Quatre murs de Kethévane Davrichewy

Couverture Quatre murs

Edition Sabine Wespieser - 6 février 2014 - ISBN 978-2848051598 - 180 pages

Résumé

La maison familiale est trop vaste pour une femme seule. En ce jour de déménagement, les quatre enfants, devenus adultes, s’y retrouvent pour la dernière fois. Leur père est mort. Dans les pièces vides qui résonnent, les propos en apparence anodins se chargent de sous-entendus. Ces quatre-là se connaissent trop pour donner le change, d’autant que leur mère, profitant qu’ils soient pour une fois ensemble sans enfants ni conjoints, soulève la question de l’héritage.
Deux ans plus tard, rien n’est résolu : les frères et sœurs ne se parlent plus guère, et surtout pas de leur passé. Sur l’insistance de leur mère, ils ont pourtant accepté de se retrouver en Grèce, le pays de leur origine, dans la maison où l'aîné vient de s'installer.
Ce voyage est, pour chacun d’entre eux, l’occasion de revenir sur l’ambivalence de leurs relations. Comment en sont-ils arrivés là, eux qui étaient tout les uns pour les autres ?

Pourquoi - comment ce livre ?

Parce que j'avais aimé Les séparées du même auteur et que je m'étais promis de la suivre lors de sa publication suivante. Très bonne maison d'édition qui publie des romans de qualité.

Mon avis

Roman découpé en prologue, trois chapitres pour les enfants, dont un pour les jumeaux, et épilogue. Chacune des parties nous fait avancer dans la connaissance de cette famille, ses zones d'ombre, ses secrets qui plombent les relations présentes. 

L'atmosphère est un peu pesante, beaucoup de questionnements. L'auteur s'est fait une spécialité, semble-t-il, de décortiquer, de manière très fine, les plis et replis des histoires familiales, .

On ressort de cette lecture avec des interrogations sur le fonctionnement de sa propre fratrie : aussi liés que l'on ait été enfants, qu'en reste-t-il à l'âge adulte ? Qu'est-ce qui éloigne, rapproche ? Quel rôle ont les parents dans ces relations ? Quelles alliances, quelles scissions ? L'envie nous prend alors de (re)prendre contact, afin de ne pas laisser filer les jours, s'installer la distance, au (faux) prétexte qu'on est pris par le travail, les enfants... Quant à la forme, beaucoup de dialogues.

Court roman, mais percutant, qui bouscule. A lire, c'est sûr !

héritage mémoire fratrie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×