saga familiale

La fierté des MacGregor - Nora Roberts

Editions Harlequin - Date de sortie : Octobre 2016 - ISBN 9782280365475 - 242 pages - Traduction de Jeanne Deschamp

4è de couv'

Tétus, originaux, imprévisibles, les MacGregor forment un clan à part. Dans leur fief de Cape Cod, Daniel MacGregor, le richissime patriarche, a élevé ses enfants dans la fierté de ses racines écossaises.
A commencer par Serena qui, par défi, embarque à bord d'un luxueux paquebot de croisière pour travailler dans un casino. C'est là qu'elle croisera le séduisant Justin, au passé solitaire et tourmenté.

Mon avis

Un roman de Nora Roberts est l'assurance de passer un bon moment de lecture, tant l'auteur a la plume facile et aime ses personnages.

En l'occurence, nous faisons la connaissance de Serena, croupière au casino d'un paquebot, job d'autant plus surprenant qu'elle est la fille d'un richissime milliardaire. Mais elle souhaitait faire cette expérience de la liberté de choisir son activité pour une année. Alors, nous sommes bien d'accord que tout est prévisible, l'antagonisme envers Justin se transformera en belle histoire à la fin, mais il y a du rythme, de l'humour, notamment dans les dialogues 'ping-pong' que l'auteur maîtrise à merveille. 

Alors, juste pour le plaisir, je vous recommande ce roman, qui est le premier de la saga.

Ma note 15.5

L'auteur 

Les années du silence - T1 - de Louise Tremblay d'Essiambre

Editions Charleston - Date de sortie : 8 janvier 2016 - ISBN 9782368 120439 - 444 pages

4è de couv'

1942. À l'aube de ses dix-huit ans, Cécile Veilleux doit quitter la ferme de ses parents, dans la Beauce, et son fiancé Jérôme, pour dissimuler une grossesse qui jetterait l'opprobre sur sa famille.
Au même moment, à Québec, la jeune Rolande Comeau est envoyée à l'hôpital de la Miséricorde pour dissimuler une grossesse tout aussi honteuse.
Recluses à l'orphelinat, les deux jeunes filles vont subir les affres du silence. Le silence à garder sur leurs blessures et leur déshonneur, qu'il faut à tout prix cacher. Le silence qui marque brutalement la fin de leur jeunesse. Dans la tourmente, l'amitié entre les deux jeunes filles pourra-t-elle les aider à surmonter ces épreuves ? Et l'amour entre Cécile et Jérôme survivra-t-il, malgré l'absence et la guerre qui se profile ?

Mon avis

Voilà un premier tome que j'ai trouvé réussi, parce qu'il m'a donné envie de poursuivre l'histoire de cette famille ! 

Nous suivons donc Cécile des années 40 aux années 80. Sa famille nombreuse (12 frères et soeurs), ses désirs de mariage et d'enfants. Son amour indéfectible pour Jérôme, le silence qu'elle doit garder sur leur fille, son métier. C'est un très beau personnage, une femme sensible, courageuse, qui décide d'avancer, malgré les nombreux obstacles que la vie place devant elle. De très beaux personnages secondaires aussi, tels Rolande et sa souffrance, la tante Gisèle et Don Paulo, tellement humains et généreux. 

C'est aussi une époque et la place de la femme dans celle-ci dont parle l'auteur, des relations mère-enfants, des non-dits qui les rendent compliquées, voire délétères.

Une écriture que l'on sent maîtrisée, mais fluide à la lecture. Un roman poignant, fort en émotions.

Je viens de recevoir le tome 2 qui ne va pas demeurer très longtemps dans ma PAL !!

Ma note  17

L'auteur  

La fiancée américaine d'Eric Dupont

Editions J'ai Lu - Date de sortie : 10 juin 2015 - ISBN 9782290 109458 - 919 pages 

Logo prix litteraire Prix des Libraires du Québec 2013

4è de couv'

Dans la généalogie de la famille Lamontagne, le 14 janvier 1900 est un jour à marquer d’une pierre blanche. C’est ce jour-là que fit son apparition à Rivière-du-Loup, sur les bords du grand Saint-Laurent la lointaine nièce que Madeleine-la-mère avait fait venir du New Hampshire pour donner une épouse à son fils Louis-Benjamin. Entre les deux tourtereaux, c’est le coup de foudre – ou son équivalent nordique, l’aurore boréale. L’arrivée de la belle Américaine à Rivière-du-Loup changera à jamais le destin de cette famille aux yeux sarcelle.

