femmes

La tente rouge d'Anita Diamant

Editions Charleston - Date de sortie : 8 janvier 2016 - ISBN 9782368 120446 - 401 pages - traduction de Lisa Rosenbaum

4è de couv'

Jacob a épousé quatre sœurs : Léa, Rachel, Bilba et Zilpa. Dina, fille de Léa, est la seule fille de la nombreuse descendance de Jacob. C'est elle qui va recevoir l'héritage spirituel de " ses " mères, qu'elle nous transmet en prenant la parole à la première personne dans cette magnifique aventure des femmes de la Bible.

Mon avis

Un bel honneur à la femme, aux femmes, dans ce roman d'inspiration biblique que l'auteur a savamment revisité pour en faire le roman de Dina, unique fils de Jacob.  C'est elle qui raconte la vie de ses parents, de sa tribu, avant de parler des péripéties de la sienne. En plus des personnages nombreux et attachants, notamment les femmes, la tente rouge joue un rôle très important. On s'y retrouve entre femmes au moment des menstrues. Il s'y échange secrets, on y accouche, on s'y répartit les tâches domestiques. 

L'auteur nous livre une histoire passionnante, surtout à partir de la deuxième partie où commence vraiment l'action, la première (que j'ai trouvée un peu longue) étant plus descriptive de la vie de la tribu. J'ai aimé voir l'évolution du personnage de Dina, souffert avec elle, trouvé l'apaisement. C'est un très beau portrait de femme.

Un souffle romanesque très fort pour ce livre que je vous recommande vivement.

Ma note 17

Citations

*Pour comprendre une femme, il faut d'abord l'interroger sur sa mère, puis écouter attentivement. Si elle vous parle de nourriture, cela indique de très bons rapports. De mélancoliques silences témoignent de problèmes non réglés. Plus une fille connaît de détails sur sa mère et les décrit ouvertement, sans geindre, plus elle est forte. (p.8)

*Les femmes voulaient aussi des filles pour en faire les gardiennes de leurs souvenirs. Une fois sevrés, les garçons n'entendaient plus les histoires de leur mère. (p.9)

L'auteur  

Le choeur des femmes de Martin Winckler

Editions Folio - Date de sortie : 2 février 2011 - ISBN 9782070 440399 - 671 pages

4è de couv'

Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de " Médecine de La Femme ", dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste ! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit ? Qu'il va m'enseigner mon métier ? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.

Mon avis 

A mes yeux, ce livre est un OLNI (objet littéraire non identifié), tour à tour roman, essai, journal de bord et guide pratique. 

Bien sûr, l'intrigue autour de Jean Atwood et l'évolution de son personnage au fil du roman sont intéressantes. Tout comme tout ce que l'on apprend sur la gynécologie "ordinaire" et l'écoute dûe aux patientes. Mais pas plus que les réflexions philosophiques, sociologiques sur le métier de gynécologue. Ni que sur la chirurgie réparatrice des organes sexuels. 

Les personnages sont attachants, voire bouleversants.  Frantz Karma, notamment, est d'un humanisme magnifique. 

En bref, vous l'aurez compris, j'ai aimé ce livre, dont j'ai parfois "passé" quelques pages (de descriptions des cas de patientes...), mais dont l'écriture dense et prenante m'a beaucoup plu. A lire et faire lire autour de soi, par hommes et femmes, sans modération.

Ma note 16

Ce livre participe au challenge 

Les amazones de Bohème de Joëlle Wintrebert

Editions Robert Laffont - Date de sortie : 9 septembre 2005 - ISBN 9782221 096055 - 299 pages

4è de couv'

Au VIIIe siècle, en Bohême, une princesse crée le scandale.
Révolutionnaire, visionnaire, Libuse, non contente d'abolir l'esclavage et d'imposer l'égalité entre les sexes, s'entoure d'une garde de filles. A leur tête, la redoutable Wlasta. Alors que le futur Charlemagne, arme au poing, christianise les pays voisins, Libuse meurt. Wlasta refuse le retour à l'ordre ancien et se rebelle. Elle fonde un Etat indépendant, où les femmes sont libres de leurs vies et de leurs amours.
Mais combien de temps cette poignée de révoltées va-t-elle pouvoir défendre son utopie ? Et quel tribut devra-t-elle payer pour sa liberté ? d'une plume épique et sensuelle, Joëlle Wintrebert donne chair et sang à ce mythe fondateur de Prague qui traversa les siècles et les révolutions.

Mon avis 

Trois femmes sont les figures principales de ce très beau roman : Libuse, reine de Bohème au VIIIè siècle, détentrice du don de prophétie, ce qui l'avait portée au trône ; Wlasta la guerrière, amazone, capitaine de sa garde féminine et Danna, sa conseillère. Toutes trois femmes qui ont beaucoup souffert en cette époque rude et violente. Des relations très fortes entre elles vont conduire les deux dernières, après la mort de Libuse, à continuer son oeuvre : libérer les femmes de la toute-puissance masculine. Elles vont créer leur propre communauté pour s'opposer à Premysl, le nouveau souverain, époux de Libuse. Ca parle religion avec l'opposition entre évangélistes et polythéïstes, sexualité avec l'amour libre et l'homosexualité tolérée par Libuse et de mise chez les amazones, rébellions, massacres, tortures.... Un épisode de quelques années, tragique, mais véridique.

Tous les ingrédients d'une histoire forte et belle, autour de personnages complexes auxquels on s'attache rapidement. Portée par une langue soignée au vocabulaire choisi et aux tournures parfois très poétiques.

Un très bon moment de lecture que je vous recommande chaleureusement.

Ma note 17

Ce livre participe au Challenge Livresque - Top 50 pour : Un livre dont l'action se passe dans un autre pays.

Citadelles de Kate Mosse

Couverture Citadelles

Editions JClaude Lattès - Collection Romans Historiques -  Date de sortie : 28 mai 2014 - ISBN 978-2709643917 - 647 pages - Traduction de Valérie Rosier

Résumé 

France, juillet 1942. Alors que la guerre fait rage, à Carcassonne, un groupe de résistantes se dressent contre l'occupant au sein de Citadelles, le nom de code de leur réseau. Sandrine, une jeune femme intrépide, s'engage dans cette lutte au côté de sa soeur Marianne. Mais bientôt leur combat se trouve lié à un autre, mené depuis des siècles pour préserver des secrets ancestraux qui pourraient changer le cours de l'Histoire.
Aventure palpitante et magnifique histoire d'amour, Citadelles dresse le portrait de femmes courageuses et passionnées, prêtes à tous les sacrifices pour défendre leur patrie.

Pourquoi - comment ce livre ?

Parce que j'ai déjà aimé Labyrinthe et Sépulcre de cet auteur, et aussi pour le résumé.

Les premières pages en 3 minutes   

Mon avis

Une très belle histoire, poignante, qui revient sur une période difficile de notre Histoire, l'Occupation de la France pendant la Seconde Guerre Mondiale, et le rôle de la Résistance. Elle mêle dans le même temps une quête relative à des temps immémoriaux, un codex secret activement recherché par les allemands comme par les français.

J'ai beaucoup aimé ces personnages de femmes courageuses, battantes, exaltées. L'écriture de Kate Mosse est foisonnante. L'auteur a d'ailleurs les défauts de ses qualités : parfois c'est un chouïa "trop" - trop long, trop détaillé. Mais on se laisse entraîner dans le tourbillon de l'action et on ne boude pas son plaisir, bien au contraire !

Livre que je vous recommande.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×