auteur française

  • Marie Curie prend un amant d'Irène Frain

    Editions du Seuil - Date de sortie : 8 octobre 2015 - ISBN 9782021 183061 - 349 pages

    4è de couv'

    Le 4 novembre 1911, un journal parisien à grand tirage livre à l'opinion cette nouvelle extravagante : "Marie Curie a un amant." A l'époque, Pierre, son mari, le savant avec lequel elle a eu son premier prix Nobel en 1903, est mort depuis cinq ans. Mais Marie a le tort d'être femme, d'être célèbre, d'être une "étrangère" (elle est d'origine polonaise), d'être "juive" à en croire certains de ses pourfendeurs (ce qui n'est pas le cas). Comme le capitaine Dreyfus vingt ans plus tôt, il faut l'abattre. Et peu importe que la célèbre veuve, qui s'apprête à recevoir son deuxième prix Nobel, soit une icône de la science mondiale. Son amant, c'est Paul Langevin, ami d'Einstein, lui aussi savant d'exception, familier des Curie aux temps héroïques. Mais Paul est marié. Et l'adultère excite la presse à scandale. Pour percer le secret qui attacha si fort Marie Curie à cet homme, au risque d'y perdre sa réputation et d'y laisser la vie, Irène Frain a interrogé des lieux méconnus, des archives négligées, des photos oubliées. Et c'est une bouleversante et inédite histoire d'amour qu'elle nous donne à lire dans ce "thriller médiatique" d'une terrible modernité.

    Mon avis

    J'ai été tout de suite attirée par le sujet de ce livre, car Marie Curie est une des Figures de l'Histoire que j'admire ; cependant, je craignais un peu une biographie, certes documentée, mais un peu linéaire et ennuyeuse. Eh bien j'ai été très agréablement surprise, car j'ai lu ce qu'on appelle un "roman vrai". Irène Frain dont j'ai déjà lu beaucoup de romans (Devi, Modern Style, Le Nabab, Secret de famille, ....) a une réelle habileté pour faire vivre les personnages et nous les rendre proches et attachants. 

    Très respectueuse d'eux, elle utilise savamment le fruit de ses nombreuses recherches, et déduit avec finesse les éventuels blancs de l'histoire qu'elle nous propose de combler. C'est fait habilement, d'une plume agréable à lire. 

    Sur le fond, j'ai été surprise par la "modernité" de ce lynchage médiatique orchestré par la presse de l'époque. Marie Curie réussissait admirablement dans son domaine, était une brillante scientifique, MAIS était une femme (dans un monde exclusivement masculin, à une époque fortement mysogine), une étrangère et l'amante d'un homme marié. A l'heure du scandale, tout ces "handicaps" ressurgissent, les admirateurs et collègues se défilent. Ne reste qu'un petit cercle restreint pour la soutenir. Vaillante et déterminée, elle reste debout et refuse de se laisser impressionner. 

    Quant à l'histoire d'amour avec Paul Langevin, je n'ai pas autant "accroché" qu'à celle avec Pierre Curie. Certes Paul a souhaité protéger sa famille et surtout ses enfants, mais je n'ai pas rencontré l'amoureux plein de panache auquel je m'attendais. Je l'ai trouvé assez opportuniste, profitant de l'aura de Marie et aussi de son argent, assez faible, passant à travers les gouttes du scandale sans dommage et créant un autre couple parallèle ensuite. Moi en tout cas, il ne m'a pas séduite !! 

    J'ai beaucoup aimé croiser d'aussi près les grands scientifiques qui, au début du XXè siècle, ont dessiné au fil de leurs recherches, le monde dans lequel nous vivons : les Curie et Langevin bien sûr, mais aussi Jean Perrin, l'ami admirable à qui nous devons le Palais de la Découverte et le CNRS, Paul Painlevé, Einstein... Leur passion pour la recherche, le bouillonnement intellectuel qui les animaient sont très bien rendus. Je ne sais pas si, de nos jours, la course à l'argent ne pervertit pas un peu cet enthousiasme... 

    Ce fut donc une vraie lecture-plaisir au cours de laquelle j'ai beaucoup appris sur cet aréopage de scientifiques mais aussi sur la période. Que demander de mieux ?

