rentrée littéraire 2013

En même temps, toute la terre et tout le ciel de Ruth OZEKI

en-mm-tps-tte-la-terre-et-tt-le-ciel.jpg

Editions Belfond - août 2013 - 605 pages - Traductrice : Sarah Tardy

Résumé

Dans la lignée de Murakami, un bijou littéraire original, inspiré des "I-Novels" japonais, porté par une construction virtuose. Entre imaginaire et réalité, une œuvre à la fois profonde et pleine d'humour, intime et universelle, assortie d'une formidable réflexion sur le temps et l'Histoire.

Le sac en plastique avait échoué sur le sable de la baie Désolation, un de ces débris emportés par le tsunami. A l'intérieur, une vieille montre, des lunettes jaunies et le journal d'une lycéenne, Nao. Une trouvaille pleine de secrets que Ruth tente de pénétrer avant de réaliser que les mots de la jeune fille lui sont destinés...

Depuis un bar à hôtesses de Tokyo, Nao raconte des histoires : la sienne, ado déracinée, martyrisée par ses camarades ; celle de sa fascinante aïeule, nonne zen de cent quatre ans ; de son père qui cherche sur le Net la recette du suicide parfait. Des instants de vie qu'elle veut confier avant de disparaître.

Alors qu'elle redoute de lire la fin du journal, Ruth s'interroge : et si elle, romancière en mal d'inspiration, avait le pouvoir de réécrire le destin de Nao ? Serait-il possible alors d'unir le passé et le présent? La terre et le ciel ?

Lecture terminée - Chronique à venir !

La grâce des brigands de Véronique OVALDE

cvt-la-grace-des-brigands-5428.jpeg

Editions de l'Olivier - 22 août 2013 - 285 pages

Résumé

Maria Cristina Väätonen a seize ans lorsqu'elle quitte la ville de son enfance, une bourgade située dans le grand Nord, entourée de marais et plongée dans la brume la plupart de l'année. Elle laisse derrière elle un père taciturne, une mère bigote et une soeur jalouse, pour s'installer à Santa Monica (Los Angeles). C'est le début des années 70 et des rêves libertaires.

Elle n'a pas encore écrit le roman dans lequel elle réglera ses comptes avec sa famille, et qui la propulsera sur la scène littéraire. Et elle n'est pas encore l'amante de Rafael Claramunt. Séducteur invétéré, cet excentrique a connu son heure de gloire et se consacre désormais à entretenir sa légende d'écrivain nobélisable.

Est-il un pygmalion ou un imposteur qui cherche à s'approprier le talent de Maria Cristina ?

Mon avis

Le moins que l'on puisse dire est que l'on ne ressort pas indemnes de cette lecture !

Exits le monde des Bisounours avec les mères aimantes et les familles soudées, unies ; chez Véronique Ovaldé, on en a le contre-exemple type. Des portraits de femmes taillés à la serpe (comme on en avait trouvé dans Ce que je sais de Vera Candida et dans Des Vies d'oiseaux) :  une dont la dureté le dispute à la "dinguerie", une autre dont la fuite est le moyen de survivre ; des personnages hauts en couleur qui gravitent autour d'elles : un père qui ne prend pas le dessus mais n'en pense pas moins, des amis improbables dont les plus sincères ne sont pas ceux que l'on croit. Le tout raconté par un narrateur omniscient, écrit dans le style Ovaldé, avec des phrases qui claquent comme des sentences, ou bien qui se répandent sur plusieurs pages nous engluant dans de vraies digressions, selon un rythme qui lui est bien particulier.  Quant aux thèmes abordés, certains sont déjà connus chez l'auteur, le chemin vers l'émancipation des femmes, les relations familiales, mais là, plus précisément on a les relations à la mère et aussi l'écriture.

Un vrai coup de coeur ! que je vous recommande de lire sans attendre.

Une part de ciel de Claudie GALLAY

une-part-de-ciel.jpg

Editions Actes Sud - 21.08.2013 - 445 pages 

Résumé

De retour pour quelques semaines dans sa vallée natale qui s’enfonce dans l’hiver, une femme redécouvre les non-dits du lien familial et la part d’absolu que chacun peut mettre en partage. Un roman de l’attente et des possibles, illuminé par la plume intense et intime de l’auteur des Déferlantes.

Mon avis

Je me suis donné un peu de temps avant de vous parler de ce livre, une fois terminé. Pourquoi ? parce qu'il n'a pas répondu à ce que j'attendais de celle qui m'avait charmée avec Les Déferlantes et surtout avec Dans l'or du temps. Alors j'ai cherché à savoir ce qui m'a manqué et n'ai pas vraiment trouvé.

C'est bien écrit, il y a beaucoup de dialogues (trop ?), des personnages construits mais auxquels je ne me suis pas attachée, et puis... c'est lent !!!! Ce mélange de souvenirs et de redécouverte du lieu d'enfance m'a lassée en fait. Je m'attendais un récit, une histoire qui avance, pas à du sur-place, ce journal de 44 longs jours d'attente.  . 

Alors on pourra dire que je n'ai rien compris à ce qu'a voulu faire passer l'auteur, à cette pudeur des sentiments, cette sensibilité, peu m'importe. Pour ma part, je n'ai pas passé un bon moment de lecture et suis déçue.

Immortelles de Laure ADLER

immortelles.jpg

Editions Grasset - août 2013 - 363 pages

Résumé

« Florence, Suzanne, Judith. Elles forment une sarabande dans ma tête. Leur amitié m'a construite et m'a rendu indifférente. Avec elles, j'ai ressenti ce à quoi nous ne pensions jamais, ce que vivre signifiait. »Une nuit d'été, la narratrice se réveille, submergée par une vague de souvenirs qu'elle croyait enfouis dans l'oubli. Sous ses yeux défilent les vies de trois amies avec qui elle a grandi, trois femmes aux destins poignants, trois parties d'elle qu'elle rassemble soudain.
Roman sur la jeunesse, ses espérances, ses illusions, ses foucades et ses coups de foudre, Immortelles est surtout un hymne à l'amitié féminine.

Lecture terminée - Chronique à venir

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×