude. En frayant avec les gens du peuple, elle bafoue les règles de son milieu et on ne le lui pardonnera pas.

Pourquoi -comment ce livre ?

Trouvé lors de ma "virée" à la Librairie Mollat de Bordeaux le mois dernier, la dentelle du vêtement sur la couverture m'a attirée, la 4è de couverture a fait le reste en parlant des immigrants irlandais.

Mon avis 

Si vous aimez les personnages qui, dès les premières pages, vous prennent par la main et vous entraînent avec eux dans leur histoire, vous aimerez Emma et Bria et leur belle amitié, Shay le fougueux passionné, les enfants, les frères Walcott, Maddie et les autres....

Si vous aimez l'histoire de l'héritière rebelle, généreuse, et du gars pauvre et fier, dont on espère jusqu'au bout qu'elle se terminera bien, vous suivrez avec plaisir l'éclosion de cet amour que tout le monde dit impossible, 


Si vous aimez les romans évoquant une période et des évènements historiques forts, vous aurez là une peinture sociale de Rhode Island en 1890 et l'envie d'en savoir plus sur la vague d'immigration des irlandais aux Etats Unis au cours du XIXè,

Si vous aimez les plumes fluides qui vous font tourner les pages, jusqu'à en oublier de préparer le repas ou d'aller au boulot, vous admirerez celle de l'auteur, 

Ce roman est donc écrit pour vous, et je souhaite qu'il vous ravisse comme il l'a fait pour moi. Bonne lecture !!

Citation

*Tu crois que parce que l'homme riche a de la glace en été et le pauvre en hiver, les hommes sont égaux, dans ton Amérique et devant ton Dieu ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×