Les vies parallèles de Greta Wells d'Andrew Sean GREER

Editions de l'Olivier - janvier 2014 - 306 pages - Traduction d'Hélène Papot

Résumé

New York, 1985. Après une douloureuse rupture et la mort de son frère jumeau, Greta Wells suit un traitement par électrochocs pour guérir sa dépression. Mais des effets secondaires pour le moins inattendus apparaissent : Greta se trouve régulièrement transportée dans ses « vies parallèles », en 1918 et 1941. Différentes vies, différentes époques, mais dilemmes similaires : suivre sa passion ou protéger sa famille, s'affirmer ou se taire. et surtout, dans quelle vie rester ? A travers ces enivrants voyages dans le temps, Andrew Sean Greer nous fait revivre les moments-clés de notre siècle passé, auxquels se mêlent les tragédies intimes de Greta et de ses proches.

Pourquoi - comment ce livre ?

Lors d'un récent séjour à Bruxelles, une libraire de chez Filigranes m'a donné envie de le lire, tant elle en parlait avec enthousiasme.

Mon avis 

Attention !! SUPER ROMAN à ne manquer sous aucun prétexte.

Une histoire très originale, où l'on voit que notre histoire pourrait être si différente selon le moment de l'Histoire où elle est vécue. La Greta de 1985, retrouve, en alternance dans les chapitres, celles de 1918 et 1941, entourées des mêmes personnes : son jumeau Félix , sa tante Ruth, son mari Nathan et Léo. Elle les observe, s'interroge sur la vie que mène chacune d'elles et, consciente de ne rien pouvoir changer au passé, choisit finalement celle qu'elle préfère. Pas possible d'en dire plus sans dévoiler l'intrigue.

Ce qui est certain, c'est que j'ai vraiment aimé ce roman, qui, au détour de quelques phrases, ouvre de nombreuses pistes de réflexion, surtout quand surgit la question : "Suis-je la femme que, petite,  j'avais rêvé de devenir ?" ; tenter d'y répondre fait entrer dans une ronde vertigineuse de possibles... 

Quelques citations :

- "Qu'il faille à tout prix préserver l'amour, révèle la folie de ce qui en est le centre."

- "se réveiller chaque matin comme si les choses avaient tourné autrement -les morts sont vivants, ceux qui étaient partis reviennent, l'être aimé est dans nos bras- est-ce tellement plus prodigieux que la folie ordinaire de l'espoir ?"

-"On inventera peut-être un jour un appareil-photo capable de saisir le MOI fugitif, et nous pourrons alors vraiment savoir lequel nous étions, un certain jour, et repérer les vies changeantes que nous menons et dont nous prétendons qu'elles n'appartiennent qu'à une seule personne."

fantastique temps mondes différents

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×