La dernière duchesse de Daisy Goodwin

Couverture La dernière duchesse

Editions France Loisirs - Date de sortie : mai 2014 - ISBN 978-2 298084290 - 596 pages - Traduction de Nine Cordier

Résumé

Toutes les femmes l’envient, tous les hommes la désirent…

Cora Cash est belle, pleine d’esprit, et à la tête d’une fortune colossale. Mais sa mère rêve de la seule chose qu’elle ne pourra pas lui acheter en Amérique : un titre de noblesse.

Envoyée de l’autre côté de l’Atlantique, la jeune femme fait forte impression auprès de la bonne société anglaise et trouve un bon parti – un séduisant duc dont la propriété tombe en ruine. Dans les courants d’air qui traversent les somptueuses demeures de l’aristocratie, la délicieuse Américaine a tôt fait de déchanter.

Cet univers impitoyable regorge de pièges et de trahisons qui risquent fort de provoquer sa chute. Pour y échapper, l’enfant gâtée va devoir se métamorphoser en femme accomplie.

Pourquoi - comment ce livre ?

Pour l'époque historique essentiellement.

Les premières pages en 3 minutes   

Mon avis

Beaucoup de bonnes choses dans ce roman.

Le contexte social et historique déjà, avec ce que l'on appelait "les mariages américains", quand les très riches américaines venaient en Europe à la fin du XIXè,  se chercher, grâce à leur dot, les titres qui manquaient cruellement dans leur pays "neuf". Cela suscitait nombre de  malentendus, entre la tradition suivie par les uns et le dynamisme, l'envie d'avancer des autres.

Alors qu'elle devient la duchesse Wareham, notre pauvre Cora va faire les frais de ce grand écart, de ces idéaux irréconciliables. Son argent est le bienvenu, mais pas sa liberté de penser et d'agir. A elle de se faire entendre ! Las, pas d'aide à attendre de la domesticité ou de sa belle-mère. Tous guettent le faux-pas avec délectation... Et son mari, est-il vraiment amoureux ? ou juste intéressé par sa fortune colossale ?

Le style de l'auteur est très plaisant, rythmé, le propos documenté, les dialogues à propos, les personnages bien intéressants, surtout  les femmes. Un petit plus pour Bertha, la femme de chambre noire de Cora, qui reste loyale jusqu'au bout envers sa maîtresse. Au piquet, la sulfureuse double duchesse et la vénéneuse Charlotte !! 

Au final, une lecture que j'ai beaucoup appréciée !

américaines anoblies Belle Epoque auteur anglais

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×