Mon avis

Alors, comment dire ?? 

J'ai aimé beaucoup la première partie, avec ses personnages hauts en couleurs, cette famille Lamontagne vraiment pas ordinaire. J'ai aimé que ça se passe au Québec, qui est mon autre pays de coeur et l'époque est bien rendue avec sa ferveur religieuse et ses écoles assez peu bienveillantes. 

Puis j'ai aimé les premières lettres de Gabriel à son jumeau, me disant que le procédé littéraire était pas mal, pour ne pas être tout le temps dans le récit. D'autant que le ton légèrement acide de l'auteur m'enchantait.

Mais, car il y a un mais, j'ai commencé à me fatiguer quand on a attrapé les carnets de Magda, puis qu'on est revenus aux lettres, de Michel, cette fois, pour un réglement de comptes en bonne et due forme, même si le style en est peu crédible et même si on sent une forme d'amour là-dedans - dans une fratrie, jalousie et amour-admiration vont souvent de pair.

Parfois je me demandais où on en était de l'histoire, dans ces récits-poupées russes. Alors, j'aurais préféré que le roman soit moins long et qu'il y ait un peu plus de rythme, c'est pas possible 900 pages sans ça ! Ou alors en deux tomes, qu'on n'est pas obligés de lire l'un à la suite de l'autre... 

Une lecture plaisante donc au début, mais je me suis essoufflée.

Ma note 14.5

Ce livre participe au Challenge Top50 Livresque pour un livre de plus de 500 pages.

 

Ashford Park de Lauren Willig

Couverture Ashford Park

Editions Presses de la Cité - 15 mai 2014 - ISBN 978-2258103627 - 462 pages - Traduction de Françoise Rose

Résumé

Juriste dans une grande entreprise new-yorkaise, Clementine a tout sacrifié à sa carrière. A trente-quatre ans, c'est seule qu'elle se rend à la fête d'anniversaire organisée pour les quatre-vingt-dix-neuf ans de sa grand-mère, Addie. Pendant les festivités, Clementine découvre un secret de famille enfoui depuis des années.

Lorsqu'elle arrive à Ashford Park, en 1905, Addie a à peine cinq ans et est orpheline. Bien que son oncle et sa tante lui fassent comprendre qu'elle n'a été recueillie que par charité, elle passe une enfance et une adolescence heureuses auprès de sa cousine, la belle et audacieuse Bea. Quand la guerre éclate, leurs chemins se séparent. Addie s'engage comme infirmière tandis que Bea fait un mariage de convenance. Après un scandaleux divorce, cette dernière quitte Londres pour épouser le petit ami d'Addie, et s'enfuir avec lui au Kenya. Les deux cousines ne se parleront plus pendant quelques années jusqu'au jour où Bea supplie Addie de venir lui rendre visite en Afrique.

Leurs retrouvailles sont de courte durée : Bea disparaît tragiquement lors d'un safari, ne laissant derrière elle qu'une écharpe ensanglantée. Que lui est-il arrivé ? A-t-elle été assassinée, attaquée par des fauves ? S'est-elle enfuie ? Si les retrouvailles avec sa cousine ne furent pas celles qu'Addie espérait, elles lui laissent entrevoir un tout autre avenir.

Pourquoi - comment ce livre ?

Parce que je suis les publications de cette maison d'édition et qu'Ingrid a bien aimé, ce qui pour moi est en principe gage de fiabilité.

Mon avis

Dans ce roman, nous suivons en parallèle l'histoire de Clémentine (Clemmie) et de sa grand-mère Addie. Nous faisons de constants allers-retours entre le Kenya et New York, entre le passé et le présent. Quand le nom de Bea est prononcé par Addie, les choses se corsent et l'on découvre avec Clemmie que l'histoire de la famille n'est pas si linéaire et lisse qu'elle pouvait y paraître. Clemmie va alors s'attacher à en dénouer les noeuds. Elle y sera aidée par Jon, le beau-fils de sa tante Anna.

