héritage

Passé imparfait de Julian Fellowes

Editions 10/18 - Date de sortie : 4 juin 2015 - ISBN 978-2264065018 - 624 pages - Traduction de Jean Szlamowicz

4è de couv'

Une invitation de Damian Baxter ? Voilà qui est inattendu ! Cela fait près de quarante qu'ils sont fâchés ! Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s'est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970. Après de déconcertantes retrouvailles, la révélation tombe : riche, à l'article de la mort, Damian charge le narrateur, sur la foi d'une lettre anonyme, de retrouver parmi ses ex-conquêtes – six jeunes filles huppées qu'ils fréquentaient alors – la mère de son enfant. Un voyage vers le passé plein de fantômes et de stupéfiantes révélations... 

Mon avis

Un avis très mitigé pour ce roman.

L'histoire telle que présentée par la 4è de couverture est prometteuse, et elle tient ses promesses. Les personnages sont dignes d'intérêt et on se prend au jeu de savoir qui a fait quoi quand. Le narrateur dont on ne saura pas le nom (mais peu importe) va se mettre au service de son ami-ennemi pour trouver à qui profitera l'héritage et cette quête va lui permettre de revisiter son propre passé.

Là où le bât blesse, c'est l'écriture. On aurait facilement pu réduire le roman de moitié, tant le propos est bavard et (souvent) ennuyeux. Trop de détails tuent le détail... J'ai donc peiné pour venir à bout de ce pavé et vous laisse vous faire votre propre opinion.

Ma note 13

L'auteur 

Vends maison de famille de François-Guillaume Lorrain

Editions Flammarion - Date de sortie : 2 mars 2016 - ISBN 9782081 375987 - 215 pages

4è de couv'

"Oui, je voulais bazarder cette maison. J'avais mes raisons. Autrement dit : des souvenirs." En faisant le portrait d'un homme partagé entre l'amour qu'il porte à sa mère et ce refus d'héritage qu'il lui oppose, François-Guillaume Lorrain nous raconte une histoire aussi singulière que collective, celle d'une maison de famille.

Mon avis 

Voilà le type même de roman dont la 4è de couv' m'a séduite, notamment autour du thème de la maison de famille. Et pourtant je sais déjà que je l'oublierai aussi vite que je l'ai lu.

C'est écrit dans un bon français, de courts chapitres rythment le récit, mais j'ai trouvé l'histoire finalement banale : une maison de campagne où les enfants en ont bavé sous la houlette d'un père maltraitant, lieu qu'ils se jurent de vendre au plus vite le moment venu, et que malgré tout ils gardent et habitent. Plusieurs thèmes traversent le récit comme la transmission, la mémoire et ce que l'on retient vraiment de notre enfance... Alors certes, il y a les ressentis du narrateur, mais ils ne m'ont procuré aucune émotion, je me suis contentée de tourner les pages.

Une déception somme toute !

Ma note 14,5

D'eau et de feu de Françoise Bourdin

Couverture D'eau et de feu

Editions France Loisirs - Date de sortie : Juin 2014 - ISBN 9782298085556 - 386 pages

Résumé 

Le jeune Scott revient au domaine familial de Gillespie. Stupéfait, il découvre que son père, Angus, patriarche autoritaire et vieillissant, s'est remarié avec une Française, Amélie. Installée à demeure en compagnie de ses quatre enfants, trois garçons turbulents et une jeune fille, Kate, cette nouvelle belle-mère a bien l'intention de marquer son territoire. De son côté, Scott ne trouve pas cette famille recomposée particulièrement à son goût.
Les tempéraments s'affrontent et les jalousies s'installent. La tension sourd silencieusement autour du véritable enjeu familial : qui sera l'héritier ? Qui gardera le domaine et fera fructifier l'entreprise de distillerie de Gillespie ?
Chaque clan aiguise ses armes, mais un amour improbable, impossible, fera peut-être tout basculer.

Pourquoi - comment ce roman ?

Parce que j'aime la plume de Françoise Bourdin.

Les premières pages en 3 minutes   

Mon avis

Encore un bon cru de l'auteur ! On retrouve une histoire de famille, compliquée à souhait, dont on se demande comment on ferait si on était un des protagonistes, mais l'habileté de Françoise Bourdin nous amène à un dénouement heureux ! Aussi inextricables que soient les situations, quelque chose de l'ordre de la bonne volonté des uns, l'intelligence des autres, ou encore le temps qui passe tout simplement, permet de rétablir l'équilibre.

Des personnages auxquels on s'identifie facilement : attachants, agaçants aussi parfois, mais terriblement  plus vrais que nature. Une plume agile et facile à lire.

Un bon moment de lecture !

Quatre murs de Kethévane Davrichewy

Couverture Quatre murs

Edition Sabine Wespieser - 6 février 2014 - ISBN 978-2848051598 - 180 pages

Résumé

La maison familiale est trop vaste pour une femme seule. En ce jour de déménagement, les quatre enfants, devenus adultes, s’y retrouvent pour la dernière fois. Leur père est mort. Dans les pièces vides qui résonnent, les propos en apparence anodins se chargent de sous-entendus. Ces quatre-là se connaissent trop pour donner le change, d’autant que leur mère, profitant qu’ils soient pour une fois ensemble sans enfants ni conjoints, soulève la question de l’héritage.
Deux ans plus tard, rien n’est résolu : les frères et sœurs ne se parlent plus guère, et surtout pas de leur passé. Sur l’insistance de leur mère, ils ont pourtant accepté de se retrouver en Grèce, le pays de leur origine, dans la maison où l'aîné vient de s'installer.
Ce voyage est, pour chacun d’entre eux, l’occasion de revenir sur l’ambivalence de leurs relations. Comment en sont-ils arrivés là, eux qui étaient tout les uns pour les autres ?

Pourquoi - comment ce livre ?

Parce que j'avais aimé Les séparées du même auteur et que je m'étais promis de la suivre lors de sa publication suivante. Très bonne maison d'édition qui publie des romans de qualité.

Mon avis

Roman découpé en prologue, trois chapitres pour les enfants, dont un pour les jumeaux, et épilogue. Chacune des parties nous fait avancer dans la connaissance de cette famille, ses zones d'ombre, ses secrets qui plombent les relations présentes. 

L'atmosphère est un peu pesante, beaucoup de questionnements. L'auteur s'est fait une spécialité, semble-t-il, de décortiquer, de manière très fine, les plis et replis des histoires familiales, .

On ressort de cette lecture avec des interrogations sur le fonctionnement de sa propre fratrie : aussi liés que l'on ait été enfants, qu'en reste-t-il à l'âge adulte ? Qu'est-ce qui éloigne, rapproche ? Quel rôle ont les parents dans ces relations ? Quelles alliances, quelles scissions ? L'envie nous prend alors de (re)prendre contact, afin de ne pas laisser filer les jours, s'installer la distance, au (faux) prétexte qu'on est pris par le travail, les enfants... Quant à la forme, beaucoup de dialogues.

Court roman, mais percutant, qui bouscule. A lire, c'est sûr !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×