science-fiction

Les dames blanches de Pierre Bordage

Editions L'Atalante - Collection La dentelle du cygne - Date de sortie : 21 mai 2015 - ISBN 9782841727186 - 377 pages

4è de couverture 

Une étrange bulle blanche d’une cinquantaine de mètres de diamètre est découverte un jour dans une bourgade de l’ouest de la France. Elle attire et capture Léo, trois ans, le fils d’Élodie. D’autres bulles apparaissent, grossissent, et l’humanité échoue à les détruire. Leur activité magnétique de plus en plus importante perturbe les réseaux électriques et numériques, entraînant une régression technologique sans précédent.Seule l’ « absorption » de jeunes enfants semble ralentir leur expansion…La peur de disparaître poussera-t-elle l’humanité à promulguer la loi d’Isaac ? Mais peut-on élever un enfant en sachant qu’il vous sera arraché à ses trois ans ? Camille, qui a elle-même perdu un fils, et son ami Basile, d’origine malienne – ufologue de son état – vont essayer de percer le mystère des dames blanches afin d’éviter le retour à la barbarie.

Mon avis 

Une lecture magnifique, une construction époustouflante : de courts chapitres portant chacun le nom d'un personnage, qui fait avancer l'histoire sur un temps qui s'étire, environ une quarantaine d'années, des références à la mythologie. C'est juste magique !!

Et même si cette histoire de bulles blanches flanque la frousse dans ce qu'elle a de plausible tant le monde peut vite virer à la folie destructrice et "la peur pousser à l'aberration", j'ai adoré ma lecture de bout en bout.

Le fil narratif très linéaire est porté par les personnages, donc quelques récurrents comme Camille, Jason, Catel, Basile, (trop peu fouillés à mon goût), qui sont juste au service de l'intrigue, parce qu'archétypes du genre humain, mais auxquels on finit par s'attacher. Les vingt dernières pages m'ont serré la gorge et le ventre, tant je me suis identifiée à Camille.  

L'auteur sait émouvoir, inquiéter, donner de l'espoir, faire réfléchir, le tout d'une plume élégante et avec un regard humaniste et bienveillant. Les Editions de l'Atalante peuvent s'enorgueillir de l'avoir dans leur catalogue.

Un très beau roman d'anticipation que je recommande chaudement !! 

Ma note 19

 

Parcs de mémoire de Maurice Mourier

Couverture de Parcs de mémoire

Editions Denoël - Collection Présence du futur - 1er février 1985 - ISBN - 256 pages 

Résumé 

Que faire quand on se découvre, vers le début du III° millénaire, complice d'une formidable entreprise d'extermination des plus faibles ? Le héros de cette histoire, un idéaliste — est-ce à dire un niais ? — en meurt.
Que faire quand, des décennies plus tard, on a connaissance, par un manuscrit, de la réalité longtemps étouffée de l'holocauste ? L'éditeur potentiel du texte, indécis, n'en fait pas un drame de conscience, mais une affaire, et cherche un « créneau ». C'est que la partie de la Terre où il vit est devenue un vrai paradis, où le sexe est sans péché, où la seule loi c'est le bonheur, où l'on se moque de la mémoire. 
Et nous, est-ce que nous ne foulons pas sans remords, jour après jour, dans l'allégresse de l'oubli, une poussière faite des os, du sang, des souffrances de millions de victimes, comme on dit, « innocentes » ?

Pourquoi - comment ce livre ?

Mon chéri l'a exhumé de sa bibliothèque pour me le mettre entre les mains, suite à une discussion que nous avions eue sur la 'valeur' des humains.

Mon avis

Le roman débute par une magnifique et poétique description du monde où vit Globe, le narrateur, avec sa femme Givre et leurs deux enfants. Un monde idyllique de facilité, de sérénité, sans heurts.

C'est au travers du journal de Rudi Traum, un vieux manuscrit découvert par Chaune que l'on comprendra à quel prix ce monde a été créé.

Le rythme est lent, lénifiant, parfois même à la limite du supportable (avec l'envie de poser le livre, ce qu'on ne fait pas !) pendant que l'on suit le déroulement du projet Météore.

Et on voit comment un projet anodin au départ, imaginé par des gens de bonne foi, est dévoyé par les puissants, pour aboutir à un génocide de grande ampleur. Aucune scène violente cependant, tout est paisible, serein, consenti. Ca n'en est que plus effrayant et fait froid dans le dos...

Ecriture qui manque parfois un peu de fluidité et peu de dialogues pour donner du rythme, mais cela convient au sujet traité. 

A lire !

Citations

*Les drogues douces existent partout dans le Tiers Monde, où elles jouent un rôle appréciable de machines à calmer à peu de frais les ventres creux et de coupe-révolutions.

Soirée cinéma : La stratégie Ender

Cette semaine, c'était à moi de choisir le film et comme j'avais adoré le bouquin, nous sommes allés voir La Stratégie Ender, au CGR de La Rochelle, où le vent soufflait fort et froid !!

Mon avis
De très belles images, une mise en scène correcte, mais le jeu des acteurs manque de conviction ou de profondeur (peut-être est-ce la traduction des dialogues qui veut ça !) ; ça nous a passé un moment, mais nous n'avons pas été emballés !!
A voir à la rigueur, comme dirait le Canard...

Je suis vivant et vous êtes morts d'Emmanuel Carrère

je-suis-vivant-et-vous-etes-morts.jpg

Editions Points2 - 25 avril 2012 (édition originale 1993) - 622 pages

Résumé

L'existence de Philip K. Dick, célèbre auteur de science-fiction, fut un tourbillon psychédélique. Névroses, phobies, paranoïa nourrissent son imagination créatrice centrée sur une question récurrente : sommes-nous réels? Dick est convaincu que non. Les nombreux détails de sa vie permettent de mieux comprendre les dérives de ce génie qu'on disait fou.

Mon avis

J'ai acheté ce tout petit livre (12cm x 8cm) l'hiver dernier et depuis il me faisait de l'oeil, perché tout en haut de ma PAL. Le format m'avait attiré l'oeil à la librairie, le fait qu'on le lise dans le sens horizontal aussi. Et puis une bio de Philip K.Dick 'dont j'ai lu plusieurs romans il y a quelques années) me tentait bien. 

J'étais loin de m'imaginer à quel point cet homme était "perturbé" (qu'en de termes élégants, ceci est dit !!). Accro aux amphétamines pour pouvoir écrire vite et beaucoup, mais aussi aux calmants, il a tenté l'acide (LSD) qu'il a eu du mal à lâcher ensuite, il a collectionné les femmes, eu 3 enfants si mon compte est bon.

Grand malade psy, il a cependant eu des fulgurances qui lui ont fait écrire plusieurs romans, repris au ciné ensuite dont Blade Runner, Total Recall, Minority Report, excusez du peu !...

J'ai trouvé cette bio passionnante et infiniment respectueuse de la personne de PKD, écrite dans un style soigné et je me suis étonnée de lire aussi vite ce petit pavé, tellement l'auteur m'a embarquée (....hypnotisée ???)

                            

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×