destin

Bertrand et Lola d'Angélique Barberat

Editions J'ai Lu - Date de sortie : 2 mars 2016 - ISBN 9782290 122136 - 606 pages

4è de couv'

Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert à cette inconnue ? Comment peut-on tomber fou amoureux de quelqu’un en dix secondes ?
Ce jour chaud du mois de juin va tout changer. Durant quelques heures de bonheur et d’insouciance, Bertrand et Lola oublient tout : elle, qu’elle va se marier dans une semaine ; lui, qu’il est reporter-photographe et ne supporte aucune attache.

Malgré cette passion inattendue, tous deux prennent la plus sage et la pire des décisions : continuer leurs chemins respectifs et retourner à leur vie d’avant. Lola se marie et reprend son métier d’hôtesse de l’air. Bertrand s’envole pour un pays lointain… Mais chacun demeure prisonnier de cet amour fou. Même s’ils ont voulu vivre l’un sans l’autre, le hasard semble prendre un malin plaisir à les faire se croiser. Et puis… et puis Bertrand est capturé, pris en otage par un groupe armé lors d’un de ses reportages en Afrique.

Auront-ils la moindre chance de se retrouver un jour ?

Mon avis

Un gros coup de coeur pour ce roman à l'écriture vive, nerveuse, qui raconte la vie qui pulse et nous plonge tellement bien dans les émotions des personnages. De nombreux thèmes très actuels sont abordés tournant notamment autour de la famille, du couple, de la passion. Rien de philosophique, ni tombant dans le sirupeux, mais c'est cohérent, crédible. L'auteur nous dit qu'on peut aimer deux personnes à la fois, mais pas avec la même intensité ; il y en a forcément une qui est l'unique à tous points de vue.

J'ai immédiatement adoré Lola et Bertrand. J'ai souffert avec eux au long des multiples épreuves qu'ils ont traversées. Mais les autres personnages aussi sont réussis : Daphné qui est à baffer, la mère de Lola avec ses propres secrets et blessures, Franck que j'ai trouvé suffisant et ne m'a guère ému, l'adorable Elsa et ses rengaines comme "le monsieur-du-mariage-qui-mange-des-oranges", sans oublier les guides du photographe lors de ses voyages. Bref, une palette riche de vies ordinaires qui nous les rendent proches.

J'avais lu de mauvaises critiques, concernant le style, notamment les pensées intérieures des personnages mêlées au récit, et les énumérations comme "d'une voix sobre/calme/affirmée". Pour ma part, je trouve qu'un auteur capable de fantaisies stylistiques, comme l'est Angélique Barberat, est quelqu'un qui maîtrise. Donc c'est du positif !

Je vous recommande chaudement ce roman qui fut un très bon moment de lecture.

coup-de-coeur-1.jpg

Ma note 18

L'oeil du prince de Frédérique Deghelt

Couverture L'oeil du prince

Editions J'ai lu - Collection Grands formats - Date de sortie : 3 septembre 2014 - ISBN 978-2290072172 - 382 pages

Résumé

Années 1980: Mélodie, une jeune Cannoise, commence son journal intime. 1964 : Yann, un Français habitant New York, semble avoir laissé sa vie derrière lui. Vingt ans plus tard à San Francisco, Benoît voit son couple se déliter alors même que sa carrière de pianiste connaît une envolée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux résistants, Alceste et Agnès se découvrent amoureux grâce à leur correspondance.
Celle-ci sera ouverte, un demi-siècle plus tard, par une vieille dame aux pensées habitées par les hommes qu'elle a aimés.

Pourquoi - comment ce livre ?

En principe, un livre de cet auteur est une valeur sûre et le titre évoque le monde du théâtre.

Les premières pages en 3 minutes   

Mon avis

Dans ce roman, cinq voix vont nous raconter l'histoire, à différentes périodes de l'Histoire. On croit lire cinq histoires sans lien, mais on se doute bien qu'il y en a un, qui nous sera dévoilé dans la dernière partie. Le procédé est attendu, mais c'est bien réalisé. L'oeil du prince est le siège du metteur en scène qu'est Frédérique Deghelt qui règle tous les détails au plus juste, dans un scénario bien "huilé".

Les personnages sont attachants, le style aisé et cela donne une lecture plaisante que je recommande sans arrière-pensée.

Citations

* On ne recommence pas sa vie, mais si on le décide, on peut la continuer autrement.

Ce ne sont ni l'âge, ni les relations de sang qui constituent une famille. Celle du coeur, on la fabrique au fil des rencontres de la vie.

Le souvenir du bonheur amoureux est plus intense que celui de la personne avec laquelle on l'a vécu.

* Etre dans le vent, une vocation de feuille morte... (Gustave Thibon)

* La Mode, ça ne peut que se démoder et c'est même à ça qu'on la reconnaît.

Les anges s'en mêlent de Debbie MACOMBER

Editions Charleston - octobre 2013 - 205 pages - Traduction de Julia Taylor

Résumé

Lucie Ferrara et Aren Fairchild se rencontrent après s'être rentrés dedans, apparemment par accident (du moins, c'est ce qu'ils croient), à Times Square le soir du réveillon du Nouvel An. Le coup de foudre est immédiat. Mais, aussi vite qu'ils ont été réunis, un autre coup du sort les sépare, laissant Lucie et Aren sans moyen de reprendre contact.
Un an plus tard, Lucie est le chef d'un nouveau restaurant au succès retentissant et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré tous les mois qui ont passé, ils n'ont jamais oublié cette belle soirée, et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d'espièglerie afin de créer un miracle de Noël que vous n'oublierez pas de sitôt.

Pourquoi - comment ? ce livre 

 J'ai déjà lu un roman de Debbie Macomber. J'ai vu une critique de ce roman sur le blog Songe d'une nuit d'été que je parcours régulièrement et sur celui d'Ingrid que je suis fidèlement, tant nos lectures sont proches et nos avis convergent.

De plus, l''idée d'anges farceurs n'était pas pour me déplaire !

Mon avis 

Ce livre a été pour moi une petite déception ! Peut-être en attendais-je trop après avoir lu La Maison d'Hôtes...

J'ai trouvé ça un peu nunuche : tant les situations décrites avec la mère omniprésente, étouffante et les amoureux un peu godichons, que les anges que je n'ai pas trouvés si drôles que le pitch l'annonçait (peut-être trop nombreux pour être efficaces...). Des personnages peu fouillés et un scénario mince rendent le tout un peu léger et sans prétention.

Allez, on passe à autre chose....

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×