solidarité

Repose-toi sur moi - Serge Joncour

Editions Flammarion - Date de sortie : 18 août 2016 - ISBN 9782081 306639 - 427 pages

4è de couv'

Aurore est une styliste reconnue et Ludovic un agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes. Ils n'ont rien en commun si ce n'est un curieux problème : des corbeaux ont élu domicile dans la cour de leur immeuble parisien. Elle en a une peur bleue, alors que son inflammable voisin saurait, lui, comment s'en débarrasser. Pour cette jeune femme, qui tout à la fois l'intimide et le rebute, il va les tuer. Ce premier pas les conduira sur un chemin périlleux qui, de la complicité à l'égarement amoureux, les éloignera peu à peu de leur raisonnable quotidien.

Mon avis 

Un livre magnifique, porté par des personnages attachants, sensibles, une belle réflexion sur l'amour et le couple, et une écriture addictive. Tout au long de ma lecture, j'ai oscillé entre les émotions, j'ai cru comprendre où l'auteur nous emmenait, mais été surprise par le cours que prenait l'histoire. 

Bonne pioche pour ma première lecture de la rentrée littéraire !

Un vrai coup-de-coeur-1.jpg

 

 

Ma note  18

L'auteur  

Apaise le temps de Michel Quint

Editions Phébus - Date de sortie : 1er avril 2016 - ISBN 9782752 910 431 - 104 pages

4è de couv'

Une libraire, ça crée des dettes. D’argent parfois bien sûr, mais surtout de cœur. Lorsque Yvonne meurt, les souvenirs affluent pour Abdel, un jeune professeur de Roubaix. Il se revoit enfant entre les murailles de bouquins, prêt à avaler tout Balzac sans rien y comprendre. De là à accepter la succession, il y a un pas… que l’inconscient fait à l’aveuglette. Le voici bientôt en butte aux problématiques économiques du métier. Mais aussi aux dangereuses archives photographiques de son aînée. En fouillant les cartons, c’est tout un pan de la guerre d’Algérie qui renaît, entre partisans du FLN, harkis et OAS. En quoi ce passé concerne-t-il les habitués de la librairie ? Sans trop se garder de l’amour, Abdel mène l’enquête.

Mon avis 

Un très court récit au coeur de l'humain. Des personnages attachants, un vrai style, pour parler de la ville de Roubaix économiquement sinistrée, mais dans laquelle se vivent des solidarités authentiques. Pas de clichés larmoyants, mais un regard aiguisé. Le tout sur un fond de souvenirs de guerre d'Algérie, trouvés dans les archives d'Yvonne, la libraire disparue. Et puis, après le choc, l'espoir de la renaissance de ce temple des livres, qui pourrait être spécialisé en photographie, grâce à une équipe aux talents multiples. 

Ce livre prouve qu'il n'est nul besoin d'écrire long pour écrire vrai et profond ! Je vous le recommande.

Ma note 16.5

Citations

*Les livres sont des amis communs à tous les hommes, des lieux où faire la paix. Des lieux d'égalité possible si on sait lire.

* Relier, c'est bien, ça parle des gens et des livres qu'on relie, qu'on relit.

*Les livres, c'est comme les chats, on habite chez eux et pas l'inverse.

 

Xénia de Gérard Mordillat

Couverture Xénia

Editions Calmann-Lévy - 8 janvier 2014 - 372 pages 

Résumé

Xenia a vingt-trois ans, mère célibataire, elle galère comme toutes celles qui sont comme elle. Blandine, sa voisine, la trentaine épanouie, mère d’un grand ado métis, est sa meilleure amie, son unique alliée face aux jours diffi ciles, aux nuits d’orage.

Quand Xenia se retrouve sans travail, Blandine réussit à la faire embaucher au supermarché, à ses côtés. Dès lors, l’horizon de Xenia s’éclaircit. Elle trouve l’amour auprès de Gauvain et s’éloigne alors petit à petit de Blandine.

Mais un jour tout bascule pour Blandine, menacée de licenciement. C’est alors au tour de Xenia de lui venir en aide. Les deux jeunes femmes vont faire front ensemble malgré les incompréhensions et les malentendus qui s’étaient installés entre elles...

Xenia, c’est une histoire d’amitié, de rébellion, de solidarité. Xenia, c’est l’histoire de deux femmes, Thelma et Louise en lutte contre la violence de la société, deux héroïnes portées par les élans du coeur.

Pourquoi - comment ce livre ?

Présenté par son auteur à la Grande Librairie , il m'a fait envie !

Mon avis 

C'est la première fois que je lis cet auteur, apparemment connu pour dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, sur des sujets d'actualité dans notre société.

En l'occurence dans ce roman, il est question des conditions de vie des femmes dans les banlieues pauvres. Souvent seules pour élever leurs enfants, avec des horaires "flexibles" à l'extrème, peu armées pour se défendre face aux patrons parce que dépendantes financièrement, ce qui les sauve c'est la solidarité de mise entre elles pour espérer survivre. L'auteur donne la parole à ces sans-grades, ce petit peuple de la débrouille, du troc : un service contre un autre, et une question revient plusieurs fois : est-ce une vie ? est-ce ça la vie ?

Nous suivons Xenia, maman d'un bébé et son amie de galère, Blandine, autour desquelles gravite tout un cercle de personnages, bien rendus dans leur réalité et attachants (coup de coeur pour Samuel !). Et puis, il y a les autres, ceux qui ont "réussi", qui vont s'inviter dans ce récit à des degrés divers : infâmes au pire, aidants au mieux, indifférents au minimum. Nous partageons une "tranche" de leur quotidien, au moment où les deux jeunes femmes vont mener combat contre leurs employeurs. Il est également question d'amour , de sexe, de solitude. Et même quand la situation est difficile, ça n'est pas pleurnichard, il y a des rires, l'envie de relever la tête.

L'écriture est fluide, agréable à suivre, rythmée en très courts "chapitres" qui défilent très vite, tant on est pris dans l'histoire. 

Une belle découverte donc, qui me donne envie d'aller explorer la bibliographie de l'auteur de plus près. Un roman que je vous recommande !

Bonus : Entretien avec l'auteur 

Grands boulevards de Tonie BEHAR

grands-boulevards-1137-1.jpeg

Editions JC Lattès - mai 2013 - 402 pages 

Résumé

Suite à une rupture sentimentale, Doria, ravissante comédienne de 28 ans, toujours en attente d’un rôle mais sans cesse débordée, s’installe chez son père Max, amateur de poker et de femmes, irrésistible mais léger comme la fumée de ses cigares, locataire dans un immeuble des grands boulevards. 
C’est là, au 19 bis boulevard Montmartre, entre la Madeleine et la Bastille, près du Grand Rex, de l’Olympia, des théâtres et des bars, que tout se joue. La Banque Générale, propriétaire de l’immeuble, a décidé de le vendre à la découpe. Tous les locataires risquent l’expulsion....

Mon avis 

Je ne me souviens pas comment j'ai découvert ce titre, mais quelle qu'en soit la manière, j'en suis fort aise !! Sourire

C'est une comédie très agréable à lire, où on devient vite familier des personnages qui sont bien croqués.

On se bat avec les habitants du 19 bis pour sauver leur immeuble de la vente à la découpe, voulue par la banque propriétaire ; on soutient Max dans l'organisation de la rebellion ; on cohabite avec cette palette d'individualités, si attachantes. On sourit, on rit des anicroches entre Karim et Manuela, on voit venir la fin avec Léo, mais c'est une lecture plaisir, plaisante et ça fait du bien.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×