    Ma note 17 

  • Aliénor, un dernier baiser avant le silence de Mireille Calmel

    XO Editions - Date de sortie : 8 octobre 2015 - ISBN 978-2845637177​ - 488 pages 

    4è de couv'

    1204. À l’heure où la majestueuse Aliénor tente une ultime fois de sauver son royaume, son fils Jean sans Terre règne sans partage sur l’Angleterre, déterminé à éteindre jusqu’au souvenir de son défunt frère, l’illustre Richard Cœur de Lion. 
    Traquée jusqu’au cœur de la forêt de Brocéliande, sa filleule, la belle et puissante Eloïn Rudel, descendante de Merlin et compagne illégitime de Richard Cœur de Lion, rédige pour leurs enfants les mémoires de sa vie d’aventures. Car elle est la seule à posséder l’arme capable de contrer Jean et de protéger les siens : La vérité. Comme un dernier baiser avant le silence.

    Mon avis

    Ah la la, quel beau roman coup de coeur ! Déjà le plaisir de retrouver Aliénor et tout son entourage, des personnages hauts en couleurs, profondément humains. Et puis la magie d'Avalon, Merlin et Brocéliande, l'histoire avec un grand H. Enfin, la plume passionnée de Mireille Calmel qui nous régale depuis une quinzaine d'années.

    J'ai beaucoup aimé que ce soit Eloïn qui raconte l'histoire à sa fille Anne. Elle écrit son livre d'heures pour laisser trace de son grand amour pour Richard Coeur de Lion, avec qui elle a eu ses deux enfants. Mais c'est aussi une forme de confession pour ses erreurs, et notamment pour l'attribution d'une des Flamboyantes à Philippe son fils, à qui elle n'était pas destinée.

    C'est plein d'émotions, d'aventures, on souffre avec Eloïn, on aime avec elle, on rit avec elle, on pleure aussi. Il y a des passages très émouvants, notamment la mort de Richard et celle de Loanna et Jaufré ou l'amitié avec Saladin. Le seul petit bémol, mais vraiment pour chicaner, c'est que j'aurais aimé passer plus de temps à Brocéliande...

    Je vous recommande donc vivement ces pages pour leur vrai souffle épique.

    Ma note 18.5

    coup-de-coeur-1.jpg

  • L'amour en un clic de Lilly Sweet

    Editions Lilly Sweet - Date de sortie : 29 novembre 2015 - ASIN B018YGB2VW - 2011 KB

    4è de couv'

    Je me présente, Vicky, chroniqueuse pour un journal du Sud-Ouest. Tellement passionnée par mon travail que j’en ai oublié ma vie privée. Ça s’est retourné contre moi quand mon petit ami m’a trompée avec une femme rencontrée sur internet. J’ai toujours refusé d’écrire sur l’amour et tout ce qui l’entoure. C’est un sujet bien trop personnel et bien trop complexe pour le chroniquer. Mais c’était sans compter sur le nouveau patron. Il m’a imposé le thème « Les rencontres sur internet ». Une blague ? C’est ce que j’ai pensé. Après tout, je viens de me faire larguer à cause de l’un de ces sites. Non seulement je vais devoir écrire sur l’amour, mais en plus avoir des rendez-vous avec de parfaits inconnus masculins alors que je ne veux plus rencontrer d’hommes ! Deux sites, cinq rendez-vous, cinq chroniques. Pourquoi ai-je l’impression que ce mois-ci sera le plus long de toute ma carrière ? L’amour en un clic ? Bah voyons !

    Mon avis

    Quelques heures de lecture détente, sans prétention, sous un plaid avec un bon thé chaud.

    L'histoire est sans grande surprise, et on y trouve les clichés codes du genre (tous les mâles sont beaux et bâtis comme des dieux, toutes les filles belles et bien foutues, l'inévitable meilleur ami gay). Mais on le sait à l'avance quand on choisit le livre et on le lit sans déplaisir parce qu'il y a du rythme, notamment grâce aux dialogues. Le seul vrai bémol reste les fautes d'orthographe qui émaillent le texte...

    Ma note 14.5

    Ce livre participe au Challenge Top50 Livresque pour un livre dont le titre contient un nombre.

  • La clandestine du voyage de Bougainville de Michèle Kahn

    Editions Points - Collection Grands Romans - Date de sortie : 26 février 2015 - ISBN 9782757 848968 - 247 pages

    4è de couv'

    Jeanne est une fille de la terre, une guérisseuse qui connaît le secret des plantes. Lorsque Philibert, son amant, botaniste éminent, est chargé par le Roi d'une expédition scientifique, elle n'hésite pas à se travestir pour le suivre en mer. Car en 1766, les femmes sont interdites à bord ! Bégonias, vanilles, jasmins, il y a tant à découvrir. Et peut-être sera-t-elle la première à faire le tour du monde...

