roman d'apprentissage

  • Fedeylins - T1 Les rives du monde de Nadia Coste

    Editions Gründ romans - Date de sortie : 10 mars 2011 - ISBN 9782700 02926 - 417 pages

    4è de couv'

    Comme tous les fedeylins, petits êtres ailés vivant au bord d'une mare qui constitue leur monde, Cahyl éclot sur un nénuphar. Comme tous les fedeylins, il doit braver la noyade et de dangereux poissons avant d'atteindre le rivage. Comme tous les survivants de cette première épreuve, Cahyl se présente devant les Pères Fondateurs, avide de connaître la caste choisie pour lui et l'avenir tout tracé qui l'attend.
    Mais Cahyl est différent : il lui manque la marque qui le lierait à son destin. Son existence même fait trembler les bases de sa société et cela, tout le monde n'est pas prêt à l'accepter.

    Mon avis 

    J'ai découvert ce livre au Bazar de la Littérature chez la booktubeuse Maureen qui me l'a bien vendu dans sa vidéo. Elle y parlait du tome 2 mais m'a donné envie en parlant du petit peuple.

    Alors là, je peux dire que je n'ai pas été déçue par ce monde merveilleux et complexe, avec ses rites qui respectent les saisons, ses règles, sa mythologie.  C'est un univers reposant, frais, tendre et j'ai beaucoup aimé suivre la vie de Cahil : son éclosion, sa jeunesse, son amitié avec Glark qui pourtant est un gorderive, censé être ennemi.

    L'écriture est poétique, un rien trop lente, mais on est tellement bien auprès de cette mare que l'on pardonne facilement. Une lecture jeunesse que je recommande. Un peu de douceur dans notre monde violent ! Je pense que je lirai les autres tomes.

    Ma note 16

  • L'étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

    Editions J'ai lu - Date de sortie dans cette édition : 4 mai 2012 - ISBN 978-2290055908 - 251 pages - Traduction de Valérie Le Plouhinec

    Prix Hugo 2009 - Prix Locus 2009

    Résumé

    Nobody Owens était presque encore un bébé quand sa famille a péri sous la lame du plus célèbre tueur de Londres, le Jack. La nuit du drame, il est cependant parvenu à se réfugier dans un cimetière, où un couple de fantômes l'a recueilli et élevé comme l'un des leurs, sous l'oeil bienveillant de Silas, son ami ni vivant ni mort. 

    Mais cette période heureuse est aujourd'hui révolue, car le Jack rôde toujours et l'heure est venue d'aller l'affronter une bonne fois pour toutes. A l'extérieur.

    Pourquoi - comment ce livre ?

    Parce qu'il est dans ma PAL depuis longtemps et que Gloewen me l'a fait sortir pour le Challenge Livr'adeux pour Pal'Addict.

    Les premières pages en 3 minutes   

    Mon avis 

    Bon, ben voilà ma première déception 2015 avec ce roman qui à sa sortie avait été encensé par tant de blogs. 

    L'histoire est originale, l'écriture agréable, mais c'est d'un ennui !! Il manque du rythme, du souffle et le personnage de Nobody porte bien son nom...

    On passe vite à autre chose !!

    Ma note : 13

    Ce livre participe pour 75 kms dans le Challenge 

    milleborneslivresque.jpg

  • La solitude des soirs d'été d'Anaïs Jeanneret

    la-solitude-des-soirs-d-ete.jpg

    Editions Albin Michel - 10 mai 2013 - 231 pages

    Résumé

    Alda a le charme insaisissable et irrésistible des gens que la vie a comblés. Une assurance qui fascine aussitôt Louis, jeune écrivain en herbe qui voit en elle toutes les héroïnes de roman dont il a rêvé pour échapper à sa propre vie. Celle d’un fils d’émigrés hispano-russes au parcours cabossé. 
    Dans la luxueuse bastide provençale où elle l’a invité à passer quelques jours, Louis l’observe secrètement. Mère aimante, épouse parfaite, amie idéale, Alda rayonne d’une douceur et d’une beauté qui apparaissent comme un rempart contre la fureur du monde. Pourtant, Louis devine chez elle une fêlure profonde, une impatience qui ne demande qu’à s’exprimer et qui l’attire irrésistiblement. Et si tout l’oppose à cette femme qui ne lui appartiendra jamais, rien ne pourra empêcher la dangereuse évidence. 
    Dans ce roman d’apprentissage, Anaïs Jeanneret évoque avec sensualité et élégance un univers fitzgéraldien à la fois enchanteur et mélancolique, dans une évocation subtile du passage à l’âge adulte, des rêves et des promesses sacrifiées.

    Mon avis

    On se laisse prendre à cette atmosphère à la fois pleine de charme mais aussi de langueur, de mélancolie. Chacun cache ses blessures derrière une façade de convenance pour que rien ne rompe l'harmonie.

    Réflexion sur le passage du statut de grand adolescent à jeune adulte, d'adulte à presque-vieux, sur ce que l'on fait de ses rêves en grandissant, sur comment on s'arrange avec les évènements qui jalonnent notre vie, sur les vraies-fausses amitiés cultivées on ne sait trop pourquoi.

    Ca a parfois un côté doux-amer, mais le livre refermé, restent la douceur, la sensualité, la poésie des images. 

    A lire ! paresseusement installé(e) sur un transat, sous le soleil de juillet...

×