Théâtre

Je renoue avec cet art que je n'ai pas "fréquenté" pendant des années, sans très bien savoir pourquoi...

Art de Yasmina Reza

Editions Magnard - Collection Lycée - Date de sortie : 30 août 2002 - ISBN 9782210 754478 - 122 pages

4è de couv'

Créée en 1994 à Paris dans une distribution irréprochable (Vaneck, Luchini, Arditi), la pièce « Art » a fait connaître Yasmina Reza sur les scènes du monde entier. C'est dire l'universalité des thèmes, l'humanité des personnages et la virtuosité des dialogues, qui font de cette pièce un classique de la comédie de moeurs. Comme chez Molière et Labiche, Feydeau et Jean-Michel Ribes, les lecteurs découvriront que le « goût des autres » reste le plus efficace des ressorts dramatiques, et combien la fantaisie la plus extravagante peut révéler d'angoisses existentielles.

Mon avis

Cette courte pièce de théâtre est une comédie sociale réjouissante, drôle, parfois acide, sur l'Art, l'amitié, les relations entre les êtres et ce qui les fait durer.

Le ton est vif, les personnages bien "typés" et une lectrice de Babelio m'a indiqué un enregistrement vidéo de l'oeuvre pour entendre les voix de Pierre Vaneck, Pierre Arditi et Fabrice Lucchini qui ont créé la pièce en 1994, et apprécier la mise en scène qui en a été faite.

Ma note 16

Thank you Shakespeare de Philippe Torreton

Editions Flammarion - Collection Essais littéraires - ISBN 9782081 379541 - 173 pages

4è de couv'

"Lire Shakespeare, c'est lire le monde. 
J'adorais ça : ces rois et ces reines inconnus, ce théâtre qui allait voir au-dehors, qui ne s'arrêtait pas aux portes capitonnées d'un salon ...
Je voulais tout jouer, Roméo ET Juliette, je n'arrivais pas à me décider. J'étais un athlète de l'art dramatique, prêt à en découdre. Je pouvais mourir d'amour, envahir la France, renier mes filles, réclamer un cheval, voir une forêt bouger, tuer ma femme dans son lit, j'étais prêt."

Mon avis

Après avoir lu Comédie Française de Lucchini la semaine dernière, me revoici au théâtre avec Philippe Torreton pour parler cette fois de Shakespeare. L'auteur voue une admiration immense à l'oeuvre du dramaturge anglais dont on va fêter fin avril le 400è anniversaire de la mort. "J'aime le théâtre de Shakespeare pour sa franchise, sa volonté farouche d'être ensemble pour nous raconter une histoire, cette impérieuse nécessité d'être compris par tous."

Il évoque les grands textes (Richard III, Henri V, Hamlet) qu'il a eu le plaisir de jouer, des anecdotes lors des répétitions ou des représentations, le plaisir de jouer, le collectif d'une troupe. Mais aussi les différences entre le théâtre shakespearien destiné à toute la population et en lien avec le public, et le théâtre français de la même époque, destiné aux nobles, à la cour et aux lettrés, dont l'écriture était verrouillée, notamment par la règle des 3 unités.

J'ai appris beaucoup de choses au cours de cette lecture qui m'a procuré bien du plaisir et que je vous recommande.

Ma note 16.5

Citations

*L'écriture de Shakespeare est un ambre translucide qui a capturé le bruit d'histoires vraies. (p.50)

*Jouer Shakespeare, c'est retrouver le bruit du monde au fond d'une jarre et l'apprendre par coeur, c'est respirer les embruns de tous les finistères humains et n'y regarder que les levers et couchers de soleil. (p.50)

*Tous les soirs, nous nous demandions pourquoi cet auteur si populaire, qui a usé sa vie à penser un théâtre pour tous, avait une telle réputation d'auteur compliqué, aujourd'hui. (p.51)

Comédie française de Fabrice Lucchini

Editions Flammarion - Collection Essais littéraires - ISBN 9782081 379176 - 233 pages 

4è de couv'

Il nous a fait redécouvrir La Fontaine, Rimbaud et Céline. Il incarne l'esprit et le panache de la langue française. En prose, en vers et même en verlan, il a donné sa voix à d'immenses auteurs, auquels il sait faire respirer l'air de notre temps - en racontant la fureur du Misanthrope à l'ète du téléphone portable, ou la sensualité de "La Laitière et le pot au lait" sur l'air d'une publicité pour Dim. Il a quitté l'école à quatorze ans pour devenir apprenti coiffeur. Il est aujourd'hui l'un de nos plus grands comédiens, célébré pour ses lectures-spectacles, couronné par la Mostra de Venise pour son rôle dans son dernier film, L'Hermine.

Dans cette "fausse" autobiographie, Fabrice Luchini livre le récit d'une vie placée sous le signe de la littérature, à la recherche de la note parfaite.

Mon avis

Ce livre n'est pas une réelle autobiographie, mais quelques tranches de vie, écrites "sur commande" a dit l'auteur dans une émission, où il dit aussi ne pas prétendre être écrivain, ce qui est le cas.

Le livre est parlé plus qu'écrit et j'ai eu, tout le temps de ma lecture, sa voix dans l'oreille. Il nous parle de ses grandes figures littéraires : La Fontaine, Rimbaud, Barthes, Céline, et en cite de longs (parfois très longs) extraits. 

Ce que j'ai particulièrement aimé, c'est l'entendre décortiquer certaines oeuvres, que j'ai lues autrefois mais oubliées, et me redonner envie de m'y plonger, comme Voyage au bout de la nuit ou Le degré zéro de l'écriture.

J'aime énormément cet artiste, fougueux, parfois foutraque aussi, mais immensément passionné par notre belle langue. Je regrette de ne pas encore l'avoir vu en séances de lecture, autres que dans des émissions télé. Ca viendra peut-être quand il passera en province !!

Ma note 17

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×