    Mon avis

    Récit historique très documenté, basé sur une histoire réelle. On y apprend beaucoup de choses sur ce tour du monde à l'initiative de Bougainville. Jeanne Baret est un personnage fort, courageux, jusqu'auboutiste. 

    Mais, car il y a un mais, j'ai trouvé qu'il manquait du souffle et du rythme au texte. Est-ce pour mieux rendre la lenteur du périple ? En tout cas, pour ma part, ça m'a empêchée d'apprécier pleinement le roman.

    Ma note 14.5

  • Les ennemis de la vie ordinaire d'Hélène Marienské

    Editions Flammarion - Date de sortie : 19 août 2015 - ISBN 9782081 366596 - 319 pages 

    4è de couv'

    Sept personnages addicts (alcoolisme, sport, jeux d'argent, sexe, cocaïne, etc.) sont réunis par Clarisse, la psy qui les suit, pour des séances de thérapie de groupe. Mais la cure ne les aide pas et ils décident tous les sept de s'associer pour gagner des tournois de poker en trichant et avoir enfin les moyens financiers pour nourrir leurs addictions.

    Mon avis 

    C'est suite au passage de l'auteur à La Grande Librairie que j'ai acheté son livre et je n'ai pas été déçue !

    Un roman un peu déjanté, porté par des personnages foutraques, des situations assez improbables quoique... et une plume réjouissante.

    C'est plein de vie et on sourit de ce groupe hétéroclite dans ses addictions, accompagnée par Clarisse, une psy assez inefficace il faut le dire, qu'ils poussent à la dépression. Mais ce qui est drôlissime c'est la façon dont ce ramassis d'épaves se soude à son insu et se lance dans une aventure foldingue.

    Un bon moment de lecture, qui fait du bien et que je vous recommande.

    Ma note 15

  • Otages intimes de Jeanne Benameur

    Editions Actes Sud - Date de sortie : 19 août 2015 - ISBN 978-2330053116 - 176 pages 

    4è de couv'

    Photographe de guerre, Etienne a toujours su aller au plus près du danger pour porter témoignage. En reportage dans une ville à feu et à sang, il est pris en otage. Quand enfin il est libéré, l'ampleur de ce qu'il lui reste à ré-apprivoiser le jette dans un nouveau vertige, une autre forme de péril. De retour au village de l'enfance, auprès de sa mère, il tente de reconstituer le cocon originel, un centre duquel il pourrait reprendre langue avec le monde. Au contact d'une nature sauvage, familière mais sans complaisance, il peut enfin se laisser retraverser par les images du chaos. Dans ce progressif apaisement, se reforme le trio de toujours. Il y a Enzo, le fils de l'Italien, l'ami taiseux qui travaille le bois et joue du violoncelle. Et Jofranka, l'ex petite fille abandonnée, avocate à La Haye, qui aide les femmes victimes de guerres à trouver le courage de témoigner. Ces trois-là se retrouvent autour des gestes suspendus du passé, dans l'urgence de la question cruciale : quelle est la part d'otage en chacun de nous ?

    Mon avis 

    Tout dans ce court roman nous atteint au plus profond : le sujet -le retour de l'otage et sa redécouverte de la vie et son impossibilité à oublier les images- et l'écriture. L'auteur cisèle des phrases qui nous prennent à la gorge, nous tirent les larmes, nous atteignent au tréfond de notre âme. "C'est dans les veines, au secret des poitrines que les mots fous se disent. Rien ne passe les lèvres." "Est-ce que chaque bonheur n'est pas là pour créer l'espérance du suivant ?" Il y a des phrases sur les ressentis de la mère qui touchent à l'universel, qui m'ont bouleversée. Les personnages sont beaux, forts de leurs faille, et c'est juste magnifique : l'histoire d'amitié à trois, puis la femme de là-bas et ses deux enfants, Irène...

    J'ai tellement aimé que je trouve difficile d'en parler sans affadir tout ce qui fait la grandeur de ce roman. Je peux seulement vous conseiller de le lire et vous souhaite d'y trouver autant de plaisir et d'émotions que j'en ai eus

    coup-de-coeur-2.jpg

    Ma note 18.5

×