années 30

La sirène d'Ouessant d'Edouard Brasey

Editions France Loisirs - Date de sortie : - ISBN 9782298094565 - 442 pages

4è de couverture

Île d’Ouessant, années 30. Quand elle apprend que son mari matelot a péri dans un naufrage, la laissant démunie avec son jeune enfant, Marie-Jeanne Malgorn refuse d’y croire. Elle est persuadée qu’il a été enlevé par l’une de ces sirènes dont parlent les légendes, une Morgane.
Elle se tourne vers Malgven, la vieille rebouteuse, qui la contraint à sacrifier un agneau dans le temple des anciennes druidesses. Si la Morgane le libère, Jean-Marie sera là d’ici la Toussaint, prophétise la sorcière.
La vie est dure sur l’île battue par les vents. Malgré le poids de la solitude, Marie-Jeanne se refuse à Yves, l’aubergiste qui l’a vue naître et s’est passionnément épris d’elle, mais laisse un jeune naturaliste, originaire du Finistère, en mission d’observation ornithologique dans l’île, la distraire de son deuil. Fascinée par l’homme de science, Marie-Jeanne n’oublie pas que Jean-Marie pourrait à tout moment surgir. Mais à mesure que se rapproche l’échéance fixée pour son retour, elle commence à douter d’elle-même. Pour qui son coeur bat-il vraiment ? Un terrible drame va bientôt la forcer à choisir…

Mon avis

J'ai plusieurs livres de cet auteur dans ma PAL et aussi sur ma tablette, et ne me suis jamais décidée à les ouvrir, sans aucune bonne raison. J'ai reçu celui-ci en cadeau de mes 100 points FL, et n'ai pas voulu qu'il soit enseveli, donc je l'ouvre tout de suite. 

Et bien, pour un coup d'essai, ça n'est pas un coup de maître... L'écriture est de bonne facture, l'histoire me séduisait sur la 4è de couverture car il y était question de sorcière, du folklore breton j'imaginais, mais le rythme est lent, lent, lent... parce que tout est prétexte à de longues digressions : sur la vie quotidienne à Ouessant, sur les traditions, sur les Morganes, sur les oiseaux... Un mot en breton donne lieu à un "cours" sur ce qu'il représente. C'est didactique et lassant à la longue. Quel dommage !! Alors j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Marie-Jeanne et son Kado ; plusieurs fois, le livre a manqué de me tomber des mains...

Ma note  13

Le pensionnat des jeunes filles sages d'Anton Disclafani

Editions Denoël - collection Histoire romanesque - 6 juin 2013 - 592 pages - Traduction de Christine Barbaste

Résumé

Années trente, Caroline du Nord. À la suite d'une tragédie familiale dans laquelle elle a joué un rôle mystérieux, la jeune Thea est accompagnée par son père dans un internat pour jeunes filles de la haute société sudiste. Là, on inculque une éducation très stricte aux futures épouses, et on remet dans le droit chemin les âmes égarées. Le seul moment de plaisir, ce sont les leçons d'équitation. Thea va devoir se plier à ces nouvelles règles. L'internat est tenu par un couple sévère, qui connaît les véritables raisons de la présence de Thea. Si Mme Holmes juge et condamne, M. Holmes se montre bien plus compréhensif avec la ravissante Thea. Rebelle, brave jusqu'à l'inconscience, et surtout avide de croquer la vie à pleines dents, Thea prend tous les risques, balaie les conventions, bouscule les préjugés. Et depuis la nuit des temps, une telle arrogance se paie au prix fort...

Pourquoi - comment ce livre ?

Pour le thème et pour l'époque. J'ai aussi bien aimé la photo de couverture.

Mon avis 

Déçue au point d'avoir abandonné un peu avant le milieu ; c'est lent, il ne se passe pas grand chose, je ne me suis pas attachée aux personnages. Bref, je me suis royalement ennuyée, agacée  de voir que la 4è de couverture ne tenait pas ses promesses.....

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×