City on Fire de Garth Risk Hallberg

Editions Plon - Collection Feux Croisés - Date de sortie : 14 janvier 2016 - ISBN 9782259 228190 - 971 pages - Traduction d'Elisabeth Pellaert

4è de couv'

31 décembre 1976. New York se prépare pour le réveillon. Chez les Hamilton-Sweeney, Felicia accueille financiers et mondains tandis qu'à l'autre bout de la ville, dans le Lower East Side, Charlie, venu de Long Island, attend Sam pour assister à un concert punk. Mais Sam a un autre rendez-vous auquel elle tient plus que tout. Elle retrouvera Charlie dans quelques heures à la station de métro de la 72e Rue. À quelques encablures de là, dans Hell's Kitchen, Mercer Goodman tourne et retourne un délicat carton d'invitation. Et s'il se rendait à la réception des Hamilton-Sweeney pour retrouver Regan, cette sœur que William, en rupture avec sa famille, lui a toujours cachée ? Pourquoi ne pas saisir l'occasion d'en apprendre plus sur William, son amant, l'ancien leader du groupe punk Ex Post Facto ?
Bientôt, des coups de feu retentissent dans Central Park. Une ombre s'écroule dans la neige...
Qu'est-ce qui peut bien unir ces êtres – qui n'auraient jamais dû être amenés à se rencontrer – à un meurtre commis au cœur de Central Park ?

Au sein de ce roman choral, leurs histoires s'entremêlent et nous entraînent dans les recoins les plus infimes de la ville.

Mon avis

Ciel que cette lecture fut laborieuse et pourtant je n'ai pas réussi à l'abandonner, allez comprendre !!

Il y a quelque chose là-dedans d'addictif malgré le foisonnement de personnages, les changements d'époques, les multiples références littéraires, musicales, culturelles, le tout avec en fil rouge la ville de New York. Ca donne le tournis et cependant on s'accroche ; il y a le récit dont les sept livres  sont entrecoupés d'interludes :  une lettre, un reportage en 2 parties sur les artificiers, un magazine adolescent...  

L'auteur a voulu développer à l'extrême tous les personnages, être exhaustif, alors que s'il en avait approfondi seulement quelques-uns, j'aurais préféré. Le lecteur doit avoir une place et pouvoir se faire ses propres représentations. Tout n'a pas besoin d'être dit. Et puis tous ces flash-backs....

On se doute bien qu'à un moment donné, tous les fils tirés par l'auteur vont se rejoindre, mais ça ne s'offre pas sans peine, loin de là !! Je n'ai pas réussi à trancher pour savoir si c'est foutraquement brouillon ou magistralement agencé... L'auteur est prolixe, tourbillonnant à donner le tournis, nous livrant parfois des chapitres très ennuyeux, et j'ai eu plusieurs fois la tentation d'abandonner, je l'avoue, mais le livre VII m'a fait dire que j'ai bien fait de persévérer.

Bref, je vous laisse vous faire votre propre opinion, car je suis très mitigée.

Ma note  (entre 13 et 17, je ne sais pas !)

L'auteur a présenté son roman au Petit Journal de Canal+ le mardi 12 janvier dernier (de 12'11 à 17'43)

 

premier roman auteur américain New York

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×