C'est un beau roman, qui nous plonge dans diverses atmosphères, diverses époques. La construction en est très riche, les personnages sont touchants, avec leurs failles et leurs forces. Cette belle romance qui nous fait tourner les pages rapidement, tant le style en est fluide.

Je vous recommande cette lecture !

Le domaine de l'Héritière de Lucinda RILEY

City Editions - Collection Grands Romans - 2013 - 524 pages - Traduction de Jocelyne Barsse

Résumé 

Émilie de La Martinières, dernière descendante d'une illustre famille, hérite du magnifique château entouré de vignobles où elle a passé une jeunesse difficile avec une mère froide et distante. Mais elle hérite surtout d'une montagne de dettes et de nombreuses interrogations sur l'histoire de sa famille.
La découverte d'un ancien cahier la conduit sur les traces de Constance, jeune femme mystérieuse dont l'histoire remonte aux années 1940. Pendant l'Occupation, elle avait trouvé refuge au château, accueillie par des aristocrates aux inextricables secrets. Quand Émilie découvre l'histoire de Constance et ce qui est réellement arrivé pendant la guerre, elle porte progressivement un autre regard sur ses ancêtres et ce château d'enfance qui, désormais, lui appartient. Un héritage qui pourrait l'aider à percer certains mystères du passé...
Quand des secrets enfouis bouleversent plusieurs générations.

Mon avis :

On se plonge avec ravissement dans cette histoire de famille. Deux périodes de l'histoire se répondent et s'éclairent l'une l'autre. Les personnages sont réellement attachants et on se prend à détester Sébastian, comme à aimer Jean, Edouard, Constance et les autres. Le plus craquant étant tout de même Alex, si délicat, si authentique. On voyage aussi beaucoup et on a du mal à quitter cet univers.

Très bon moment de lecture, que je vous recommande.

Le mas des tilleuls de Françoise Bourdon

le-mas-des-tilleuls.jpg

Editions Le livre de poche - 2013 - 312 pages

Résumé

1825. Fils d'un riche propriétaire terrien de la région de Buis-les-Baronnies, Jean-Baptiste est injustement accusé par sa belle-mère d'avoir voulu abuser d'elle, et chassé par son père du mas de son enfance. Devenu colporteur, Jean-Baptiste sillonne la France pour vendre des plantes médicinales et aromatiques cueillies sur la montagne de Lure. Jusqu’au jour où il rencontre Lilas, fille de sourciers et de guérisseurs, dont il tombe éperdument amoureux et qui lui donne un fils, Zacharie. Mais son bonheur s'évanouit dans les tumultes d'une Provence en révolte contre le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte. Et Jean-Baptiste comprend qu'il ne trouvera la paix qu'à une condition : reconquérir ses droits sur le mas qui l'a vu naître...

Mon avis

Ah ! que j'ai aimé ce roman qui se déroule de 1825 à 1872, sur la période de la Restauration à la IIIè République, époque de l'Histoire que j'affectionne particulièrement.

On y suit Jean-Baptiste Lombard, fils de Sosthène, injustement banni du Mas des Tilleuls par ce dernier et qui n'aura qu'une idée : revenir réclamer le bien dont il a été spolié. Il fait sa vie à St Pancrace avec Lilas dont il a un fils Zacharie et avec Agathe-Marie qui lui donne des jumeaux Victor et Raphaël. Il va vivre son engagement politique jusqu'à la déportation en Algérie, de même que son fils Zacharie vivra le sien en suivant Crémieux à Marseille.

L'histoire n'est  pas de tout repos, avec de multiples péripéties et avanies subies tant par Jean-Baptiste que Zacharie ou Alexandrine.

L'écriture est fluide, très facile à lire. Les personnages comme Agathe-Marie ou Lilas sont attachants. Nos sens eux, sont convoqués, entre l'odeur si particulière des fleurs du tilleul, les soirs chauds de fin juin et les belles descriptions qui nous font découvrir les Basses-Alpes et sa lavande.  

Un très beau moment de lecture avec ce roman que je vous recommande. livre-agreable.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×