auteur allemande

Le jardin au clair de lune de Corina Boman

Editions Charleston - Date de sortie : 7 mars 2016 - ISBN 9782368 120453 - 446 pages - Traduction d'Amélie de Maupeou

4è de couv'

Quand l'antiquaire Lilly se voit offrir un violon très ancien censé lui appartenir, elle n'en croit pas ses oreilles. Comment peut-elle être l'héritière de ce qui se révèlera être un objet très célèbre ? Elle sent pourtant que l'instrument a le pouvoir de changer sa vie si elle accepte d'en résoudre le mystère. Elle s'aperçoit aussi que cette aventure lui donnera peut-être la force de dépasser le deuil de son mari. Aidée de sa meilleure amie Ellen et du musicologue Gabriel, elle se lance sur les traces de l'éblouissante violoniste à laquelle a appartenu l'instrument. Cette quête la mène en Italie et en Indonésie, où elle tombe sur un secret qui jettera un jour complètement nouveau sur sa propre vie …

Mon avis

Pour la deuxième fois, après L'île aux papillons en 2014, cette auteur allemande, ancienne assistante dentaire, me ravit de sa plume et me fait voyager. Cette fois c'est principalement à Sumatra, mais aussi à Berlin, Londres et Crémone, en compagnie de Lilly. 

Tout part du cadeau que lui fait un vieil homme d'un violon, dont on découvrira qu'il est le "violon à la rose". Lilly, l'antiquaire qui le reçoit en 2011 comme étant un objet familial, va partir sur les traces de ses précédentes propriétaires, Rose et Helen, et ainsi découvrir une histoire follement romantique, pourtant parsemée d'abandons, de drames et de trahisons. Elle sera aidée en cela par son amie de toujours Ellen et par celui qui va devenir un personnage important dans sa vie, Gabriel. Ainsi va-t-elle pouvoir tourner la page de son veuvage et revivre grâce à cet objet de légende.

Nous avons tous les ingrédients pour une histoire délicieuse, qui est racontée avec enthousiasme, et rigueur pour ce qui est du contexte historique : la période coloniale néerlandaise en Indonésie. Trois femmes dont les histoires se tissent harmonieusement grâce au talent de l'auteur, des personnages secondaires attachants, des lieux sur lesquels on apprend une foule de choses, et le tour est joué : le lecteur est conquis !

Un très bon moment de lecture, immersif et dépaysant, que je vous recommande vivement.

Ma note 17
 

Les brumes d'Avallach - T1 de Marah Woolf

Couverture Les brumes d'Avallach, tome 1

Editions Michel Lafon - Date de sortie : 23 octobre 2014 - ISBN 978-2749922867 - 344 pages - Traduit par Astrid Monet

Résumé

Après le décès de sa mère, Emma, dix-sept ans, quitte les États-Unis pour rejoindre la seule famille qui lui reste sur la petite île de Skye en Écosse. Là-bas, elle rencontre Calum, un étrange jeune homme. Tour à tour prévenant et glacial, il semble cacher un secret inavouable. Ce que l’adolescente ignore, c’est qu’en se rapprochant de lui elle les met tous les deux en danger de mort.
Emma découvrira que les légendes des brumeux Highlands sont plus réelles et dangereuses qu’elle ne l’aurait imaginé. Et qu’avec Calum ils sont peut-être le dernier espoir de deux mondes que tout oppose.

L'auteur  

Après des études d’histoire et de politique, Marah Woolf a connu un immense succès avec ce premier roman  autoédité en 2011 sous le titre La Saga de la Lune. Deux ans plus tard, une trilogie est née, devenant une référence de la littérature jeunes adultes allemande.

Les premières pages en 3 minutes   

Mon avis

Ceux qui me suivent savent mon intérêt pour l'Ecosse, ses légendes et ses paysages. Alors quand je lis sur un résumé que l'histoire se passe dans l'île de Skye, et qu'en outre il y aura un soupçon de paranormal,  je craque.... et j'ai relativement bien fait !

L'histoire dont le canevas sent le déjà-vu (romance, littérature adolescente, êtres légendaires...) est un peu lente au début, parce qu'il s'agit de poser les personnages (je rappelle que c'est le tome 1 d'une trilogie) et il a fallu que je m'accroche pour continuer, d'autant que l'héroïne, Emma, est parfois un tantinet agaçante.

Mais le rythme s'accélère dans la deuxième partie avec la découverte des Shellycoats, le peuple de l'eau, et on se laisse capter. La famille d'Ethan, l'oncle d'Emma, est sympathique ;  j'ai un faible pour Peter Innocentdont j'imagine qu'il va avoir une place importante par la suite. Par contre, le fait que la famille soit basée dans l'île de Skye n'apporte rien à l'intrigue. Ca pourrait être n'importe où en Ecosse. Il y a aussi très peu d'éléments d'ambiance, et j'ai été un peu lassée des moments que Calum passait avec Emma, très répétitifs... 

Au final, j'ai lu ce roman Young Adult sans déplaisir, mais sans plus. Je lirai sans doute la suite, eu égard aux légendes évoquées, mais ce n'est pas un coup de coeur !

Ce livre participe pour 75 kms au Challenge Mille bornes Livresque

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×